Accueil Audi Christian Bakkerud (1984-2011): trop tôt

Christian Bakkerud (1984-2011): trop tôt

172
13
PARTAGER

Les pilotes actuels commencent leur carrière de plus en plus tôt. Le Danois Christian Bakkerud n’a que 17 ans lorsqu’il s’est lancé en Formule BMW. A 23 ans, il comprend qu’il n’ira jamais en F1. A 25 ans, démoralisé après 2 saisons modestes, il raccroche le casque. Mal reconverti, il a été victime d’un accident de la route.

La carrière de Christian Bakkerud débute en Formule BMW. Il débute par le championnat Allemand et termine 24e en 2003, l’année où un débutant nommé Sebastian Vettel est 2e

Il part en Grande-Bretagne pour se lancer dans le tout nouveau championnat Britannique de Formule BMW. Il court aux côtés de Bruno Senna, Antonio Felix da Costa et Peter Dempsey et termine la saison à la 11e place.

En 2005, il reste en Grande-Bretagne et « monte » en F3 avec Carlin.

Il redouble en F3 en 2006 et s’impose à Misano. C’est la plus belle victoire de sa carrière.

Fort de ce succès, il passe au GP2 avec le David Price Racing (alors proche de Carlin) en 2007. Le DPR débute également dans la discipline. Bakkerud n’obtient aucun point.

En plus, en deux occasions, il sort violemment et se blesse au dos.

Dés que la saison de GP2 s’achève, les tuiles s’enchainent. Alors qu’a priori, il doit poursuivre en GP2 avec DPR en 2008, son équipe se brouille avec Carlin et il part en catastrophe chez Super Nova.

En GP2 Asia, il ne décroche de nouveau aucun point.

En GP2, lors de l’ouverture à Barcelone, il percute Ben Hanley. Sa blessure au dos se réveille et il ne revient qu’à Monaco. Là, c’est cette fois avec Kamui Kobayashi qu’il valse. Il n’a aucun bobo en apparence, mais lors d’essais privés, il se rend compte qu’il n’est pas physiquement apte.

Sa saison et sa carrière en monoplace sont terminées.

A la même époque, Colin Kolles, l’inamovible N°2 de Jordan-Midland/MF1/Spyker/Force India (l’écurie de F1 ayant changé 4 fois de nom en autant de saisons) est mis sur la touche par Vijay Millya.

Bien qu’étant toujours théoriquement membre de Force India, il fonde une écurie de DTM en 2009. Il embauche Bakkerud, qui se retrouve au volant d’une Audi A4 de 2007.

Le règlement de la discipline est très « allemand ». A Zandvoort, le Danois est disqualifié pour avoir simplement oublié de s’être présenté à la pesée d’après-course.

En parallèle, Colles engage deux R10 TDI aux 24 heures du Mans, dont une pour Chistjan Albers, Giorgio Mondini (deux ex-pilotes MF1) et Bakkerud.

Le trio termine 9e.

A Hockenheim, Bakkerud participe à la fête du départ en retraite de son compatriote Tom Kristensen.

En course, il effectue un festival: parti 20e, il termine 12e. Le Danois (à gauche, avec ses équipiers) se plaint de sa vieille voiture, mais il a de grands espoirs pour 2010.

Hélas, Kolles ne poursuit pas en DTM. Il revient en F1, avec HRT et n’a donc plus autant de temps pour sa structure.

L’unique course de Bakkerud en 2010 est une participation aux 24 heures du Mans, toujours avec Kolles. Oliver Jarvis remplace Mondini.

Cette fois, le trio abandonne. Déçu par une carrière au point mort, il annonce qu’il prend sa retraite.

On retrouve Bakkerud à Londres, où il travaille comme commercial chez Shipco Transport, un transporteur maritime.

La reconversion n’est pas facile pour un homme sans diplôme et qui clamait fin 2009 que « la course est toute sa vie. »
Il démissionne à l’été 2011 et il se cherche une nouvelle orientation professionnelle.

Le 11 septembre, près de Wimbledon, il manque un virage au volant de son Audi RS6. Grièvement blessé, il décède à l’hôpital.

