Accueil Alternatives Merkel enterre le diesel

Merkel enterre le diesel

323
43
PARTAGER

Ou quand Merkel lance un pavé dans la mare. Dans un entretien au magazine allemand Super Illu, la chancelière allemande a ni plus ni moins laissé entendre que l’Allemagne devrait à terme interdire la mise en circulation de nouveaux véhicules diesel. Emboîtant ainsi le pas à d’autres pays européens. Plus encore, elle a pour la première fois admis que la fin du diesel était inéluctable. Le scandale des émissions polluantes lui aurait donc été fatal.

Une bien bonne manière de relancer l’économie soit dit en passant … contraignant à plus ou moins loin terme nombre d’automobilistes à acquérir de nouveaux véhicules afin de se conférer aux normes, envoyant au rebut une foultitude de voitures utilisées vaille que vaille. Les charges de recherche et développement et les frais générés par cette conversion de grande ampleur – permettant de renouveler en partie le parc automobile – pourraient alors être contrebalancés par les rentrées d’argent sonnant et trébuchant issues des ventes générées par cette percée écologique. Certes, à l’heure actuelle, Angela Merkel exclut d’imposer le retrait de la circulation des véhicules polluants déjà en service, une telle démarche revenant selon elle à « punir ceux qui ont acheté des voitures en toute bonne foi ».

La dirigeante allemande a toutefois refusé de s’engager sur un calendrier précis, ni même sur une année précise. Elle a toutefois estimé que les projets du Royaume-Uni et de la France de supprimer progressivement les voitures à combustion interne d’ici à 2040 allaient « dans le bon sens ».

Désormais, le défi des constructeurs pourrait bien être d’être prêt à répondre à la demande des consommateurs, en conformité avec les nouvelles normes à venir. Sous peine de se voir damer le pion par les industriels ayant misé sur les nouvelles motorisations sans être contraints de se cannibaliser. Or, les constructeurs allemands ont été dans l’ensemble plus lents que leurs concurrents étrangers à se tourner vers la voiture électrique, bon nombre d’entre eux dopant leurs chiffres d’affaires via la vente de grosse cylindrées depuis de nombreuses années.

A noter que cette déclaration d’Angela Merkel intervient au tout début de la reprise de sa campagne électorale pour les élections fédérales du 24 septembre, alors qu’elle avait observé trois semaines de pause. Rappelons que le secteur automobile constitue la première source d’exportations de l’Allemagne et représente environ 800.000 emplois. De ce fait, il constitue un enjeu politique et économique outre Rhin.

Pour rappel, au début du mois d’août, le gouvernement et les constructeurs allemands ont signé un accord prévoyant de modifier les moteurs de 5,3 millions de véhicules diesel en vue de les rendre moins polluants. Une démarche motivée notamment par la volonté de redorer le blason d’un secteur fortement secoué par le scandale Volkswagen. Les ministres et porte-parole du gouvernement avaient refusé de s’engager en suivant sur une disparition progressive des voitures diesel, en l’absence d’Angela Merkel, en congés.

A l’occasion de son entretien au journal allemand, la chancelière a de nouveau affirmé qu’il était de la responsabilité des constructeurs de retrouver la confiance des consommateurs après le scandale des émissions polluantes, y compris via des promotions et des mises à jour de logiciels. Martelant à nouveau que les consommateurs « trompés » devaient pouvoir compter sur les performances promises en matière de respect de l’environnement. Elle a toutefois tenu à préciser que les avantages fiscaux favorisant les voitures diesel resteraient en vigueur pour le moment, ces véhicules émettant moins de dioxyde de carbone que les moteurs à essence.

Angela Merkel a par ailleurs indiqué que la priorité des années à venir devait aller au développement d’infrastructures de recharge de batteries permettant une circulation plus aisée des voitures électriques.

Sources : Reuters, Presse allemande

Crédit Photo : VW

Poster un Commentaire

43 Commentaires sur "Merkel enterre le diesel"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

Les VRP vont rouler comment ? avec quoi ?

Kaiser Sauzée
Invité

Et après on aura le scandale du retraitement des batteries…
Les soi-disant écolos regardent ces problèmes par le trou de la serrure et oublient les conséquences.
Sans parler des sources d’électricité.

Thibaut Emme
Admin

Le scandale des batteries n’est pas sur le recyclage mais sur l’extraction des éléments qui les composent.
Alors qu’on peut les extraire de façon «  » » »propre » » » » (moins sale), comme cela coûte plus cher, on les extrait en explosant des montagnes et sassant des millions de m3 de gravas par exemple.

gigi4lm
Invité

Si on continue à exploser les montagnes c’est les partisans de la terre plate qui vont jubiler 😀

wizz
Membre

https://reporterre.net/Corruption-pollution-consommation-les-ravages-du-lithium-en-Argentine
de grandes espaces tout blanc, désert de sel, ancienne mer asséchée…

des mines de sel, il y en a partout, dont chez nous
http://saline-varan.blogspot.fr/2016/02/implantations-des-producteurs-de-sel.html

donc techniquement, on pourrait parfaitement y extraire du lithium de nos mines de sel. Sauf qu’il est bien moins cher d’exploiter ces ressources dans des pays pas chers plutôt que d’exploiter nos ressources de lithium avec nos main d’oeuvre, ou de construire des usines de recyclages qui emploieront nos main d’oeuvre, le tout avec nos normes environnementales…

techniquement, il n’y a aucun soucis à produire des batteries de manière propre, ou très peu sale…

Thibaut Emme
Admin

Ah mais tout à fait @Wizz.
Mais de la même manière que l’on préfère extraire du pétrole plutôt que de pousser aux nouvelles générations de carburants moins sales mais plus chers.
Le pire ? Le lithium est « passager » dans l’histoire des batteries…et une fois qu’on sera passé à d’autres générations de batteries, il restera de grands trous pollués, des montagnes explosés, et d’autres pollutions à venir.

heureux et fièrw
Invité

Peut-être qu’il n’y a plus de pétrole tout simplement.

RICO
Invité

Sans parler du bordel que ca va mettre chez les pays producteurs de pétrole qui vont se retrouver a terme ruinés quand il n’y aura plus de moteurs thermiques .Bonjour l’immigration massive !!!!!

Thibaut Emme
Admin
Du pétrole, on ne tire pas que du carburant diesel. L’essence est le principal distillat. Et il y a des millions de voitures thermiques qui continueront de rouler dans des centaines de pays de par le monde 😉 Néanmoins, certains pays (plus avisés que les autres ?), pensent déjà à l’après pétrole/gaz. On peut citer la Norvège qui utilise la manne fossile pour faire une révolution électrique renouvelable, ou Abu Dhabi (qui a lancé Shams 1, centrale solaire à concentration qui utilise des miroirs pour chauffer un fluide caloporteur et au final générer de la vapeur pour entraîner une turbine),… Lire la suite >>
wizz
Membre

pas forcement une immigration massive
ça pourrait être des acquisitions massives de nos sociétés

pour 220 millions d’euros, ils ont acheté un joueur de foot
dans l’avenir, pour 220 millions d’euros, ils pourraient aussi acheter quelques pépites d’or de nos PME….et accaparer tous les bénéfices de ces sociétés. Avec des centaines de milliards de liquidité, ils pourraient acheter EDF, Renault, Dassault, VW, etc…

TNZ
Invité
Ben, renseigne toi sur comment est fait le recyclage des batteries. Sur les électriques pures, il y a un vrai problème car les batteries sont chimiquement rincées et ne peuvent pas être réutilisées en l’état (d’ailleurs, c’est la plus grosse des conneries dans le concept de la voiture électrique). Sur les hybrides, c’est une autre histoire. Les batteries servent de tampon et non de stockage. Du coup, les calculateurs empêchent l’utilisation des plages basses et hautes à hauteur de 20%, plages d’utilisation qui « détruisent » chimiquement parlant les batteries. Seule la plage des 20 à 80% est utilisée. Au moment de… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
@TNZ : les batteries sont chimiquement rincées ? C’est à dire ? Une batterie li-ion, à moins de faire du super charger à chaque charge, se retrouve grosso-modo à 75% au bout de 8 à 10 ans d’utilisation normalement. Mais elle n’est en rien « rincée » puisque même à 50% de sa capacité initiale, elle peut servir de batterie stationnaire. On peut même (mais le coût est plus élevé) la désassembler pour trier les cellules en fonction de leur état. Dans une voiture électrique, il y a aussi une plage non utilisée (heureusement sinon on briquerait les batteries très vite). De… Lire la suite >>
Arnaud L
Invité

Allez faire un tour sur le site de l’avem, tapez innovation day dans la barre de recherche et vous verrez quel lobbyiste est à la manoeuvre.
Une organisation américaine dont on ne connaît pas les sources de financement et qui dit avoir fait des tests qui pour l’instant ne sont pas publics.

Arnaud L
Invité

https://www.nature.com/articles/s41598-017-03714-9
On a pourtant une étude menée par des scientifiques qui démontrent l’exact inverse de ce qu’affirme cette organisation.
Et dans le même temps on a le Japon qui fait marche arrière sur le diesel.
J’ai la désagréable impression que l’on nous prend pour des c.NS.

Anonyme
Invité

euh, toi, t’es peut être un c.NS, mais pas nous ptdr.

En fait, le gros problème est qu’une majorité de gens ont cédés aux sirènes du diesel sans se poser la question de savoir si c’était fait pour eux

Hector
Invité

http://avem.fr/actualite-innovation-day-le-groupe-psa-precise-sa-strategie-dans-l-electrique-6062.html
Les commentaires ça cartonne !

