par La rédaction

F1 Styrie 2020 Debrief: Ferrari a-t-il creusé plus profond que Kola?

Le dépaysement total. Après une manche inaugurale des plus surprenantes en Autriche, changement de climat mais pas de piste pour cette seconde manche! Pour débriefer ce grand prix de Styrie, nous allons revenir sur le forage de Ferrari, la propulsion Mercedes, le come back de Norris, les occasions ratées. C'est parti!

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

La course

Beaucoup moins de rebondissements que la semaine passée. Aucun suspense pour la victoire, le podium s'est rapidement dessiné, bien qu'il ne fût définitif qu'à quelques boucles du terme.

L'essentiel de l'action s'est déroulé au milieu du peloton, avec de nombreuses manoeuvres bien senties. Les rebondissements multiples en fin de course étaient très agréables au regard. Dix derniers tours aussi rythmés qu'une saison de 24 Heures Chrono

Un unique abandon sur une casse mécanique. La mécanique a moins souffert, serait ce dû à la baisse de température entre les deux weekends? Ou bien une meilleure compréhension des machines? Probablement un peu des deux.

Ferrari peut-il creuser plus loin?

Une voiture mal née, deux sorties en Q2, des performances moyennes sur piste sèche et humide. Aucun point sur ce weekend et un accrochage entre ses deux pilotes. A chaque élément souligné, la foreuse continue de tourner et de creuser, encore et encore.

Monsieur Binotto en chef de chantier fait front, mais affiche une tête de cocker triste (comme Gicquel en son temps). Espérait-il trouver un puits de pétrole? A continuer en ce sens, ce sera un remake de "voyage au centre de la terre"

Après deux courses, Ferrari se positionne comme la cinquième/ sixième force du plateau. Une catastrophe.

Il va bien falloir revenir à l'accrochage. La responsabilité est clairement pour Leclerc, il ne s'en est lui-même pas caché. La situation est tellement compliquée que cette erreur n'est que l'aiguille dans la botte de foin de problèmes de la Scuderia. L'espoir que la piste hongroise, plus lente conviennent mieux aux caractéristiques de la voiture, subsiste, mais cette éclaircie n'est que peu visible au milieu de ces nuages sombres.

Mercedes décolle mais décontracté sur son canapé

Pendant que Ferrari creuse, Mercedes s'envole, ils n'ont pas envoyé de voiture dans l'espace, mais la performance de la voiture est stratosphérique.

Que dire de la performance d'Hamilton. Commençons par cette pole. OMG what a lap !!

https://giphy.com/gifs/oooh-WuGSL4LFUMQU

https://www.youtube.com/watch?v=s8Eu77TjVRk

La course ne fut qu'un long fleuve tranquille, la physionomie de la course associée à sa gestion lui a garanti un succès facile. Il reste second au classement pilote, mais la machine s'enclenche.

Pour Bottas, la victoire était compromise dès le samedi. Il a patiemment assuré le doublé et pris 18 points.

RedBull la seconde force?

Le podium fut facile pour Verstappen, mais il n'a jamais donné l'impression de menace les flèches sombres. La voiture a été épargnée par les pépins mécaniques.

Pour Albon, ce fut plus compliqué. L'écart avec Verstappen fut significatif. Certains argumenteront "Oui, mais l'aileron, ils n'ont pas le même, tout ça". Oui, mais non. Je doute fortement que ça coute presque une seconde au tour en course. Sa malédiction du virage 4 a failli se  produire de nouveau. Quand ce n'est pas Hamilton, bah ce n'est pas lui le dindon de la farce. Je dis ça, je dis rien. #complotduredbullring #mercedesestfavorisé

Les points de la quatrième place, c'est bien, mais il doit regarder plus dans ses rétros que son équipier

A nos actes manqués

C'est un bon résumé du début de saison de Racing Point et en arriver à une chanson de M Pokora pour l'illustrer, vous rendez vous compte de la souffrance? Une telle inconstance devrait être récompensée. Finir P6 et P7 est une déception quand on voit le niveau de performance. Probablement la seconde meilleure voiture sur la piste.

