Accueil Constructeurs Essai Dino 246 GT : Panthéon (4/4)

Essai Dino 246 GT : Panthéon (4/4)

61
4
PARTAGER

13_34ARpenche.jpg

Construite pour permettre à un public plus large d’accéder au mythe Ferrari, la Dino a quelque peu perdu son statut de Ferrari « populaire » en même temps qu’elle devenait de plus en plus prisée des collectionneurs. Première berlinette à moteur central arrière construite par Ferrari, la Dino représente donc un moment fort dans l’histoire de la marque et est la grand-mère des F355 et F430. Un symbole qui ajoute à sa valeur et son prestige.

4 – Tarifs, conclusion et galerie photo (23 images)

Globalement, il est aujourd’hui presque impossible de trouver une Dino pour moins de 100 000 euros. En ventes aux enchères, elle atteint aisément les 120 000 euros, parfois plus selon l’état de la voiture et le niveau du marché. Reste que moins de 4000 voitures sont en circulation, ce qui réduit sérieusement les possibilités d’en trouver un exemplaire correct. Comme pour tout achat de voiture ancienne, il convient d’être extrêmement attentif à l’état général de la voiture : corrosion, entretien, étanchéité… Le carnet doit être à jour et les numéros de châssis et moteur doivent être vérifiés auprès des spécialistes. Si vous envisagez sérieusement l’achat d’une Dino, je pense que vous êtes de toute façon familier avec ces précautions d’usage et de nombreux magazines spécialisés vous fournirons les renseignements spécifiques à la belle qui vous intéresse (206, 246, GT, GTS). Pour l’entretien, les tarifs sont ceux d’usage avec les Ferrari anciennes. Mais on peut diminuer les frais en sortant du réseau officiel et en se tournant vers des spécialistes meilleurs marché (plus d’infos en contactant les clubs, et si vous êtes dans l’Ouest, je recommande fortement GT Passion à côté d’Angers).

15_conclu2.jpg

Les + :
Ligne intemporelle, caractère sain et sportif, V6 magique, lignée
Les – :
Coûts, finition (mais bon, on s’en fout, non ?), commande de boite.

1.jpg10.jpg11.jpg12.jpg
13.jpg14.jpg15.jpg22.jpg

Merci au Château de Careil pour nous avoir accueilli lors de la séance photo, et un immense, gigantesque, incommensurable merci à Luc pour le prêt de la Dino, sa passion sans bornes pour Ferrari et sa gentillesse à toute épreuve.

Lire l’essai de la Dino 246 GT part 1, part 2 et part 3

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz