par Elisabeth Studer

Lithium : l’Allemagne peine à réduire sa dépendance

Alors que la production de batteries destinées aux véhicules électriques nécessite de plus en plus de lithium - au point que certains redoutent désormais l’émergence d’une nouvelle pénurie - les mesures prises par l’Allemagne en faveur d’un approvisionnement national en lithium ne progressent pas beaucoup. Suscitant des inquiétudes quant à leur rentabilité. Voire leur pertinence.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Deux projets allemands liés au lithium à la rentabilité incertaine

La société German Lithium située en Saxe prévoit d'exploiter un gisement de 125 000 tonnes de métal nécessaire aux batteries de voitures et autres dispositifs de stockage et souhaite démarrer ses activités en 2025.

Le projet nécessite la construction d'un puits de mine représentant un cout d’environ 30 millions d'euros. Néanmoins, il s’avère, après étude, que les roches du réservoir ne contiennent que 0,3% de lithium. Extraire cette précieuse matière première se révèlerait donc au final beaucoup moins rentable que de l'acheter sur le marché mondial.

Un autre projet pilote est en cours dans la vallée du Rhin, où le lithium pourrait être filtré des aquifères profonds qui sont déjà utilisés pour la production d’énergie géothermique. Cette entreprise pourrait démarrer des opérations à grande échelle en 2024.

Mais au final, l’avancée de ces deux projets se voit freinée par l’analyse des résultats de complexes calculs concernant les investissements initiaux et la rentabilité à long terme.

Usine de raffinage de lithium en Allemagne

En parallèle, l’Allemagne va accueillir en 2024 une usine de raffinage de lithium, élément essentiel pour fabriquer les batteries destinées aux véhicules électriques. Le site sera construit par le groupe canadien Rock Tech Lithium qui y investira 470 millions d’euros. Permettant au pays de garantir une partie des approvisionnements nécessaires à la transition énergétique de son puissant secteur automobile et du constructeur américain Tesla qui a choisi l’Allemagne pour y implanter sa première giga-factory sur le continent européen.

L’usine – une « première en Europe » selon Rock Tech Lithium sera située dans la ville de Guben, dans le Brandebourg, non loin de Berlin. Le site permettra de fournir suffisamment de lithium raffiné pour construire 500.000 automobiles par an.

Le début de la production est prévu en 2024. Le groupe devrait investir 470 millions d’euros pour ce projet. Le site occupera 160 techniciens, ingénieurs et équipe de production, qui assureront toutes les étapes de production du raffinage du lithium.

Le lithium doit être raffiné pour être utilisé ensuite dans un processus industriel. L’installation de cette usine permettra donc à l’Allemagne de compléter la chaîne de valeur menant à la production de batteries pour VE. Selon le quotidien économique Handelsblatt, le lithium raffiné à Guben sera toutefois importé du Canada où Rock Tech exploite une mine.

L’Allemagne importe actuellement la totalité de sa demande en lithium

A l'heure actuelle, l'Allemagne importe la totalité de sa demande de lithium. 80 % de la production mondiale provient du Chili, de l'Argentine et de l'Australie.

Alors que le nombre croissant de voitures électriques en circulation - élément clé de la transition du pays vers une économie neutre en CO2 – devrait entraîner mathématiquement une hausse de la demande de lithium, un tel contexte ne devrait pas automatiquement provoquer une pénurie d'approvisionnement, selon certains spécialistes allemands parmi lesquels figure l'Institut d'écologie appliquée ( Öko-Institut ) .

Notre avis, par leblogauto.com

L’Allemagne veut devenir un leader européen de la production de batteries et de voitures électriques dans les prochaines années et concentre déjà une partie importante des 38 projets d’usines de batteries prévus en Europe, avec entre autres Volkswagen qui s’est associé au suédois Northvolt, ou un projet de cellules du chinois CATL.

Mais pour cela il faut non seulement du lithium mais des structures de raffinage. Si le site qui sera construit par le groupe canadien Rock Tech Lithium permettra certes de raffiner la précieuse matière première, l’Allemagne tente de limiter sa dépendance sur tous éléments de la chaîne. Et donc également en termes d’approvisionnements. Ce qui ne semble guère chose facile.

Le lithium, le pétrole du 21ème siècle ?

Sources : AFP, Handelsblatt, Tageszeitung

Pour résumer

Alors que la production de batteries destinées aux véhicules électriques nécessite de plus en plus de lithium - au point que certains redoutent désormais l’émergence d’une nouvelle pénurie - les mesures prises par l’Allemagne en faveur d’un approvisionnement national en lithium ne progressent pas beaucoup. Suscitant des inquiétudes quant à leur rentabilité. Voire leur pertinence.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.