Accueil 4x4 Essai Land Rover Discovery 4 : Plus près de toi mon Range...

Essai Land Rover Discovery 4 : Plus près de toi mon Range (1/2)

467
0
PARTAGER

C’est en début d’année qu’est apparue la quatrième génération de Discovery. Une nouvelle génération qui prend la forme d’un gros restylage plus que d’une véritable nouvelle voiture et qui renforce donc tous les points forts de la précédente génération tout en apportant une touche de modernité supplémentaire.

Cette touche se remarque surtout sous le capot, où c’est le nouveau V6 turbodiesel de 3.0l et 245 chevaux qui remplace l’ancien V6 2.7 TD.  Stylistiquement, le Discovery évolue plutôt timidement, se contentant de boucliers redessinés et de nouveaux feux arrière à diodes formant deux grands cercles lumineux, tout à fait dans la continuité de ce qui s’est fait sur le Range à la même période. Le Disco conserve donc son allure typique, anguleuse à souhait, avec une partie arrière rehaussée rendue très lumineuse par les grandes baies vitrées latérales. Une impression encore renforcée par le triple toit vitré de notre modèle d’essai, dans son exécution la plus exclusive HSE. Du coup, les occupants de la troisième rangée n’ont aucune impression de confinement. Car oui, pour ceux qui l’ignoreraient, le Discovery est un sept places, doté de deux petits sièges complètement escamotables dans le plancher du coffre. Coffre qui, en plus, est aisément accessible grâce à son plancher plat et à son hayon arrière s’ouvrant en deux parties.

Une allure encore plus Premium, qui se confirme une fois à l’intérieur. Car si la précédente génération n’avait déjà pas à rougir de sa présentation intérieure, elle a encore été affinée sur la nouvelle, au point de se rapprocher dangereusement de celle d’un Range Rover. Les matériaux sont d’une qualité irréprochable, mieux encore que dans «mon» dernier Range dont le bois véritable avait l’air en plastique, les assemblages sont précis et sans bavures et l’ensemble respire la solidité.

Pour ce qui est de la présentation et de l’agencement du meuble de bord, les habitués de la marque ne seront pas dépaysés. Bien sur, pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut aimer les arêtes droites, et le design cubique, car malgré la présence d’aérateurs ronds, tout fait très sérieux. Mais si l’inspiration Range se fait clairement sentir, le Discovery a quelques atouts pour lui : premièrement, il a droit à de vrais cadrans, tachymètres et compteurs derrière le volant, quand son grand frère, pour faire plus hi-tech, les remplaces par un vaste écran LCD. Ensuite, la console centrale est nettement moins chargée de boutons et commandes en tous genre à équipement à peine inférieur. On apprécie !

A lire également :
Essai Land Rover Discovery : Gentleman Farmer (2/2)

[zenphotopress album=10517 sort=random number=8]

A lire également :
Essai Range Rover TDV8 Autobiography

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz