Accueil F1 F1 à 6 roues

F1 à 6 roues

1076
0
PARTAGER

March_771_240.jpg

La Covini était l’occasion d’évoquer la Tyrrell P34. Mais savez-vous qu’il a existé DES F1 à 6 roues?

Tyrrell P34

Tyrrell_p34_ford.jpg

C’est la plus célèbre des F1 à 6 roues. La première de l’ère moderne, également. Mais qui sait qu’à l’origine, elle aurait du être motorisée par Renault? (D’où la bande jaune.) Plus surprenant, Tyrrell aurait du la confier à Johnny Servoz-Gavin… Pourtant officiellement retraité depuis 1970!

L’idée était de maitriser les flux aérodynamiques (les grosses roues créent des perturbations), d’améliorer les vitesses de passage en courbe et le grip. Au Grand Prix de Suède 1976, Jody Schekter et Patrick Depailler lui offriront le doublé. Mais la fin de saison fut terrible et la campagne 1977 calamiteuse, malgré Ronnie Peterson.

En cause, il y eu la finition, pas assez soignée et les pneus. Good Year avait du mal à développer les pneus sur mesure; il préférait combattre Michelin avec les autres écuries. En courses historiques, équipées de pneus Avon, elle fait aujourd’hui un malheur.

March 2-4-0

March_2_4_0.jpg

Robin Herd (le « H » de March) était impressionné par les Tyrell P34. Il est persuadé que les 6 roues sont une voie, mais qu’il serait mieux d’en avoir 4 à l’arrière. Ainsi, le pilote aurait plus de motricité et l’aileron arrière serait éloigné de l’air chaud du moteur.

Max Mosley (le « M » de March) y voit surtout un coup de pub. Une March 711 non-roulante est présentée fin 1976. Elle est baptisée « 2-4-0 » (2 roues directrices, 4 roues motrices, 0 différentiel.) Opération réussie: Rothmans signe avec l’écurie. Ian Schekter (petit frère de Jody) fera quelques essais. Puis, faute d’argent pour la 2-4-0, la march 711 redeviendra une F1 « normale ».

Ferrari 312 T6

Ferrari_312_T6.jpg

Au printemps 1977, alors que March envoie le projet 2-4-0 au placard, Ferrari teste la 312 T6. A l’époque, les pneus arrières des 312 T2 se déformaient excessivement dans les virages. Pour y palier, Ferrari fait monter 2 paires de roues avant sur le train arrière.

Carlos Reutemann la testera deux fois à Fiorano, sans affoler les chronos. De toute façon, elle était trop large pour pouvoir être homologuée!

Williams FW07E et FW08D

Williams_FW07E.jpg

Fin 1981, l’horizon s’annonce sombre pour Williams. Le deal avec Ferrari pour la fourniture d’un turbo tombe à l’eau et il faut continuer avec le vieux V8 Ford atmo. En plus, son pilote vedette, Alan Jones, prend sa retraite.

Patrick Head a une idée pour améliorer l’effet de sol de la FW07 de 1981: rajouter un axe de roue! Alan Jones teste la voiture, mais reste sur son idée de retraite (au grand dam de Franck Williams.) Keke Rosberg la teste, fait des temps canon (2 dixièmes plus vite que Prost et sa McLaren « tout carbone ».) Mais les suspensions ne sont pas au point et Williams se concentre sur la future FW08.

A l’été 1982, le championnat est plié et Franck Williams demande à Head de ressortir la 6 roues. D’où la FW08D, basée cette fois sur la FW08. Les temps de Rosberg et Jonathan Palmer sont si bons que la FIA décide de bannir les 6 roues pour 1983. Williams se bat, mais de toute façon, il a décroché un Honda Turbo et l’avenir s’annonce meilleur.

Il n’y eu donc pas de 6 roues depuis.

A lire également:
Motorshow Bologne 2008 Live: Covini C6W
Il était une fois, la Tyrrell P34 1/3

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz