Accueil Formula E Formule E 2014 : Retour en images sur l’ePrix de Pékin

Formule E 2014 : Retour en images sur l’ePrix de Pékin

109
2
PARTAGER

Nous avons suivi de près la première épreuve du championnat pionnier de Formule E samedi dernier, un événement non exempt de défauts de jeunesse mais encourageant pour une première, que ce soit au niveau de la technologie ou celui de la compétition. Regardons aujourd’hui les choses de plus près encore grâce aux images de Christophe Hunsicker, présent sur place.

Electrique ou pas, une monoplace passe le plus clair de son temps déshabillée et sur des chandelles, et les images des garages, ou plutôt dans ce cas des grandes tentes, ramènent en terrain connu des amateurs. Seuls les épais gants de caoutchouc isolants des mécaniciens et ingénieurs sont le signe que les choses sont un peu différentes.

Les visages dans le paddock aussi sont autant de repères : Alain Prost, apparemment très motivé par son retour au rôle de directeur d’écurie, Jean Todt, qui veille avec la FIA  depuis le début sur la gestation de la nouvelle série, Pascal Couasnon le directeur de la compétition chez Michelin et Serge Grisin, en charge du développement du pneu spécifique pour la Formule E chez le manufacturier, et bien sûr les pilotes, là-aussi de sérieuses pointures, jeunes anciens de la F1 ou premiers rôles en WEC.

FormulaE_Pekin_Chris_Hunsicker-6031

Malgré l’inédit qu’elle représente, cette formule s’inscrit bien dans le monde du sport auto tel qu’on le connait et l’apprécie. L’histoire retiendra pour cette première que les autos ont été fiables pour la plupart, les péripéties nombreuses et les duels possibles. Elle retiendra la pole position de Nicolas Prost et sa malheureuse erreur dans le dernier virage, avouée et pardonnée depuis, qui a envoyé Nick Heidfeld faire un crash test heureusement réussi, et la victoire de Lucas di Grassi.

Au chapitre des « peut mieux faire », le tracé pas très passionnant et l’inexpérience des commissaires face aux voitures électriques, que ce soit pour le dégagement interminable de la voiture de Bruno Senna alors que la course est brève, ou pour l’hésitation à aider Nick Heidfeld à se dégager de son épave. Le changement de voiture est également bien laborieux quand on a en tête la chorégraphie millimétrée et hyper-efficace des arrêts pneus en F1. Tout cela est heureusement largement améliorable, l’expérience venant.

Ce qui ressort enfin de ces images, c’est l’omniprésence de Renault, qui a collaboré avec Spark, la filiale de ART Grand Prix de Frédéric Vasseur pour la conception et la construction des voitures, et de Michelin, qui s’investit très sérieusement avec un pneu inhabituel pour une série monoplace du fait de sa taille basse (18 pouces) et de son profil à sculpture qui permettra de l’utiliser à la fois sur le sec et sur le mouillé. Une base technique largement hexagonale pour une série internationale, on ne s’en plaindra pas. Patience désormais jusqu’au 22 novembre (c’est bien loin !) et à la seconde épreuve à Putrajaya en Malaisie, et place aux images.

Images copyright Christophe Hunsicker / Auto Press Club

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Formule E 2014 : Retour en images sur l’ePrix de Pékin"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
opti78
Invité

Excellent article, comme d’habitude…. mais au fait, dans les résumés videos, j’ai pas vu beaucoup de spectateurs…. à part les « commissaires »… bien sûr… 😉

Thibaut Emme
Admin

Durant les essais, peu de monde, mais pendant la course, la tribune ligne des stands était remplie (petit tribune) et les deux trois autres points étaient vraiment petits.
La Formule E n’a pas encore la renommée d’autres courses. Perso je pense qu’en Europe dans certaines capitales elle aurait du succès…mais pour le moment on va à l’exotique.

wpDiscuz