par Elisabeth Studer

Arrêt d'Autolib' dès jeudi ? Une solution possible ?

Autolib' pourrait s'arrêter jeudi ou lundi au plus tard à Paris ! C'est en tout cas ce qu'affirme Marie Bolloré, directrice de Blue Solutions, l'entité « mobilité électrique » du groupe Bolloré.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Confronté à un lourd déficit, le service de voitures électriques en auto-partage pourrait disparaître d'ici quelques jours. Plus de six ans après son lancement, son propriétaire, le syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, a annoncé vouloir y mettre fin.

S'exprimant au micro d'Europe 1 Marie Bolloré a indiqué que le service pouvait s'arrêter dès que l'entreprise recevra la notification, "jeudi ou lundi au plus tard".

« Nous recevrons sans doute dans les prochains jours la notification de résiliation de la part du Syndicat Autolib' Vélib' Métropole (SAVM), et ensuite le service s’arrête [ra] », a-t-elle précisé. Des propos énoncés alors que le Conseil du syndicat doit se prononcer jeudi sur la résiliation de la concession accordée au groupe Bolloré.

La résiliation, une mauvaise décision ?

La fille de Vincent Bolloré espère encore pouvoir convaincre la Ville de Paris de ne pas aboutir à une telle conclusion. Tout « espoir » étant encore permis en l'absence de notification de la résiliation. Durant les jours - pour ne pas dire les heures – qui restent, Blue Solutions s'est fixé pour but de "prouver que la résiliation serait une mauvaise décision, à la fois financière pour les contribuables, et que l'arrêt serait brutal pour les usagers et pour des salariés qui, du jour au lendemain, se retrouveraient sans travail".

Tentant ainsi de jouer sur la corde très sensible de la politique, et mettant en avant la grogne que pourrait occasionner une telle décision … tant en terme d'emploi, que de fournitures de services, tout en laissant entrevoir de nouvelles ponctions financières pour les électeurs parisiens …

Paris et les autres communes partenaires d’Autolib' ont préalablement demandé au groupe Bolloré de reclasser « rapidement » les 254 salariés du service d’autopartage. Cette requête - qui devrait être en toute logique - être acceptée lors du conseil syndical jeudi, indique que le groupe porte « l’entière responsabilité » de ces salariés, et demande qu’ils soient « reclassés rapidement dans d’autres filiales du groupe, cela dans le respect le plus strict du dialogue social ».

Marie Bolloré exhorte le Syndicat à aider à trouver des solutions

Il n'en demeure pas moins qu'à titre de compensation de son manque à gagner, le groupe réclame plus de 200 millions d'euros aux communes de la métropole parisienne. Une somme "énorme, pour chacun", concède Marie Bolloré. Qui ajoute que le but est de trouver des solutions pour essayer de réduire ce déficit.

« Nous demandons des mesures, nous pouvons innover dans beaucoup de voies différentes sur l'auto-partage, donc nous appelons le syndicat mixte à plutôt nous aider à trouver des solutions » ou « bien à trouver un accord financier qui serait moindre pour les communes", a-t-elle plaidé au micro d'Europe 1.

Un des scénarios possibles : Marie Bolloré tient également à préciser qu'avec accord du syndicat, la société pourrait opérer en régie. Ce qui signifie qu'elle serait mandatée comme un prestataire et rémunérée pour cette fonction le temps souhaité par le SAVM. Pour rappel, la concession actuelle court jusqu’en 2023.

A la recherche d'un système financier équilibré

La directrice de Blue Solutions a par ailleurs déclaré que la société avait - comme il se doit - prévu des bénéfices à la fin de la concession. Selon elle, l'échec financier du service est dû aux évolutions rapides des modes de mobilité des Franciliens. Pointant du doigt « des changements dans le panorama de la mobilité urbaine ». Elle estime ainsi que l'arrivée des VTC a entraîné une très forte concurrence. Selon elle, les trajets banlieue-Paris ou Paris-banlieue ont été moindres que prévus, diminuant le temps de location. Enfin, concède-t-elle : "reste à trouver un système financier équilibré".

Tentant d'établir un bilan positif pour Autolib', Marie Bolloré a tenu à rappeler que 25 millions de locations avaient été réalisées depuis la mise en place du service, lequel comptabilise 150.000 usagers réguliers.

Sources : Europe 1, AFP, 20 minutes

Pour résumer

Autolib' pourrait s'arrêter jeudi ou lundi au plus tard à Paris ! C'est en tout cas ce qu'affirme Marie Bolloré, directrice de Blue Solutions, l'entité « mobilité électrique » du groupe Bolloré.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.