Il aurait eu 27 ans en novembre.

Crédit photos: Christian Bakkerud, sauf photo 2 (BMW), photo 3 (Carlin), photo 4 (British F3), photo 5 (GP2), photos 7 et 9 (DTM) et photo 11 (Shipco.)

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Christian Bakkerud (1984-2011): trop tôt"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Super râleur
Invité

Dommage, car de mourir à cette âge est un gâchis. Manque un virage….. Il roulait à combien?

Boum
Invité

Chapeau l’artiste!
Quant à ta remarque pourri sur sa vitesse… comme si la vitesse seule expliquait son décés : tu es pitoyable petit.

Carlos
Membre

Peut-être bien mais en Audi RS6, on a bien le droit de se demander si la vitesse n’est pas la cause principale et ce même si on a pas eu le cerveau lavé par le gouvernement ! 😉

Mourir si tôt, un vrai gâchis. 🙁

Membre

Joest j’ai envie de pleurer … Ok il à raté sa carrière pour autant fallait il bouder et raccrocher le casque ???
Ca fait caprice d’enfant gâté …
Combien aimeraient être à sa place ? Encore un qui n’avait plus les pieds sur terre …
Ne serais-ce que rouler en RS6 suffirait à mon bonheur …

A propos de Bakkerud j’en connais un moi qui vient de remporter le championnat d’europe de rallycross de D1A … mais ça au blog auto le rallycross européen on s’en contrefout …

Tibo35
Membre
@Allofall: je répondrais pour moi, je laisse le soin à JJO de répondre pour lui s’il le souhaite. N’avez-vous pas de rêve? Si votre rêve était d’aller en F1 (même chez Virgin!) et qu’à 20 et quelques années on vous fasse comprendre que non vous n’irez pas. Cela ne vous déprimerait pas un poil? Perso miser toute sa vie sur un rêve et voir ce rêve disparaître très tôt (et ne pas vraiment avoir de bol avec les reconversions) ça me foutrait un coup. Si votre rêve c’est de rouler en R26, tant mieux 😉 c’est un rêve bien accessible… Lire la suite >>
cycledelic
Membre

Bel article et bel hommage.

Tibo35
Membre

Au delà du cas de Bakkerud (que je découvre avec cet article), c’est tous les sportifs de haut-niveau (ou ceux qui souhaite le devenir) qui sont en question.

La F1 est pleine d’espoirs qui n’ont jamais pu percé car pas de sponsors, pas le bon timing, pas le bon agent, etc…Certains savent rebondir et partir sur d’autres championnat (Colard, Bouillon, etc), et d’autres malheureusement ruminent leur malheur et plaquent tout comme Bakkerud qui se retrouvait dans un domaine complètement déconnecté de sa passion.

carrera6
Invité

Il est clair que personne n’est à l’abri du moindre accident et ce n’est pas une raison pour tout de suite fustiger le vitesse.
Ce que l’on constate c’est la difficulté que représente l’acces à ce métier.
En tout cas il est décédé, et c’est toujours triste.

Nico8033
Membre

eh bah tu crois quoi carrera6 ?On dit qu’il rate un virage ! S’il rate un virage personne ne peut l’avoir touché ! Sinon on dirait « il s’est fait pousser par un autre chauffard ».

SAMUEL
Membre

c’est le principe même de la discipline: la sélection. pareil pour les autres stars. soit on se contente de ce qui est à notre portée, dans nos compétences, soit on espère et il faut avoir les moyens de ses ambitions.

Tibo35
Membre

Sauf qu’en course auto (peut-être plus qu’ailleurs) les compétences seules ne suffisent pas.

Combien de pilote ont raté leur carrière car ils n’étaient pas dans la bonne équipe au bon moment, ou pas avec les bons sponsors, etc?
Combien d’espoirs ne sont restés que des espoirs car le directeur de l’écurie n’a pas voulu leur donner leur chance, etc.

Beaucoup de pilotes auraient sans doute leur place dans un baquet de F1, et ce n’est pas qu’une question de talent s’ils n’y sont pas.

wpDiscuz