par La rédaction

F1 2010: Vettel, un titre au finish

Vous l'avez sans doute suivi cet après-midi, Sebastian Vettel est devenu le plus jeune champion du monde de l'histoire de la F1 en s'imposant à Abu Dhabi. Mais si depuis deux saisons, le pilote Red Bull se bat pour le titre, étonnamment il n'avait jusqu'à aujourd'hui jamais mené le championnat pilotes.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Vous l'avez sans doute suivi cet après-midi, Sebastian Vettel est devenu le plus jeune champion du monde de l'histoire de la F1 en s'imposant à Abu Dhabi. Mais si depuis deux saisons, le pilote Red Bull se bat pour le titre, étonnamment il n'avait jusqu'à aujourd'hui jamais mené le championnat pilotes.

Cette statistique insolite démontre une fois de plus que cette saison 2010 a été âprement disputée. Jugez plutôt. Depuis Barheïn, le leader du championnat a changé à 10 reprises et 6 pilotes différents se sont succédés en haut de la hiérarchie.

Si ce titre de champion remporté au finish est rare, des précédents ont toutefois existé par le passé.

Ainsi, en 1964, Graham Hill arrive en leader du championnat à Mexico pour l'ultime manche de la saison. Très régulier en début de saison, le Britannique doit impérativement monter sur le podium pour espérer augmenter son compteur de points qui culmine à 39 points. En effet, le règlement du championnat ne comptabilise que les 6 meilleurs résultats et Hill a déjà 7 arrivées dans les points à son actif.

John Surtees, son dauphin, a marqué 36 points mais son résultat de Mexico sera pleinement comptabilisé. Au terme du Grand Prix que Surtees termine second derrière Gurney et Hill hors des points, le pilote Ferrari est sacré champion du monde. Ce jour d'octobre 1964, Surtees a mené pour la seule et unique fois de sa carrière le championnat du monde, mais il l'a fait le bon jour.

En 1976, le titre ne peut pas échapper au champion 1975 Niki Lauda. Avant d'aborder le Grand Prix d'Allemagne, dixième manche du championnat, l'Autrichien domine outrageusement ses adversaires en ayant remporté 5 courses et en étant monté à 3 reprises sur le podium.

Hélas, en ce funeste 1er août, un grave accident défigure Lauda qui passe très près de la mort. Grâce à une formidable force de caractère, il retrouve les paddocks seulement quelques semaines plus tard en ayant raté les Grands Prix d'Autriche et des Pays-Bas.

Depuis ce tragique Grand Prix d'Allemagne, James Hunt a remporté quatre courses et à la veille de la dernière manche disputée sur le circuit du Mont-Fuji, l'Anglais est revenu à seulement trois points de l'Autrichien. Comme très souvent dans cette région du Japon, la pluie inonde la piste à l'heure de la course. Après un report du départ, les pilotes décident finalement d'en découdre malgré le mauvais temps.

Rescapé de son accident survenu dans des conditions similaires, Lauda estime que sa vie vaut plus cher qu'un deuxième titre de champion du monde et met pied à terre. Après ce geste, il n'a plus son destin entre les mains. Hunt n'en demandait pas tant. Au volant de sa McLaren, il mène la quasi-totalité de la course avant de terminer troisième derrière Andretti et Depailler. Ces 4 points marqués au Japon lui offrent le titre mondial avec une unité d'avance sur Lauda. Tout comme Surtees, Hunt n'avait jamais mené le championnat auparavant et ne le mènera plus jusqu'à la fin de sa carrière.

A la différence de ses deux prédécesseurs, quelque chose me dit que Vettel n'en restera pas là.

Pour résumer

Vous l'avez sans doute suivi cet après-midi, Sebastian Vettel est devenu le plus jeune champion du monde de l'histoire de la F1 en s'imposant à Abu Dhabi. Mais si depuis deux saisons, le pilote Red Bull se bat pour le titre, étonnamment il n'avait jusqu'à aujourd'hui jamais mené le championnat pilotes.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.