Quelqu’un sait qui est cet ICCT et quels sont ses financements ?
Quelqu’un a-t-il entre les mains leur étude démontrant le contraire de celle mise en lien par Arnaud ?
C’est quand même assez surprenant parce que les tests de l’ADAC révèlent des productions de particules avec des rapports de 1 à 10000 entre une diesel (E220) et des essence injection directe par exemple hybride rechargeable.

nouh
Invité

Favoriser le tout électrique, c’est répété le désastre du tout diesel./… mais nos politiques quelques soit la nationalité flirte avec les non sens, le pas responsable et surtout l’ignorance des dossiers!!!

gigi4lm
Invité

Et la solution est ….
Parce que le pétrole ne continuera pas de couler à flot pendant des millenaires

Lolo
Invité

« attention, l’uranium non plus !!!! »

On annonce la fusion nucléaire dans environ 50 ans, soit comme par magie sur le même calendrier que la fin du pétrole.

Hector
Invité

Pourtant on pourrait en profiter pour sortir du tout voiture, cela permettrait de résoudre plusieurs problématiques à la fois notamment la pollution et le réchauffement climatique.

seb
Invité

C’est vrai ça, revenons aux chevaux.

Miamdeschips
Invité

J’ai déjà un âne. Me manque que la carriole

Thibaut Emme
Admin
@Seb : nul besoin de revenir aux chevaux. Nos villes sont désormais faites pour que l’on prenne la voiture. Les centres commerciaux sont des aspirateurs à consommateurs, et à voitures. Les liaisons ferroviaires secondaires sont à l’abandon, le schéma en étoile est encore plus vrai qu’avant. Dans bien des cas, pour aller d’un point A à un point B, il faut passer par Paris, passer d’une gare à l’autre avec armes et bagages (et enfants) et le temps de trajet n’est finalement pas si intéressant que cela. Reste le « repos » si on suppose que l’on n’a pas une montagne de… Lire la suite >>
wizz
Membre
ma société wizz inc est heureux de vous annoncer que son employé Dupont pratique désormais le télétravail depuis chez lui à Brie Comte Robert… mais il ne faut pas beaucoup de temps pour que la société wizz se rende compte qu’il peut aussi employer Mohamed en tant que télétravailleur depuis chez lui à Marakech, ou « Sophie » depuis Dakar (pour ceux qui ont déjà appelé des hotline…) bref, je souhaite que le télétravail ne puisse pas trop se généraliser on a de moins en moins de production et se consolait en se reportant sur l’engineering ou le service. On ne produira… Lire la suite >>
Hector
Invité
Sortir du tout voiture cela peut commencer par réfléchir autrement quand il s’agit de faire un déplacement. Pendant mes vacances, je suis allé dans une station balnéaire et il y avait un bus des plages, malgré tout il y avait encore des bouchons à la sortie des plages. A la montagne les gens utilisent bien le bus en station alors pourquoi n’utilisent-ils pas le bus des plages ? Idem pour aller visiter la cité proche. La très grande majorité voulaient y aller en voiture jusqu’à l’entrée de la cité voir à l’intérieur. Mais après ils pleurnichent quand ils ont un… Lire la suite >>
wizz
Membre

intéressant hector

pour sortir du tout voiture, ça consisterait en quoi par exemple?

Arbracam
Invité

repenser le train plus leger (780kg pour un TER contre 170kg autocar en moyenne par passager) pour favoriser le cout du transport et la circulation sur rail. Developper et favoriser le TC (interdiction de circuler dans les centres villes) etc etc

lym
Invité

Pour le train, le poids est nécessaire pour assurer la motricité. N’oublions pas que c’est un contact métal/métal…

wizz
Membre
Plus un véhicule sera lourd et plus il faudra d’énergie pour le mettre en mouvement (1/2*m*v²) mais ensuite, une fois vitesse stabilisée, c’est la résistance au roulement et la résistance aéro qui comptent https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_au_roulement la résistance au roulement entre roue acier/rail et pneu/bitume est de l’ordre entre 1/20 et 1/60. Une voiture de 1 tonne sur ses 4 roues possède la même résistance au roulement qu’un wagon de 60 tonnes bref, y’a de la marge quant à la réduction du poids des trains https://www.tgv-lyria.com/sites/default/files/88.SMTGVPOS%C2%A9%20Sylvain%20Meillasson_11.JPG quant à la résistance au vent, dépendant de la surface frontale, je vois un véhicule en… Lire la suite >>
Hector
Invité

Un autocar cela pèse 12 à 13 t à vide et transporte 50 passagers on est donc à 240 kg par passager, par contre c’est limité à 110 km/h sur autoroute.
N’importe quel TER est apte au 140 km/h et certains à 200 km/h.
La différence de masse vient de là pour passer les tests de résistance aux chocs.

En fait il faudrait comparer un autocar avec un tram-train qui ont des vitesses identiques.
Cependant la tram-train est handicapé par une charge à l’essieu inférieure (12 t maxi. contre 13 pour les autocars) et une succession d’essieu pénalisante.

Prince Vaillant
Invité

Thibaut, cette culture, cet esprit d’analyse et ce bon sens incarné, je t’Emme ^^

wpDiscuz