Accueil Audi Essai Audi A5 2.0 TDi 170: Coupé mais pas loupé (1/3)

Essai Audi A5 2.0 TDi 170: Coupé mais pas loupé (1/3)

419
1
PARTAGER

Après le succès rencontré par Mercedes avec son innovante CLS, nombreux sont les constructeurs à s’être lancés dans la réalisation d’une voiture alliant à la fois l’élégance d’un coupé sportif et la capacité de transport de quatres personnes dans un confort haut de gamme, l’Audi A5, même ici dans son itération coupé, rentre bel et bien dans ce cas de figure.

En premier lieu rappelons exactement la place de la A5 dans la gamme Audi, soit entre la A4 qui fait office de « petite » berline statutaire, et la A6, modèle situé un cran au dessus et ce que ce soit en terme de luxe, de prix et d’exclusivité. Donc vous l’avez bien compris, la A5 fait office de A4 coupé (et cabriolet), comblant le vide laissé là et offrant de belle opportunités aux rivales comme la série 3 de BMW ou encore la toute nouvelle Classe E coupé de chez Mercedes (Qui remplace elle l’ancienne CLK).

Une question se pose alors, Quels changements par rapport à une A4?
D’un point de vue purement esthétique, et outre le fait que les deux portes arrières disparaissent, la A5 bénéficie d’un bouclier avant légèrement modifié, avec des prises d’airs affinées intégrants les feux anti-brouillard. Les optiques elles semblent plus carrées, plus larges, mais avec toujours le même regard typique des Audi bénéficiant de la technologie LED. De par sa hauteur plus faible et sa largeur augmentée de 28 mm, la A5 semble trapue, tapie au sol et prête à vous bondir dessus à tout instant et ce quel que soit l’angle sous laquelle vous la regardiez. Les deux nervures sur ses cotés participent aussi à donner une allure musculeuse et harmonieuse à ce coupé parfaitement proportionné. Ce qui ne l’empêche pas pour autant de garder une certaine noblesse et une fluidité serions-nous tenté de dire, grâce à l’absence du pack extérieur S-Line qui, une fois posé, lui donne une agressivité beaucoup plus saisissante !

Nous voici donc en présence d’une voiture à la personnalité forte, reconnaissable au moindre coup d’oeil sans s’éloigner des codes stylistiques chers à la marque et dégageant une impression de puissance qui, outre le fait que le moteur est en l’occurrence un diesel, laisse espérer un comportement sportif à la hauteur de son physique.

Galerie Audi A5

DSC_0002DSC_0028DSC_0005DSC_0015DSC_0009DSC_0076DSC_0034DSC_0026DSC_0078DSC_0036

A lire également: Essai Audi A5 2.0 TDi 170: Place au cuir et à l’alcantara (2/3)Essai Audi A5 2.0 TDi 170: Mazout avant tout hélas (3/3)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Essai Audi A5 2.0 TDi 170: Coupé mais pas loupé (1/3)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Mahmoud Ezzeddine Suisse
Invité

Je cherche Audi A5 2.0 coupé diesel année 2009—-2011

wpDiscuz