Accueil Actualités Entreprise PSA débute son retrait d’Iran, une dérogation possible ?

PSA débute son retrait d’Iran, une dérogation possible ?

1006
22
PARTAGER

PSA a annoncé lundi qu’il se voyait contraint de préparer son retrait d’Iran. Une décision prise afin de respecter l’embargo imposé par les Etats-Unis à l’encontre de Téhéran après leur retrait de l’accord sur le nucléaire iranien. Reste à déterminer désormais le réel impact de telles mesures sur les finances du constructeur alors que l’Iran constitue son premier marché d’exportations en volume.

Processus de suspension des Joint venture initialisé

Alors que les marques Peugeot et Citroën du groupe PSA avaient établi des sociétés en partenariat avec l’Iran sur le territoire iranien, le constructeur a annoncé dans un communiqué avoir débuté le processus de suspension des activités de ses Joint-Ventures  « afin de se conformer à la loi américaine d’ici le 6 août 2018« . Une décision qui fait suite au retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien annoncé le 8 mai 2018.
Le constructeur tient toutefois à préciser qu’avec le soutien du gouvernement français, il est en contact avec les autorités américaines en vue d’obtenir une éventuelle dérogation. PSA indique par ailleurs suivre attentivement l’évolution du contexte réglementaire et être en contact avec les autorités des pays concernés (Etats-Unis, Iran, France notamment), afin de rester en conformité avec toutes les réglementations. Laissant ainsi entendre à demi-mots une remise en cause des règles édictées par Washington. Tentant ainsi notamment de ne pas froisser ses interlocuteurs iraniens, tout en souhaitant s’appuyer sur la législation commerciale internationale.

Etablissement de Joint-ventures après l’accord sur le nucléaire iranien

Après la signature de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien le 14 juillet 2015 et la levée des sanctions internationales contre l’Iran en janvier 2016, PSA  avait signé des accords de joint-venture avec Iran Khodro  en juin 2016 et Saipa en octobre 2016. « L’objectif de ces JV, conformes aux résolutions de l’ONU et aux réglementations américaines, européennes et françaises en vigueur, est d’offrir aux clients iraniens des véhicules modernes Peugeot et Citroën, au meilleur niveau de sécurité, de confort et de protection de l’environnement » précise désormais le groupe.

L’Iran : un important marché pour PSA

Cette décision voit le jour alors que PSA a vendu en 2017 444.600 véhicules en Iran, pays où il est traditionnellement bien implanté et qui constituait jusqu’à présent son premier marché étranger devant la Chine (382.800 unités), le Royaume-Uni (279.100), l’Italie (265.200) et l’Allemagne (257.800).

Afin de rassurer les investisseurs, et tenter de maintenir le cours de son action, le groupe a tenu à apporter des précisions concernant ses activités en Iran.

« Les activités du Groupe PSA en Iran représentant moins de 1% de son chiffre d’affaires, ce contexte ne modifie ni les objectifs généraux du plan ‘Push to Pass’, ni les orientations financières actuelles », martèle ainsi le constructeur dans une véritable mise au point.

Sources : AFP, Reuters, Agefi-Dow Jones, PSA

Crédit photo : Iran Khodro

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "PSA débute son retrait d’Iran, une dérogation possible ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Umaga
Invité

Il y avait un accord (presque) mondial sur le nucléaire iranien. Tout le monde souhaite son maintien, sauf Trump qui se barre et donc se met en-dehors des règles que son pays a signé. OK c’est son problème, mais du coup, le reste du monde est obligé de suivre (subir) ? Punaise, ils font si peur que ça ?

Jdg
Invité

Retrait pourquoi ? Car les entreprises US ont pas pu se garder le gâteau iranien…….
Je trouve cela abusé et l’UE qui ne fait rien, c’est pire encore.

