Accueil Rappels Rappels airbags Takata : la NHTSA critiquée pour sa gestion

Rappels airbags Takata : la NHTSA critiquée pour sa gestion

147
0
PARTAGER

Qui est pris qui croyait prendre ? Alors que la NHTSA pointe à longueur d’années les constructeurs automobiles pour leurs manquements à la règle, c’est désormais à son tour  d’être chahutée.

Un audit du gouvernement US reproche en effet à l’agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière de ne pas avoir correctement supervisé les rappels de sécurité automobile des airbags de Takata sur le territoire US. Faisant état d’un défaut de surveillance.

Le rapport indique ainsi que les actions de l’agence « effectuées avec retard » peuvent avoir entravé les rappels de véhicules dotés des équipements défectueux.

Le bureau de l’inspecteur général du département des transports US a ainsi déclaré lors d’un audit publié devant le Congrès mercredi que la gestion des rappels de véhicules par la NHTSA manquait de surveillance appropriée. Le rapport indique que dans le cadre des opérations de rappels massifs opérés dans le cadre de l’affaire Takata, l’agence n’a pas suivi ses propres procédures visant à apporter une réponse aux faibles taux d’exécution des rappels et que les reports de ses actions en vue de mener des investigations avaient au final retardé l’expansion des mesures correctives.

Pour rappel, les dysfonctionnements des airbags Takata sont à l’origine d’au moins 23 décès, 21 concernant le constructeur Honda et deux des véhicules de Ford.

La NHTSA n’a pas immédiatement commenté le rapport. Elle a toutefois déclaré à la suite qu’elle n’était pas d’accord avec toutes les conclusions, acceptant toutefois certaines recommandations demandées par le bureau de l’inspecteur général.

« C’est une preuve supplémentaire que l’autorité fédérale de la sécurité automobile ne fait pas assez pour protéger le public », a déclaré quant à lui le sénateur américain Bill Nelson, démocrate le plus haut placé du Comité du commerce du Sénat qui supervise la NHTSA.

La NHTSA sous le feu des critiques

La NHTSA est sous le feu des critiques depuis des années à cause de problèmes de sécurité automobile, y compris des problèmes d’accélération involontaire liés à des véhicules Toyota et des interrupteurs d’allumage défectueux de voitures produites par General Motors.

Dans une lettre publiée mercredi, la NHTSA a déclaré qu’elle restait « préoccupée par le fait que le rapport puisse laisser le public avec des idées fausses concernant la surveillance des rappels par la NHTSA en général, et les rappels de Takata en particulier ».

L’autorité fédérale mentionnait également dans son courrier qu’elle menait actuellement un examen de la gestion des risques par une tierce partie afin d’améliorer son processus de rappel.

Contrôles et processus inadéquats

L’audit a également révélé que «des contrôles et des processus inadéquats de vérification et de collecte des renseignements communiqués par les fabricants ont entravé la capacité de la NHTSA à surveiller la mise en œuvre des rappels de sécurité». Selon le rapport, près de 11% des rappels de véhicules automobiles réalisés entre 2012 et 2016 ont manqué des documents de recours requis par la loi.

Ce rapport voit le jour alors que vendredi dernier, l’administrateur adjoint de la NHTSA, Heidi King, a exhorté les constructeurs automobiles à rendre publics leurs plans de rappel concernant les airbags Takata. En mars dernier, la NHTSA a déclaré que sur 50 millions équipements de ce type comptabilisés aux États-Unis, environ 21 millions d’airbags défectueux ont été réparés.

L’audit indique enfin que les mesures « minimales » de la NHTSA visant à réduire les taux d’exécution des rappels de Takata et sa mauvaise surveillance du reporting des constructeurs à ce sujet ont pu contribuer à la lenteur de la mise en œuvre de ces opérations entre 2008 et 2015.

Jason Levine, directeur exécutif du « Center for Auto Safety », a déclaré à cette occasion que le rapport confirme « les inquiétudes de longue date » sur le fait que la NHTSA avait échoué dans sa mission envers le public américain en adoptant une approche non interventionniste dans la procédure de rappel. Ajoutant que les dossiers de l’agence faisaient état d’une documentation bâclée et incomplète des rappels des constructeurs, et que de nombreux documents permettaient d’établir que la NHTSA n’appliquait pas ses propres règlements relatifs à la célérité des rappels et les rapports concernant les mesures correctives.

Sources : Automotive News

Illustration : NHTSA

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz