Accueil Actualités Entreprise Fusion ChangAn-ChangHe: oui, non, peut-être

Fusion ChangAn-ChangHe: oui, non, peut-être

89
0
PARTAGER

Changan_Changhe.jpg

L’automobile Chinoise traverse actuellement une crise. Officiellement, 400 000 véhicules sont garé sur un parking d’usine, car les stocks des concessionnaires débordent. Même les ventes à perte ou l’export ne permettent pas de réduire les invendus. Du coup, les constructeurs Chinois se mettent à reparler entre eux.

Résumé des épisodes précédents: Pékin a décidé de créer « son Airbus » en fusionnant ses deux grands équipementiers aéronautiques, China Aviation Industry Corporation I et China Aviation Industry Corporation II. Ce dernier possédait deux constructeurs (qui travaillaient de manière indépendante), ChangHe et Hafei.

Hafei devait être vendu à Dongfeng, afin que PSA y produise des minibus (ou des C1.) ChangHe devait être vendu à ChangAn, ce qui permettrait à Suzuki de regrouper ses deux joint-ventures sous un même toit. Mais les classiques problèmes d’égo, la pesanteur bureaucratique (ChangHe et Hafei n’existent pas en tant que sociétés indépendantes; elles sont toutes les deux fondues au sein de conglomérats) et la fusion des équipementiers (au cours de laquelle tous les responsables furent remplacés) fit capoter les deux affaires.

Hafei_Seibao.jpg

Mais ChangHe et Hafei vont très mal. Ils font aujourd’hui figure de poids-plume dans le paysage automobile Chinois, faute d’avoir su grossir suffisamment vite. Pour China Aviation Industry Corporation, c’est un boulet et l’on a même évoqué un arrêt pur et simple de la production. En attendant, on évoque une hypothétique fusion entre ChangHe et Hafei.

La seule vraie nouveauté est la Splash, que l’état Chinois a attribué à ChangHe (alors que Suzuki voulait que ChangAn la produise.) Mais faute d’argent, la Splash « Chinoise » ne sera pas produite avant 2010. ChangAn en profite pour faire un travail de sape méthodique pour promouvoir l’Alto (qu’il produira dés 2009) et ringardiser la Splash. Elle est loin, l’époque où Hafei avait les moyens de demander à Pininfarina de lui dessiner ses voitures (comme la Lobo ci-dessous.)

Hafei_Lobo.jpg

Faute de mieux, Suzuki pousse ses deux filiales à travailler ensemble. A Pékin et dans plusieurs grandes villes, certains concessionnaires ChangAn et ChangHe vendaient indifféremment les ChangAn-Suzuki, les ChangHe-Suzuki et les Suzuki importées du Japon.

Mais les concessionnaires ChangHe ont préféré jeter l’éponge, car les ChangAn-Suzuki faisaient de l’ombre à leurs modèles (comme la Liana) et les invendus s’accumulaient.

Changhe_Suzuki_Liana.jpg

Aujourd’hui, le Ministère de l’industrie et des Technologies de l’Information a tapé du poing sur la table. Préoccupé par la santé financière des constructeurs Chinois, il « conseille » aux différentes parties de fusionner. ChangAn absorberait ainsi ChangHe ET Hafei (lequel discute toujours avec PSA.) Le constructeur (déjà co-propriétaire de Jiangling, alias Landwind) aurait ainsi une capacité théorique de plus d’un million de voitures particulières par an (sachant qu’en plus, il se rapproche discrètement de Zhonxing.)

Mais ChangAn ne va pas très bien. Si son partenaire Suzuki voit la vie en rose et investie, son autre partenaire, Ford, parle de plan social et d’arrêts temporaires de fabrication. Quant à Mazda, associé à ChangAn-Ford, il songerait à quitter le navire. ChangAn pourr-t-il absorber ChangHe et Hafei (plus Zhongxing à moyen-terme) sans friser l’indigestion?

De plus, la crise touche en priorité les citadines et les minivans… Or, ChangHe, Hafei et la marque propre de ChangAn ne produisent pratiquement que cela! D’où un intérêt limité sur le plan industriel.

Changan_CV8.jpg

A lire également:
ChangAn-ChangHe: bientôt le mariage?
La Splash pour sauver ChangHe
Zhongxing cherche un acquéreur

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz