Accueil Citroën Essai 2 CV 6 Spécial « Cochonou » : Superdupont

Essai 2 CV 6 Spécial « Cochonou » : Superdupont

169
11
PARTAGER

Difficile de faire un essai plus franchouillard : celui d’une 2 CV 6 Spécial, aux couleurs de Cochounou, pour le Tour de France.

<<< LIRE LE DEBUT
Les 2 CV du Tour de France ? Facile c’est Cochonou !

En cherchant un peu autour de soi, on trouve forcément quelqu’un qui a eu une 2 CV. Elle est d’abord la voiture de la nouvelle classe moyenne d’après-guerre (comme le père, dans Boule et Bill) et des fonctionnaires (comme les Dupond(t).) Puis elle devient la voiture des ruraux et des ouvriers. Quel progrès, par rapport à un vélo ou à une « bleue » ! Elle est non seulement la première voiture du foyer, mais elle est parfois la première voiture du village, voir du canton. A la fin des années 60, c’est la voiture des jeunes et celle des femmes, qui entrent sur le marché du travail. Elle est synonyme de liberté et d’émancipation. C’est un premier achat avant de s’offrir une « vraie voiture ».

Elle souffre dans les années 80. La nouvelle génération ne veut pas rouler comme ses parents. A la ville, on lui préfère une R5, même d’occasion. A la campagne, les productions de l’Est proposent plus moderne et mieux équipé, pour le même prix. Il ne lui reste que les paumés (l’assistante sociale de La Smala), les vieux ruraux (la grand-mère de La fleur du mal) et les baba-cools sur le retour (le cousin Nanard de Lucien.) Pourtant, tout le monde pleure sa disparition. Après une traversée du désert, elle revient en force avec l’étiquette « voiture de collection ».

2cv Cochonou int 7

Deux pattes

D’extérieur, la 2 CV ne ressemble à aucun autre véhicule. Le génie de Flaminio Bertoni est d’avoir créé une ligne atemporelle. En cherchant bien, on trouve des caractéristiques qui trahissent sa conception dans les années 30 : ailes détachées du corps de la carrosserie, arrière profilé, lunette arrière minuscule… Néanmoins, elle est moins datée qu’une 203 ou une Ami 6. L’épaisseur des tôles laisse rêveur. Pour faire économique, on voulait faire léger, d’où des panneaux de carrosserie en papier de cigarette qu’on peut d’ailleurs monter/démonter en un rien de temps.

Notez la livrée « Cochonou », avec carreaux vichy et inserts jaune fluo. C’est très… euh… voyant. Elle est composée d’adhésifs et c’est un calvaire à poser vu qu’il n’y a aucun panneau de carrosserie plat. Notez les antennes radio et le bandeau « sans colorant », avec un marquage propre à chacune des sept 2 CV de la caravane. Les mâts à l’avant servent de support pour les haut-parleurs.

2cv-Cochonou-int-1_

Vous avez dit spartiate ?

L’équipement consiste en… en pas grand chose, en fait. Il n’y a pas de chauffage (car Cochonou l’utilise l’été) et les vitres avant se plient à mi-hauteur (gag : Citroën n’avait rien prévu pour les maintenir ouvertes.) Les Michelin ne voulaient pas de chichis ; le strict minimum pour les braves paysans. Et encore, les exemplaires de pré-série de 1939 ne disposaient que d’un seul phare, un seul essuie-glace et de banquettes suspendues façon hamac !

Cette 2 CV sert d’ouvreuse. Du coup, exit les deux banquettes. A la place, il y a trois sièges : un pour le chauffeur, un pour l’ouvreur qui doit informer le reste de la troupe, et un pour l’hôtesse. Cette dernière doit distribuer des kits de saucissons et des bobs à la cantonade. Du coup, le toit possède des zips (tournés vers l’intérieur) afin de pouvoir capoter/décapoter les seules places arrière. Il y a également des sangles pour que l’hôtesse s’harnache.

2cv-Cochonou-int-3-1_

Flat-twin

Le moteur est l’inimitable bicylindre à plat 602cm3 29 ch. Son bruit, dû au ventilateur, est très caractéristique. Pour les plus jeunes, il faut s’imaginer une tondeuse à gazon ou un souffleur de feuilles ! Ensuite, il faut savoir manier le levier de vitesse, sur le tableau de bord. Grosso modo, la grille est en H. La 1 est vers soi, sur la gauche ; la 2 est au fond, en face ; la 3 est vers soi; la 4, au fond, sur la droite. Et bien sûr, il n’y a pas de 5. Le plus incroyable, c’est que cet exemplaire est une ultime évolution du modèle ! La 2 CV de 1939 n’avait droit qu’à 375 cm3, 9 ch et 3 vitesses !

