Accueil DS Tavares veut redresser la situation « inacceptable » de PSA en Chine

Tavares veut redresser la situation « inacceptable » de PSA en Chine

295
29
PARTAGER

Carlos Tavares est loin d’être satisfait des mauvaises performances de PSA en Chine, et il le dit ! S’exprimant dans le cadre du salon automobile de Shanghai, le président du directoire du groupe automobile a axé son propos sur les mauvais résultats commerciaux et financiers de PSA dans l‘Empire du Milieu.

Le patron de PSA estime désormais que la situation dans laquelle se trouve le groupe en Chine n’est « pas acceptable », pointant du doigt la forte baisse des ventes enregistrée l’année dernière, alors même que le marché automobile chinois affichait une progression. « Nous pensons que nous devons et que nous pouvons mieux faire« , a-t-il déclaré à des journalistes.

PSA a écoulé 615 000 voitures en Chine en 2016  via des co-entreprises avec des sociétés locales, dont son actionnaire Dongfeng. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la chute enregistrée durant l’année par le constructeur est de 16 %,  le premier marché automobile mondial affichant parallèlement une croissance de 15 % à 24,38 millions d’unités. Cette contre-performance pourrait être due à une inadéquation des gammes au marché. Les SUV, crossovers et 4×4 aux allures citadines ont en effet désormais le vent en poupe en Chine puisqu’ils représentent  40 % du marché à l’heure actuelle. Face à cette dégringolade des ventes, l’entreprise semble donc avoir été quelque peu optimiste en affirmant pouvoir atteindre le million d’unités vendues en Chine à l’horizon 2018. Le Citroën C5 Aircross, présenté au Salon de Shanghai aura donc la lourde tâche de permettre au groupe PSA d’améliorer ses performances.

Pour tenter de redresser la barre, Carlos Tavares a promis de travailler « d’arrache-pied ». Une pression accrue ne devrait pas tarder à se faire sentir sur les salariés et commerciaux et équipes marketing. Les défis de PSA en Chine « ne sont pas que des défis de produits, mais des défis réseau, de politique commerciale, des défis de communication-marketing», a d’ailleurs indiqué le président du directoire.

Les équipes du secteur financier ne sont pas être en reste, le patron de PSA indiquant que son groupe avait besoin d’accélérer ses réductions de coûts en Chine s’il voulait être à même d’y réussir le redressement promis à l’horizon 2021. Plus direct encore, Carlos Tavares a déclaré que PSA avait besoin d’un nouveau business model sur le territoire chinois.

A l’instar des mesures prises en Europe, en Amérique latine et en Russie, PSA a engagé un plan de redressement dans ses filiales chinoises. Il espère ainsi d’ici 2021 porter à 10% la marge du groupe en Chine et en Asie du Sud-Est. Néanmoins Carlos Tavares a reconnu mardi que la cible de 20% de réduction de coûts en deux ans, par rapport aux niveaux de 2015, s’avérait être une tâche difficile.

Le groupe souhaite également procéder à l’assainissement des concessionnaires. Carlos Tavares a d’ores et déjà prévenu que PSA ne pouvait se permettre de soutenir éternellement ceux parmi eux « qui se mettent d’eux-mêmes en marge négative ». Selon le patron de PSA, quelques dizaines d’entre eux seraient en difficulté, victimes de la  guerre des prix qui fait rage sur le marché depuis 2015. Il estime également qu’un changement de politique commerciale  s’avère désormais nécessaire pour pouvoir se mettre en adéquation avec un marché bientôt aussi mature que celui de l’Europe. La maîtrise des coûts est selon lui un élément essentiel pour permettre d’offrir des marges de manœuvre aux secteurs commerciaux.

Sources : AFP, Reuters
Crédit Photo : Citroën

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Tavares veut redresser la situation « inacceptable » de PSA en Chine"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité
Bon, c’est bien qu’il se passe quelque chose chez PSA concernant la Chine ; je commençais a me demander s’il y avait un pilote au volant depuis le debut de l’année… Par ailleurs, tout le monde sait que les clients préfèrent désormais (partout) les SUV, mais le niveau des ventes de berlines ne s’est quand meme pas effondré (voir les ventes de VW), c’est la croissance qui se fait sur les SUV. Trop facile donc d’utiliser ca comme excuse a toutes les sauces (je parle ici des journalistes soit disant spécialisés qui ne connaissent pas grand chose au marché chinois)…… Lire la suite >>
miké
Invité

D’autant plus que PSA a, en Chine, une gamme de suv bien et beaucoup plus développée qu’en Europe. C’est donc une bien belle excuse.

reveniaud
Invité

Lesquels …?

ASD
Invité

bien plus… disons un peu plus : C3 XR et DS 6 WR

Bob
Invité

Peut être que le chinois ont compris enfin la qualité des véhicules de PSA.
TOUT NOUVEAU TOUT BEAU .
Sujet négatif sur une marque française max 15 posts.
Pas maso les frenchies. 🙂
Par contre quand c’est una autre marque étrangère. ….

Lepèrelavertu
Invité

C’est surtout qu’on n’a pas l’équivalent trollifique pro-PSA du genre Bob et Denis qui alimentent la machine par leur aveuglement et mauvaise foi patentés. 😉

Bob
Invité

🙂 🙂 🙂 ok mais tu penses quoi du sujet en question.
Allez fait toi du mal 🙂 🙂

Lepèrelavertu
Invité

N’étant pas partisan et me concentrant uniquement sur les faits, je dirais simplement que c’est logique: tout comme la marque Fiat (y en a d’autres mais je vais citer celle qui te fait le plus plaisir), PSA n’a pas suffisamment anticipé le retournement rapide du marché chinois en faveur des SUV, laissant le champ libre aux marques « indigènes », le pire étant DS qui ne propose que deux modèles à peu près adaptés au marché (sur une gamme de 5 véhicules), et encore leur absence de technologies premium les ont totalement desservi :).

Denis
Invité

Lepèrelavertu, ne pas être d’accord avec toi c’est déjà un peu être de mauvaise foie hein!
Encore un petit rancunier….

Lepèrelavertu
Invité
Non mon petit, être de mauvais foi c’est ignorer les faits, ne retenir que ce qui t’intéresse, et en inventer d’autres pour contre-balancer une mauvaise nouvelle, exercice dans lequel tu es passé maître avec ton bobounet. Sinon je ne vois pas trop à propos de quoi je devrais être rancunier, je suis rarement les réponses qui me sont faites (le cas présent est une exception), et le reste j’oublier car au fond je ne te connais même pas et qu’il y a suffisamment de sujets choquants dans le monde moderne pour s’énerver sur quelques petits hommes qui se cachent derrière… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

Perdu, il y en a déjà 16.

greg
Invité

Il n’y a pas que l’année 2016, en 2017 pour le moment c’est pire avec des -40%.

olivier
Invité

« Nous pensons que nous devons et que nous pouvons mieux faire »

J’adore ces annonces de PSA… qui enfonce des portes ouvertes!!

C’est bien………………….et aprés ?

Lulu
Invité

En 2014 Dongfeng mange 14% du capital de Peugeot en France.
Dans la coentreprise PSA en Chine Dongfeng détient, mange 50% du capital ( en principe ).

……. Les défis de PSA en Chine « ne sont pas que des défis de produits, mais des défis réseau, de politique commerciale, des défis de communication-marketing», !!!!!!
Mais que font les Chinois de Dongfeng ????? à part manger 14% de PSA et 50% en Chine ?
Qu’a fait Emmanuel Macron Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et « actionnaire à 14%  » pour Peugeot de 2014 à 2016 ????
Le guignol devant les Chinois ?

SGL
Invité
Les 14% du capital de Peugeot pour Dongfeng n’est pas de la faute de Tavares, la boîte était en faillite virtuelle à l’époque ! Merci notamment la concurrence déloyale des autres constructeurs qui ne respectaient pas les normes anti-pollution, suivez mon regard… Bref, c’était aussi pour des multiples d’autres raisons. Mais à l’époque, Dongfeng n’était pas le sauveur plutôt que l’envahisseur ? PSA n’était pas lâché par l’état et les Français à l’époque ? Dongfeng a profité intelligemment de la situation pour leur business, peut-on leur reprocher cela !? En attendant les choses vont globalement mieux avec Tavares, il a… Lire la suite >>
wpDiscuz