Perez montre qu'il n'est capable de performance que lorsqu'il part de loin. Globalement, une P6 en partant P17 est un excellent résultat. Mais son rythme lui a offert une position au pied du poidum, mais il ne l'a pas converti. Il a certainement effectué les plus beaux dépassements de la course. Mention spéciale à celui sur Sainz. Oui Checo, nous l'avons apprécié.

https://twitter.com/F1/status/1282774737966510080?cxt=HHwWgMC19fy0qs0jAAAA

La course de Stroll peut résumer à un freinage et à cette citation: "Je te dis que ça passe, ça passe, ça passe, ah ben non". Ce freinage totalement désespéré a emmené hors piste, sa voiture, celle de Ricciardo, les téléspectateurs, les commissaires, celle de Leclerc en 2019. Il a vraiment freiné tard. Alors pénalité ou pas? La jurisprudence "Verstappen 2019" dirait aucune pénalité et les commissaires se sont probablement reposés sur cette dernière pour statuer.

Une insolation et des points

Deux problèmes de radiateurs en deux weekends, il y a un vrai problème de fiabilité à ce niveau là. Va falloir travailler!

Ocon a réalisé une grosse qualification montrant l'adresse du garçon dans des conditions délicates. Son début de couse semblait bon. Pour Ricciardo, sa stratégie décalée n'a pas marché, la fin de course en pneus tendres n'a pas fonctionné. Il est le perdant de la fin de course, il s'est écarté pour éviter l'accrochage et finit finalement P8. La performance semble encourageante mais les résultats sont en deçà de leurs possibilités.

Norris, la révélation?

Quelle fin de course! Une remontée folle et une capacité à saisir les opportunités, en témoigne ses dépassements sur Ricciardo, Stroll et surtout Perez. Très clairement, il y a le fumet de la saison de confirmation.

https://www.youtube.com/watch?v=np8TpBjKziQ

Pour Sainz, sa qualification fut excellente. Son dimanche fut plus mitigé, un arrêt trop tôt et trop long lui aura couté le reste de a course. Il aurait fait le jeu d'équipe en laissant passer Norris, il en a profité pour signer le meilleur tour après un deuxième arrêt "gratuit".

Mclaren c'est la bonne surprise après deux courses.

Alpha Tauri, la science d'être bien placé.

Gasly fut impressionnant le samedi. Il a retrouvé son niveau. La stratégie bancale de son équipe, arrêt trop tôt associé à des pneus durs, a ruiné ses chances de points. Dans ce cas, on sort l'artillerie russe pour finir P10 et prendre un point. Vlad aime ça.

https://giphy.com/gifs/smile-russians-UxNCd08uBaFBC

La fin de peloton.

Le gruppetto a encore connu une course entre eux. Seul Russell s'est détaché sensiblement du lot en signant une P12 le samedi. Son dimanche a fait un tour dans le gravier, sans plus.

Mis à part cette action, quelques passes d'arme chez Haas, le dépassement de Raikkonen, mais les performances sont beaucoup trop éloignées de la concurrence pour jouer les points à la régulière. Le seul moyen serait par le développement mais ce sont les équipes qui souffrent le plus de la crise. Il ne reste que l'espoir de courses folles et de pilotes en grande forme.

https://twitter.com/F1/status/1283098182801489921?cxt=HHwWgoCo3fi_vc4jAAAA

Mention spéciale à Raikkonen pour son "c'est quand qu'on a fini?"

https://twitter.com/F1/status/1282747371135234048?cxt=HHwWgMCnkYL8nc0jAAAA

Conclusion

Mercedes confirme être très haut pendant que son rival proclamé est au plus bas. RedBull est une menace sans en être. La façon dont Albon fut menacé par Perez en fin de course montre que les l'aileron arrière chauffe plus que l'avant.

Le paquet Mclaren, Racing Point, Renault est très proche. Mclaren s'en sort le mieux grâce à leur régularité. Pourtant Racing Point semble avoir la meilleure voiture, mais le line up est à l'heure actuelle en dessous de la concurrence.

Cette  fois il faudra prendre la voiture pour rejoindre Budapest et le GP  de Hongrie. Verra-t-on Ferrari dans une meilleure forme? La piste plus lente semble convenir aux qualités de la voiture. Mais beaucoup (moi inclus) voyait dans un samedi humide une possibilité de les voir en meilleure forme, il n'en fut rien.

Mercedes peut-il être menacé sur une piste réussissant habituellement au Taureau? Qui pour parier sur une pole de Verstappen?

Source: F1

Pour résumer

Le dépaysement total. Après une manche inaugurale des plus surprenantes en Autriche, changement de climat mais pas de piste pour cette seconde manche! Pour débriefer ce grand prix de Styrie, nous allons revenir sur le forage de Ferrari, la propulsion Mercedes, le come back de Norris, les occasions ratées. C'est parti!

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.