Accueil Concept car Paris 2014 : Renault Eolab Concept

Paris 2014 : Renault Eolab Concept

307
57
PARTAGER

1L/100km. C’est le chiffre symbolique avec lequel Renault entame le communiqué de presse pour ce concept qui sera exposé au Mondial de l’Automobile. Un objectif clair, qui sert à justifier une inflexion importante dans la stratégie du constructeur français vers les motorisations alternatives : l’élargissement de la stratégie du tout électrique à l’hybride rechargeable.

On connaît le choix maintes fois exprimé par Carlos Ghosn de passer l’étape hybride pour tout miser sur le pur électrique. Le monde réel n’a pas vraiment coopéré jusque-là, que ce soit du côté du défunt projet Better Place dans lequel Renault a fait sa part mais s’est retrouvé avec une voiture privée de l’infrastructure pour laquelle elle a été pensée, la Fluence ZE, ou de celui de ses produits innovants, la Zoé et la Twizy, dont le marché espéré ne s’est n’est pas (encore ?) matérialisé.

En attendant la seconde manche dans cet espace du tout électrique, Eolab signale une significative remise sur le métier de l’ouvrage du constructeur qui se convertit enfin au cocktail combustion interne/électrique, une solution qui a fait ses preuves sur le marché et apparaît comme l’alternative salvatrice à la voie sans issue du tout diesel.

CHR2786

Eolab n’est pas de l’espèce des concepts qui vendent du rêve. C’est plutôt, comme son nom l’indique, un laboratoire roulant pour des choix technologiques réalistes qui se retrouveront à moyen terme dans les véhicules de série, dans la lignée des concepts EVE et VESTA des années quatre-vingts qui exploraient déjà des solutions pour la faible consommation.

La pièce de résistance d’Eolab est donc la nouvelle chaîne de traction hybride rechargeable ZE Hybrid, une création maison a 100% qui combine un 3 cylindres essence de 999 cm3, une nouvelle transmission robotisée à trois rapports, dont Renault vante les avantages en terme de simplicité et d’encombrement par rapport aux CVT (préférées par les cousins de Nissan) et aux systèmes à double embrayage, et un moteur électrique de 50 kW située dans l’embrayage. La batterie Lithium-Ion plug-in de 6,7 kWh a été conçue en collaboration entre Renault et le CEA pour être légère et de volume limité.

CHR2784

Les choix techniques ont été faits de façon à être économiques et simples afin de pouvoir être mis en oeuvre en production sur des véhicules d’entrée de gamme et le constructeur annonce que cette chaîne de propulsion hybride arrivera sur des voitures dans les concessions avant 2020.

Le conducteur disposera de deux modes : « semaine », qui privilégie le tout électrique jusqu’à 60 km et 120 km/h pour des trajets courts et urbains, et « week-end », où la combinaison thermique/électrique classique du fonctionnement hybride permettra des prestations routières adéquates en terme de performance et d’autonomie.

Difficile de ne pas faire le parallèle avec la technologie Hybrid Air de la maison d’en face, techniquement bien différente mais elle aussi pensée pour l’entrée de gamme et elle aussi programmée pour 2020. Fidèles à leur ADN, les deux constructeurs français ont choisi de s’attaquer à l’hybridation de leur coeur de cible, les petites voitures, un segment encore peu exploré par l’hybride (en dehors de Toyota) du fait de la difficulté à rentabiliser une technologie complexe dans cet espace, contrairement au premïum où les motorisations de ce type sont désormais bien présentes.

Renault_EOLAB_2

La chaîne de traction n’est pas le seul domaine où Eolab innove. La quête des kilos superflus a été conduite de façon méthodique et les différents choix technologiques ont permis de gagner 400 kg par rapport à une compacte de segment B de taille et d’habitabilité équivalente de type Clio. 160 kg ont été gagnés sur la chaîne de traction et la monocoque, 130 kg sur la carrosserie et 110 kg sur les équipements et l’habillage. Là encore, le choix du réalisme économique a écarté la solution la plus évidente du tout carbone. La monocoque, les trains roulants et la carrosserie font appel à une combinaison d’aluminium, d’acier TTHLE de faible épaisseur mais aux caractéristiques mécaniques maintenues, de plastiques composites incluant de la fibre de verre pour les ouvrants et même de magnésium pour le toit qui ne pèse que 4 kilos. L’intérieur fait appel également à des matériaux légers pour les sièges, le plancher et le vitrage, réalisé par Saint-Gobain, qui est 25% plus léger que sur une voiture de production.

Le troisième volet de ce projet visant à la très faible consommation est l’architecture et l’aérodynamique particulièrement soignée qui a dicté la forme globale inhabituelle, avec un pavillon fuyant et une voie arrière plus étroite qu’à l’avant. L’amélioration du SCx par rapport a une Clio IV atteint 30%. Eolab utilise des éléments aérodynamiques mobiles qui contrairement à ceux que l’ont trouve sur les supercars actuelles ne servent pas à générer de l’appui mais à optimiser l’écoulement de l’air. C’est ainsi que l’on trouve une assiette variable qui s’abaisse graduellement en fonction de la vitesse grâce aux suspensions pneumatiques pilotées, un spoiler actif et des flaps mobiles dans l’extracteur. Même les jantes sont mises a contribution avec une couronne externe qui vient couvrir les ouvertures lorsque le refroidissement des freins n’est pas nécessaire.

CHR2780

Le conducteur peut visualiser en temps réel l’efficacité de tous ces systèmes via des instruments de bord basés sur un afficheur numérique qui sert les informations en fonction des besoins, complété par une tablette tactile pour l’interaction.

Le concept Eolab, qui fait appel aux traditionnels partenaires du constructeur que sont Michelin pour les pneus, Continental pour les freins, Faurecia pour les sièges et le plancher et Saint-Gobain pour le vitrage, s’inscrit dans le cadre du plan « Nouvelle France Industrielle ». Renault donne le chiffre d’une centaine d’innovations technologiques rassemblées dans ce concept, compatibles avec les coûts et les équipements de production existants et qui devraient d’autant plus aisément faire la transition dans les modèles de la gamme, ce qui devrait satisfaire à celles et ceux qui désespèrent régulièrement des concepts sans lendemain.

CHR2781

Source et crédit illustrations : Renault

 

Poster un Commentaire

57 Commentaires sur "Paris 2014 : Renault Eolab Concept"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
aUREL
Invité

Encore un truc qui ne sert à rien…

bzep
Invité

A mon avis non, ce modèle risque d’être le début de futurs modèles dans lesquels nous retrouverons des solutions technologiques. Le style (pas mal au final) c’est autre chose.

SGL
Invité

T’a raison !
« sert à rien… »
– Démonstrateur technologique pour l’image de marque
– Maitrise des nouvelles techniques pour l’automobile de demain
– Sauver la planète et les p’tits zoiseaux par l’écologie procurée
– Relativiser les performances des premiums sur le domaine des autos propre de demain (il est moins i2 que certaine !? non ?)
Dans 5 ou 10 ans les Renault de série pourront faire un bond dans leurs performances grâce à ce concept.

SAM
Invité

Si ce n’est vous montrer quelques éléments de l’identité visuelle de la porchaine Mégane?

juuhuu
Invité

Tu es joueur aUREL il te manquait de faire aboyer SGL ? 🙂 🙂 🙂

Pat
Invité

Encore un commentaire qui ne sert à rien…

lordceiz
Invité

Sa me fais pensé aux modèles i de BMW… si ce projet pouvait être poussé aussi loin, se serai super

carcassor
Invité

superbe concept plein de solutions d’avenir pas farfelues et agréable à regarder. chapeau renault….. ha si, le nom un peu douteux…la première fois j’ai lu « Ebola Concept »…

juuhuu
Invité

Elle est très réussie ! Et en effet agréable et dynamique sans en surajouter en agressivité. Et elle semble fourmiller de petits détails sympas 🙂

A charge à Renault de pas la transformer en merguez une fois en production comme feu la Zoé !!!

SGL
Invité
« comme feu la Zoé !!! » @juuhuu n’enterre pas trop vite la Zoe, elle reste une remarquable carte de visite pour la marque ainsi qu’un formidable retour d’expérience pour la mise en œuvre future des VE en circulation (ils essuient les plâtres pour le moment). C’est aussi la rare, voire la seule, auto qui augmente doucement mais surement les ventes d’une année à l’autre ! Son succès est totalement lié au développement réseaux de bornes de recharges, comme il en manque encore énormément les clients potentiels attend le moment propice pour passe à l’achat. En 2015 il aura 16.000… Lire la suite >>
Pat
Invité

La Zoé une mergez ?? T’es serieux là ?

SGL
Invité
SUPER, Génial, enfin Renault renoue dans les autos d’ingénieurs, intelligente et belle par-dessus le marché !! (Une pensée émut pour l’i3) Comme à la belle époque des années 20 et 30 ou plus près de nous la Renault Eve de 1981 et Vesta 2 de 1987. Le coup de chapeau sera total SI Renault ose la mettre en production RAPIDEMENT ! (pas comme Peugeot et sa 208 HYbrid FE ou 208 Hybrid Air, formidable démonstration de technologie mais inexistant à la vente) Le bémol : annonciateur de la fin programmée de la Zoé (je ne l’espère pas pour autant) pour… Lire la suite >>
juuhuu
Invité

En effet elle est belle, que Renault maintenant ne saccage pas tout en la mettant sur la route..

Nicolas
Invité

très intéressant techniquement, et plutôt réussi esthétiquement! (Même si l’arrière est presque aussi moche que celui d’une Toyota…)
J’espère qu’on verra rapidement ces innovations sur des modèles de série, en particulier le moteur hybride.

wpDiscuz