Accueil 4x4 Essai Land Rover Discovery 4 : Gentleman Farmer (2/2)

Essai Land Rover Discovery 4 : Gentleman Farmer (2/2)

197
0
PARTAGER

C’est donc doté du nouveau TD V6 de 245 chevaux que nous revient le Land Rover Discovery. Un nouveau cœur qui colle parfaitement à l’ambiance cosy qui règne à bord de l’auto.

Remplaçant donc le TD V6 2.7l de 211 chevaux, le nouveau venu se montre 29% plus puissant que son celui-ci, tout en réclamant 9% de carburant de moins, avec une consommation moyenne en cycle mixte homologuée à 9,3l/100km. Une consommation plutôt intéressante, même si, à l’usage l’ordinateur de bord affichait un peu plus de 10 litres/100km de moyenne, soit environ 1 litre de plus que le Volkswagen Touareg équivalent, à l’aérodynamique plus avantageuse il est vrai. Notons tout de même qu’une nouvelle version de 211 chevaux de ce même moteur est également proposée.

Bien entendu, le Discovery est couplé d’office à une boîte de vitesse automatique à six rapports et reçoit tous les équipements indispensables pour en faire un vrai Land. La transmission est bien entendu intégrale permanente et dotée d’une gamme de rapports courts enclenchable électroniquement et il est possible de faire varier la hauteur de caisse. Le terrain response est également de la partie, permettant d’adapter la réponse de l’auto en fonction du terrain sur lequel elle évolue (route, neige, sable, boue ou rochers), un artifice que l’on retrouve sur toute la gamme (à l’exception du Defender qui conserve ses solutions à l’ancienne).

Sur la route, on apprécie la vigueur des 245 chevaux du V6. Les 100km/h sont atteints en moins de dix secondes et les reprises ne manquent jamais de répondant, même si la boîte de vitesses aurait pu être un peu plus douce, la faute à son embrayage unique. Le toucher de route est aussi extrêmement moelleux et l’amortissement est mieux calibré que par le passé, ce qui se ressent surtout lorsqu’on adopte une conduite plus agressive.
Pour faciliter les manœuvres ou les passages difficiles en tout-terrain, le Discovery peut-être doté de caméras renvoyant une image périphérique de l’auto, de manière à toujours savoir parfaitement où vous posez vos roues et où vous placez votre carrosserie. Un équipement hi-tech de plus.

Mais là où le Discovery reste très loin de son grand frère, c’est en matière de tarif. En effet, cette quatrième génération s’affiche à partir de 45.900 euros en finition S de 211 chevaux (50.400 euros en Belgique), tandis que le haut de gamme HSE débute à 57.100 euros (58.300 en Belgique).

Conclusion
Finition, présentation, qualités routières, habitabilité, agrément,… le Discovery de quatrième génération hérite de toutes les qualités de son grand frère Range Rover tout en se montrant nettement moins élitiste au niveau du tarif. On se demande donc ce qu’il reste au Range, mis à part son blason et son image plus prestigieux.

A lire également :
Essai Land Rover Defender 4 : Plus près de toi mon Range (1/2)

[zenphotopress album=10517 sort=random number=8]

A lire également :
Essai Range Rover TDV8 Autobiography

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz