par Nicolas Morlet

Essai Suzuki Swift Sport : adolescente délurée !

Sage et fidèle citadine, la petite Swift sait se lâcher quand elle veut, et le prouve à  qui mieux-mieux dans sa nouvelle déclinaison délurée, sobrement baptisée (comme par le passé) «Sport».

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Sage et fidèle citadine, la petite Swift sait se lâcher quand elle veut, et le prouve à  qui mieux-mieux dans sa nouvelle déclinaison délurée, sobrement baptisée (comme par le passé) «Sport».

Une version qui reçoit, comme il se doit, une nouvelle motorisation qui vient coiffer la gamme en termes de puissance. Pourtant, alors qu’elle joue dans la même cour que les Renault Clio, Fiat Punto et autres Opel Corsa dans ses versions «sages» la Swift laisse leurs variantes musclées se manger entre elles avec leurs puissances approchant les 200 chevaux. La petite japonaise reste en effet fidèle au bloc 1.6l 16V atmosphérique dont les 135 chevaux et 160Nm restent plus que modestes face aux RS, Abarth, OPC et consorts.

D’ailleurs, ceux qui recherchent la performance pure trouveront sans doute risibles les 8,7 secondes réclamées pour passer de 0 à 100km/h ou les 195km/h en pointe. Mais ce n’est pas ça qui fait le charme de l’auto, mais plutôt son tempérament. L’assiette abaissée de quelques millimètres, associée à des suspensions et une direction raffermie, permettent à l’auto d’offrir un réel plaisir et de procurer de vraies sensations dans les successions de courbes et d’épingles qui jalonnent notre parcours d’essai sur les hauteurs de Barcelone.

S’inscrivant précisément dans la trajectoire, la petit Swift profite en plus d’un train arrière véritablement rivé au sol, qui ne daignera s’en détacher qu’en poussant vraiment fort en sortie de virage. En bonne traction, ce sont plutôt les signes de sous-virage qui apparaissent si l’on remet les gaz trop tôt, mais cela intervient toujours de manière très progressive.

Un caractère affirmé donc, que l’auto doit en partie à sa prise de poids contenue : dix petits kilos seulement, soit 1.040 kilos au total. Pas mal du tout si l’on tient compte de l’encombrement supérieur par rapport à l’ancienne mouture et par l’équipement proposé, pour le moins complet incluant les 7 airbags, l’ESP, le régulateur de vitesse ou encore, les phares bi-Xénon.

Cette Swift Sport se distingue de ses sœurs par sa présentation spécifique, à commencer par des blocs optiques arrière redessinés. Les pare-chocs avant et arrière sont plus enveloppants, de discrètes jupes latérales font leur apparition et le faux-diffuseur supporte les deux embouts d’échappement. Sur ce dernier point, on aurait également apprécié un travail un peu plus approfondi, la sonorité s’en échappement étant plutôt quelconque.

L’habitacle évolue moins, mais se pare quand même de sièges avant baquets, d’un pédalier en aluminium et de volant et pommeau de levier de vitesse en cuir surpiqués de rouge.

Si elle n’en a pas la puissance, la Swift Sport n’a pas non plus les prétentions tarifaires citées plus haut : elle est à vous contre un chèque de …16.990 euros !

Quant à la consommation moyenne, que nous n’avons pu vérifier lors de cette prise en main, elle est annoncée à 6,4l/100km (147gr/km CO2).

Conclusion

Pétillante petite voiture, la Swift Sport profite de son poids contenu pour offrir un tempérament affirmé et faire preuve d’un comportement routier amusant sans avoir recours à une puissante motorisation et parvient, en plus, à conserver toute sa polyvalence.

Lire également :

Francfort 2011 live : Suzuki Swift Sport

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Sage et fidèle citadine, la petite Swift sait se lâcher quand elle veut, et le prouve à  qui mieux-mieux dans sa nouvelle déclinaison délurée, sobrement baptisée (comme par le passé) «Sport».

Nicolas Morlet
Rédacteur
Nicolas Morlet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.