Pedro5
Invité
« afin de se conformer à la loi américaine d’ici le 6 août 2018« PSA pourrait peut etre juste leur dire non. A moins que l’iran soit un nouvel etat americain. Ou a moins que le premier retrait ait été une bonne chose. « Les activités du Groupe PSA en Iran représentant moins de 1% de son chiffre d’affaires, ce contexte ne modifie ni les objectifs généraux du plan ‘Push to Pass’, ni les orientations financières actuelles », martèle ainsi le constructeur dans une véritable mise au point. Et alors pourquoi etre revenu en disant que le premier depart avait… Lire la suite >>
Otto
Invité

Alors il faudrait que les dirigeants de Peugeot ne passent plus leurs vacances dans des états ayant des accords d’extradition avec les États-Unis. Parce que les États-Unis n’hesiteraient pas a les poursuivre et les condamner lourdement.

wizz
Membre
Si PSA reçoit des pressions de la part des USA à propos de l’Iran, c’est indirectement…..via Opel. https://www.usinenouvelle.com/article/opel-assemblera-toujours-des-buick-de-general-motors-apres-sa-vente-a-peugeot.N524534 . BNP Paribas, Porsche, Michelin, etc….ont des activités aux USA. S’ils font du business avec un pays dont les USA pratiquent l’embargo, alors les USA ont un moyen de faire pression sur eux . Il y a quelques temps, PSA avait dû se retirer de l’Iran alors qu’ils ne sont pas présents aux USA. Mais GM était actionnaire de PSA. Les pressions subites par PSA étaient indirectement via GM . Aujourd’hui, GM n’est plus actionnaire de PSA, et la présence de ce… Lire la suite >>
wizz
Membre

(mise à jour)
…de toute façon, PSA serait sanctionnable!

Quand on évoque PSA (moi y compris), on pense au constructeur, le groupe industriel qui vend des voitures Peugeot, Citroen…

Mais PSA, c’est aussi (et/ou c’était) dans divers domaines comme Peugeot Finance, Gefco la logistique….et surtout Faurecia l’équipementier

https://www.usinenouvelle.com/article/le-groupe-psa-prepare-son-retrait-d-iran.N702834

POPEL
Invité

Je n’ai qu’une chose à ajouter: https://www.youtube.com/watch?v=nYqvgKimh2E 🙂

SGL
Invité

Quand PSA vendra plus de 444.600 véhicules aux USA ? 😉

Puzo
Invité

Lol… la meilleure année fut 1984, avec environ 20000 voitures (effet nouveauté de la 505 break, la berline en vente là bas depuis 1980 assurant le reste des venets à l’exception de quelques 604).

Francois
Invité
L’UE est un géant économique mais reste un nain militaire et cela pèse. Quand Trump déclare que l’article 5 du traité de l’OTAN, qui dit en gros qu’un pays membre attaqué sera défendu par les autres, est une authentique BS et qu’il ne veut plus y être lié, c’est la panique générale, y compris chez tous ceux qui beuglent depuis des décennies « US go home ». Alors oui, les USA « dictent leur loi » au reste du monde et à l’Europe en tête mais l’oncle Sam assure la sécurité des Occidentaux et cette sécurité a un prix, celle de la dépendance. Si… Lire la suite >>
zafira500
Invité

Que l’UE quitte l’OTAN, elle ne s’en portera pas plus mal.

Francois
Invité

Allez dire ça aux pays baltes, à la Pologne ou en Scandinavie, qui ont tous la trouille de se faire envahir par la Russie, ils vont bien rigoler, certes un peu jaune. 😉

labradaauto
Invité

….
traité de Rome,
traité de lisbonne – le célèbre 123 utopie qui met le doigt sur la gachette –

allégeance à la monnaie virtuelle , le dollar: 2 guerres récdentes, Irak, Lybie
ralliement à l’Otan.
On nous bassine avec nos ennemis en Russie alors que Netenyahu a la boite d’allumettes , tjrs soutenu par Les Us
On a un côté maso aussi !

Thomas
Invité

Salopard de Trump 🙁

Invité

Et dire qu’il a des fans invétérés sur ce site !

wpDiscuz