par Thibaut Emme

Bilan 2021 de la sécurité routière

Comme chaque année vers le mois de juin, l'ONISR publie le bilan de la sécurité routière de l'année précédente. En 2021, 3 219 personnes sont décédées sur les routes de France métropolitaine et d'outre-mer.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

L'année 2021 a été un peu moins perturbée que 2020 avec les confinements. Pour autant, est-ce déjà une année "normale" pour la Sécurité Routière ? En tout cas, côté trafic routier, il a retrouvé ses niveaux de 2019 et donc l'Organisme National Interministériel à la Sécurité Routière (ONISR) semble considérer que oui.

On a donc 3 219 décès sur les route de la France entière. Cela représente une baisse de 8% par rapport à l'année 2019. C'est d'ailleurs le plus bas historique si on ne considère pas l'année 2020 dans les statistiques (ie. aberration statistique). Cette année 2021 est tout de même perturbée sur le premier semestre avec des couvre-feu et du télétravail fortement encouragé.

Selon les statistiques définitives, il y a eu 2 944 tués en Métropole contre 3 244 en 2019 soit une baisse de 9%. Dans les Outre-Mer ce sont 183 tués contre 162 en 2019 (soit +13%). Ces 183 tués sont le plus haut résultat depuis 2012. A ceux-là se rajoute 92 décès dans les collectivités d'Outre-Mer et la Nouvelle Calédonie (stable par rapport à 2019).

Les autres indicateurs en baisse

Du côté des autres indicateurs, la baisse est là, mais moins forte. On a eu 53 540 accidents corporels en France métropolitaine. En 2019, c'était 56 016 accidents corporels relevés par les forces de l'ordre soit une baisse de 4% entre 2019 et 2021. Pour les Outre-Mer, ce sont 2 978 accidents relevés soit une hausse de 5%. Du côté des blessés ils étaient 3 769 dans les O-M (+3%) et 67 057 en Métropole (soit -5%).

Si on raisonne en termes de tués par millions d'habitants, on est en 2021 à 45 tués/Mhab environ contre 50 tués/Mhab en 2019. En 2020, année pleine de confinement et de forte baisse du trafic, ce chiffre s'établissait à 39 tués/Mhab. Si on rapporte par rapport au trafic, les estimations provisoires donnent 5 tués par "milliard de véhicule kilomètre parcouru". En 2019, ce chiffre était légèrement plus élevé avec 5,3. Bref, cela baisse un peu partout.

Les jeunes paient toujours un lourd tribut

Ces statistiques issues de la base accidents (ouverte au public) permettent également de regarder qui est tué, quel véhicule, etc. En regardant la catégorie d'âge, on a une forte augmentation en pourcentage des 0-13 ans. Cette hausse est due en grande partie à une pratique plus élevée des déplacements à pied, à vélo ou en "EDPm" (engin de déplacement personnel motorisé). Heureusement en valeur absolue, cela reste faible avec 85 tués. Les 14-17 ans aussi voient le nombre de tués augmenter (+10%) par rapport à 2019 avec 101 tués.

Heureusement, le reste des catégories baissent fortement ou stagne (les 65-74 ans à +1%). Les 25-34 ans voient les chiffres reculer de 23% par rapport à 2019 et même être au niveau de 2019. Les 18-34 ans paient tout de même un lourd tribut comme chaque année avec 903 tués sur les 2 944 de Métropole soit 30,7% des tués. Rien que les 18-24 ans représentent 505 tués, soit 17,2% des tués alors qu'ils représentent moins d'usagers de la route. Ces jeunes adultes ont de fort pics de mortalité routière à partir de juin avec les deux mois d'été juillet et août particulièrement meurtriers.

Si on rapport le nombre de tués par rapport à la tranche d'âge de population, il y a 94 tués de 18-24 ans pour 1 million d'habitant de cette tranche d'âge. C'est le plus haut ratio quand les autres catégories avant 75 ans sont entre 41 et 52 tués/Mhab.

Piétons et cyclistes toujours en surreprésentation

414 piétons ont été tués en Métropole en 2021 ! Cela représente 14% des tués. Leur nombre baisse de 14% par rapport à 2019, mais cela reste très élevé. A noter que 24 tués EDPm sont a déplorer. Un nombre forcément en hausse avec la hausse de la pratique. Hausse de la pratique qui explique pour partie la forte hausse du nombre de cyclistes tués : 227 soit +21% par rapport à 2019. C'est la première fois depuis 20 ans que le nombre de cyclistes tués dépassent les 200. Surtout, 97 de ces cyclistes ont été tués en agglomération. Ce sont principalement des hommes, de plus de 55 ans. A noter que 3 piétons et 2 motards ont été tués dans un accident avec un cycliste.

Les automobilistes restent la catégorie la plus exposée avec 1 414 tués. Cela représente donc 48% des tués. Mais, ce ratio baisse régulièrement depuis 10 ans environ. En 2010, les automobilistes représentaient 53% des tués. Ces automobilistes ont tendance à avoir des accidents seul, sans véhicule tiers impliqué. 736 occupants d'automobile ont été tués dans un tel accident. C'est 52% des automobilistes tués. La plupart du temps, c'est une "perte de contrôle", et c'est d'autant plus vrai pour les 18-24 ans. 79 cyclistes+EDPm sur le total de 251 se sont tués dans un accident sans tiers, soit 31,5%.

La moitié des automobilistes se tue sans autre véhicule impliqué

248 tués l'ont été sur autoroute dont 32 piétons percutés. En agglomération, 963 tués sont dénombrés dont 300 piétons (31%). C'est la catégorie la plus représentée. Hors agglomération, 1 733 tués sont à déplorer dont 996 automobilistes (soit 57%). 70% des automobilistes tués le sont hors agglomération.

Enfin, l'ONISR relève que dans les 38 départements ayant relevé la vitesse maximale sur 2x1 à 90 km/h, le nombre de tués est au même niveau que celui de 2019. Alors qu'ailleurs, le nombre de tués est en baisse de 16,3% par rapport à 2019. Une assertion statistiquement vraie, mais il conviendrait d'aller plus loin dans l'analyse pour voir si ce sont des portions à 90 km/h qui sont responsable de cette "non baisse" ou si c'est global. De plus, l'accidentologie est suffisamment complexe pour ne pas la résumer à une simple limite dans un département.

Tout le bilan 2021 de la Sécurité Routière est accessible ici.

Pour résumer

Comme chaque année vers le mois de juin, l'ONISR publie le bilan de la sécurité routière de l'année précédente. En 2021, 3 219 personnes sont décédées sur les routes de France métropolitaine et d'outre-mer. Un plus bas historique qu'il faut regarder par rapport à 2019 et non 2020.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.