2cv-Cochonou-int-6_

Avec seulement 600 kg à tirer, la 2 CV n’a pas trop de problèmes pour s’élancer. Mais au-delà de 60, le « flat-twin » a beau s’époumoner, l’aiguille du tachymètre reste stoïque, surtout sur un faux-plat. En théorie, on peut aller sur autoroute. Mais 1) les protections auditives sont presque obligatoires et 2) il ne faut pas croiser de poids-lourd, sous peine d’aller valser.

Et puis, il y a les suspensions… Normalement, les roues lisent la route, les amortisseurs amortissent les irrégularités, d’où leur nom, et la caisse reste droite. Sur une 2 CV, ce sont les roues qui restent droites et la carrosserie qui bouge au gré des inégalités. Un vrai rodéo ! On comprend pourquoi la voiture apparaît dans tant de bandes dessinées et de comédies… Au moins, on peut passer les dos d’âne sans lever le pied. Et comme sur toutes les anciennes, le freinage est avant tout psychologique.

2cv-Cochonou-int-4_

Conclusion

Peut-on juger objectivement la 2 CV ? C’est un véritable monument de l’après-guerre. Son capital sympathie est immense. Mais vu de 2015, c’est un cercueil roulant polluant, extrêmement sous-équipé et sous-motorisé. Les fans vous répondront que ses défauts sont des qualités. Et que son aspect frêle, lent et un peu gauche lui donnent un côté chaleureux.

Et si vous en vouliez une ?

Il fut un temps pas si lointain où l’on pouvait se rendre au fin fond de la cambrousse et y dénicher une 2 CV4 pour quelques centaines d’euros… Mais désormais la Deudeuche est devenue une voiture de collection. A l’instar des Mini, Coccinelle et autres Fiat 500, sa cote s’est envolée bien au-delà du raisonnable, eu égard à sa diffusion et à ses performances. Il n’est pas rare de voir des 2 CV6 à vendre pour 12 000 €, voir 15 000 €. La médiane est plutôt à 7 500 €, les modèles les plus anciens tournant autour de 9 000 €. Les 2 CV aiment bien rouiller (plancher, ailes arrières…) et comme toute « popu », elle est parfois restée longuement sans voir un garage. Néanmoins, vu qu’il y en a en permanence des dizaines à vendre, on peut attendre de dénicher un exemplaire sain, près de chez soi. Il existe de nombreux clubs, qui commercialisent des pièces. Après, il y a à boire et à manger. Il faut fuir les pièces « adaptables » (autant acheter de la matière première et l’usiner soi-même !)

2cv-Cochonou-int-2_

Crédits photos : Joest Jonathan Ouaknine/Le Blog Auto

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Essai 2 CV 6 Spécial « Cochonou » : Superdupont"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Slicksfr
Invité

Labenne est encore dans les Landes….

Dcomdim
Invité

Nan mais z’êtes sérieux avec cet « essai »?

Fred
Invité

Cochonou, de la m@@@. Mais bruit enchanteur du moteur de la deuche

59
Invité
AAAAHHH!! la 2CV ma première initiation a l’automobile. Avec mon père faire le trajet Marseille Champagne Ardenne prenait 2 jours!!!(pour voir les grands parents)On dormait dans la tente. Sur autoroute ça vibrait tellement qu c’en était presque jouissif.(la moyenne haute était 80 90) Avec ce moteur largement reconnaissable a l’oreille. Une fois on faisait avec ma mère le trajet Nantes Marseille (la sncf ne proposait pas de trajet Nantes quimper a l’époque aux horaires qui nous intéressait :post 23 h). On est tombé en panne sur la départementale a 1 h du matin … on a fini par rentrer a… Lire la suite >>
Verth.
Invité

So chic, la 2CV Cochonou ! Combien dans cet habit distingué ? Sur la photo, on en voit quatre. Donc elle est rare. Attention, méfiez-vous des imitations.

Un cheval rare est cher, aussi une 2cv rare est chère ! :o)

wpDiscuz