Accueil Berlines Essai Skoda Rapid Spaceback 1.4 TSI 122 ch DSG (3/3) – Le...

Essai Skoda Rapid Spaceback 1.4 TSI 122 ch DSG (3/3) – Le choix raisonnable

386
9
PARTAGER

Bien qu’elles soient au niveau de leurs rivales, tant sur le plan qualitatif que sur celui des technologies embarquées, les Skoda conservent un avantage financier relativement important face à la plupart d’entre elles. Un atout que ne se prive pas de reprendre la dernière née de la marque.

Parlons argent

A 22 930 €, la Rapid Spaceback ne semble pas, de prime abord, très compétitive si on la compare, par exemple, à une Citroën C4 1.6 VTi 120 ch Confort Auto. (22 850 €). Mais si l’on se penche sur la liste des équipements de série, on y découvre une multitude de références nécessitant une rallonge sur la française : jantes alu, radar de recul et éclairage de virage. La Rapid se permet également de ne pas avoir de malus à payer (2 200 € pour la française), ce qui, au final, lui accorde un avantage à l’achat d’environ 3 000 €. Un atout loin d’être négligeable et auquel se rajoute une consommation tout à fait raisonnable : aux alentours de 7 l/100 km lors de notre essai composé à part égales de villes, de nationales, de routes de montagne et d’autoroutes.

Gamme et prix
Elegance
Skoda Rapid Spaceback 1,4 TSI 122 ch DSG22,930 €

Conclusion

Plus adaptée aux envies des consommateurs européens que la variante tricorps, la Rapid Spaceback devrait permettre à Skoda de prendre pied sur le marché des berlines compactes. Si elle ne manque pas d’atouts pour séduire, on regrette toutefois que la recherche de la « perfection » ne soit pas allée aussi loin que dans le cas de l’Octavia. Mais peut-être aurait-ce été créer une concurrente trop féroce pour la cousine VW Golf ?Essai Skoda Rapid Spaceback 1.4 TSI 122 ch DSG (49)

+Couple moteur/boîte de vitesses
Consommation
Absence de malus écologique
Qualité des matériaux intérieurs
Absence de certains équipements technologiques

 

Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne
Turbo à géométrie variable
Injection directe d’essence
Transversal avant
Cylindrée1 390 cm3
Puissance122 ch à 5 000 tr/mn
Couple200 Nm de 1 500 à 4 000 tr/mn
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesRobotisée à double embrayage et 7 rapports
Performances
Vitesse maximale203 km/h
0 à 100 km/h9,4 sec.
Consommation
Cycle urbain6,9 l/100 km
Cycle extra-urbain4,7 l/100 km
Cycle mixte5,5 l/100 km
CO2127 g/km
Dimensions
Longueur4 304 mm
Largeur1 706 mm
Hauteur1 459 mm
Empattement2 602 mm
Volume de coffre384 à 1 380 litres
Réservoir55 litres
Masse à vide1 225 kg

 

<<<LIRE LE DEBUT
Châssis, confort et comportement
Moteur et transmission

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Essai Skoda Rapid Spaceback 1.4 TSI 122 ch DSG (3/3) – Le choix raisonnable"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité
Look passe-partout (voire : indigent), marque sans notoriété chez nous, techno ultra classique : franchement, on ne va pas en voir partout dans les rues. Sans compter que le prix, lui, est salé pour une Skoda si banale. Ah oui l’équipement… Mais on peut s’en passer du toit en verre non ? Je pense que cette auto se vendra 1. en version bas de gamme (bon marché) et 2. en diesel (pour les économies de carburant). Bref, des Rapid Spaceback haut de gamme essence en BVA, ça va être plutôt rare sur nos routes. Cette voiture n’a absolument pas la… Lire la suite >>
dranseb
Invité

Faut admettre que l’hommage à la Lada Samara est plutôt réussi !

Gliale
Invité

Le style est vraiment pataud!
Je pense que dans ces conditions le seul argumentaire possible aurait été un prix très agressif en concurrence avec les Dacia. Mais vu les tarifs salés et la mauvaise image de marque auprès du grand public (voiture de l’est) c’est un futur bide commercial.

Fabrice
Invité

Pour moi la Rapid est une Polo légèrement allongée… et partage d’ailleurs sa plateforme.

Pas de quoi boxer dans la catégorie d’une Golf, malgré ce qu’essaierait de nous faire croire Skoda…

Bref, comme dit au dessus, c’est vraiment pas le top cette auto. Look déprimant, toit noir pour « faire genre premium », intérieur de Roomster…

Je lui préfère 1000 fois une Clio 4 break. (c’est a mon avis sa vraie concurrente)

litlfred
Invité
Ce n’est peut etre pas une reine de beauté, mais il n’y a rien à reprocher au traité et le classicisme peut-etre au contraire vu comme un argument de poids pour certains. D’ailleurs sa cible première n’est probablement pas le marché hexagonal où la concurrence sur le segment est rude et l’image de Skoda ( malheureusement ) pas encore cernée par le plus grand nombre. Elle devrait rencontrer de beaux succes plus à l’est, dans un segment où Skoda etait absent. Je suis juste étonné par le tarif un peu élevé alors qu’elle ne repose meme pas sur la plateforme… Lire la suite >>
panama
Invité

Tout à fait ! C’est un modèle pour marchés émergeants ou Europe de l’Est.

Chez nous, elle est entre deux marchés : celui du low cost et celui des compactes type 308, Mégane, etc.

Sa concurrente est clairement la Chevy Cruze. Qui n’a pas trouvé son marché chez nous. Alors…

Louis
Invité

Malgré les 3 pages sur une voiture dont la diffusion sera forfement confidentielle, l’auteur n’a pas trouvé de place pour citer l’étude sortie dans Auto-Bild qui place Skoda parmis les marques les moins fiables vendue en France. C’est pourtant un élement essentiel sur le coup final de cette auto.

Dommage.

wpDiscuz