Accueil F1 Interview Sir Jackie Stewart : La classe écossaise, tout simplement

Interview Sir Jackie Stewart : La classe écossaise, tout simplement

147
4
PARTAGER

Jackie_Stewart.jpgOn est vraiment gâté au Blog Auto en ce moment puisque ce sont quelques unes des plus grandes légendes vivantes du sport automobile que nous croisons. Il y a quelques semaines à peine, c’est Sir Stirling Moss en personne qui nous faisait l’honneur de répondre à nos questions sous le soleil du Paul Ricard à l’occasion du Tour Auto auquel il participait au volant d’une MG B. Et dimanche dernier sous la pluie du Grand Prix de Monaco, c’est un autre mythe sur pieds que nous avons croisé dans les allées du Red Bull Energy Station, décidément très fourni en personnes intéressantes. Après la très jolie Karen Minier, Sir Jackie Stewart s’est donc prêté au jeu d’une mini-interview improvisée entre les débriefings des pilotes Toro Rosso et après une franche accolade avec son compatriote David Coulthard.

Sir John Young Stewart – plus connu sous le diminutif de Jackie – peut être considéré comme l’un des plus célèbres et plus talentueux pilotes écossais de tous les temps. Après des débuts en compétition de voitures de sport où sa pointe de vitesse tape dans l’oeil de Ken Tyrell, ce dernier décide de l’engager en 1964 sur une Cooper F3. Le jeune écossais domine outrageusement la saison au point de décider Lotus à l’engager en F2 l’année suivante.

Son coup de volant imparable lui ouvrira très vite les portes de la Formule 1. En 1965, il est l’équipier de Graham Hill chez BRM et il décroche déjà une victoire après seulement huit courses. Le début d’une très longue série de victoires ( 27 au total pour 99 Grand Prix disputés ), et de trois titres de champions du monde obtenus successivement sur Matra en 1969, sur Tyrrel en 1971 et à nouveau sur Tyrrel en 1973. Une carrière de pilote que Jackie Stewart décidera de stopper juste avant son centième Grand Prix, l’écossais raccrochant définitivement son casque après la mort de son jeune coéquipier François Cevert.

Mais Jackie Stewart, c’est aussi une équipe : Sir Stewart s’est vite reconverti en patron d’écurie en lançant Stewart Grand Prix en 1997. Grâce à Johnny Herbert, il aura même le temps de savourer la victoire sous la pluie du Nürburgring avant de revendre son équipe à Ford qui la renommera Jaguar.

Pilote talentueux et fin gestionnaire en patron d’écurie : Jackie Stewart sait tout faire. A près de 70 ans, l’homme porte toujours la combinaison presque complète de l’écossais : Béret à carreaux verts et bleus, pantalon assorti au même motif… Non pas de doute, Sir Stewart est bien originaire du pays du Whisky aux lacs peuplés de gros monstres sous-marins. Seule sa chemise aux couleurs de Williams vient contrarier ce bel ensemble, mais il pourrait difficilement sen passer en étant l’un des représentants officiels de la Royal Bank Of Scotland, qui sponsorise les deux monoplaces des hommes de Franck Williams.

Une autre caractéristique dont on ne se rend pas forcement compte à la télé ou en photo, c’est la carrure de Jackie Stewart : L’Ecossais est large comme une Rolls-Royce Phantom!

Le Blog Auto : Sir Jackie Stewart, le Grand Prix vient de Monaco vient à peine de se terminer… Comment avez-vous trouvé la course?

« Bien évidemment, lorsque la pluie est là, tout devient incontrôlable et ce Grand Prix a été incroyable de rebondissements. Je tiens à souligner la démonstration de Lewis Hamilton qui a été parfait dans ces conditions épouvantables »

Le Blog Auto : Justement, en parlant de pilotes, lequel est le meilleur de tout le plateau pour vous?

« Oh la promo 2008 est très bonne, mais je pense que deux d’entre eux sont au dessus du lot : Pour moi Lewis Hamilton et Felipe Massa sont les meilleurs. »

Le Blog Auto : Et toute époque confondue?

« Lorsque je suis arrivé en Formule 1, Jim Clark était mon modèle. Mais Fangio était mon Dieu! Si il ne devait en rester qu’un pour moi, je pense qu’il serait parmi ces deux là »

Le Blog Auto : En quoi roulez vous?

« J’ai deux voitures : Une Lexus LS600H pour la ville, et un Range Rover pour les sorties en campagne. Je me suis suffisamment amusé sur la piste au cours de ma carrière de pilote pour ne pas ressentir de besoin de rouler dans une voiture de sport! »

Le Blog Auto : Quelle est la voiture qui vous a laissé le meilleur souvenir dans votre carrière?

« Je dirais la Matra MS 80, celle de l’année de mon premier titre en Formule 1. Non seulement c’était une voiture d’un autre temps, le temps où les voitures glissaient encore, mais en plus le son que j’avais dans mon casque à cause du bruit du V8 à l’arrière était incroyable. »

Le Blog Auto : Un avis sur la situation de Max Mosley?

« Je pense qu’il est grand temps qu’il parte. Il ne doit pas rester après ce qu’il a fait. Il est en train de faire du mal à l’image de ce sport. »

Le Blog Auto
: Pour terminer, un pronostic sur l’issue de la saison?

« Comme je l’ai déjà dit, je pense que Lewis Hamilton et Felipe Massa se détachent du lot. Étant donné que les performances de Ferrari et McLaren sont assez proches, je pense que le titre se jouera entre ces deux là. »

C’est à ce moment là que revenait David Coulthard et que nous avons laissé les deux Ecossais converser tranquillement. Mais quelle classe Sir, quelle classe

Cliquez sur les vignettes pour afficher la galerie

P1090816.JPGP1090817.JPGP1090818.JPGP1090821.JPG

A lire également : Interview Karen Minier à Monaco

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Interview Sir Jackie Stewart : La classe écossaise, tout simplement"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Joest Jonathan Ouaknine
Membre

Précison que Jackie Stewart avait un frère, également pilote, récemment disparu:
https://www.leblogauto.com/2008/01/jimmy-stewart-mort-du-monsieur-frere-de-jackie.html

David Bénard
Invité

Et toujours aussi « jeune ». Ca fait plaisir !

sid
Invité

Jackie Stewart a aussi été brillant en 1971 en Can-Am sur la Lola T260 qui aurait du battre les Mc Laren si la fiabilité avait été au rendez-vous…

Un an auparavant, il a fait une pige pour Jim Hall sur la Chaparral 2J « aspirateur » no 66 à Watkins Glen.

Il ferait un très bon président de la FIA. Il ne faut plus de juristes à ce poste, mais une personnalité capable de défendre le sport automobile qui risque d’être sous pression dans le futur proche.

sid
Invité

Et il a aussi testé la fameuse Tyrell P34/2 à six roues !

wpDiscuz