Accueil Constructeurs Mullen Five, finalement du concret ?

Mullen Five, finalement du concret ?

0
12
PARTAGER
Mullen Five (2021)

Mullen n’est pas un nom inconnu, voici plus de 8 ans que l’entreprise espère produire des voitures électriques. Jusqu’à présent toujours en lien avec la Chine, et sans succès. Avec le Mullen Five, les choses changent, puisqu’il est de conception maison. Il sera produit dans le Mississippi en 2023.

  • SUV électrique avec 520 km d’autonomie (EPA), à partir de 55 000$
  • Production en 2023, livraison en 2024

En 2013, Coda fait faillite. Les derniers exemplaires de la berline électrique dérivée de la Hefei Saibao sont alors rachetés par Mullen qui les commercialise sous le nom de 700e. Ce qui n’a pas marché sous le nom de Coda ne fonctionne pas non plus sous celui de Mullen… Dernièrement l’entreprise américaine signe un accord avec le chinois Qiantu pour produire et vendre le coupé K50 en Amérique du Nord. La pandémie est passée par là, et Qiantu semble tombé dans les limbes. Autre projet, toujours en cours, la production de véhicules utilitaires qui semblent issus du catalogue de Skywell.

Le SUV Mullen Five marque donc un virage, car il ne s’agit pas ici d’un modèle chinois rebadgé, mais d’un véhicule de conception maison. Forcément, c’est plus long à concevoir, et le projet annoncé en 2019 débutera sa production en 2023, pour des livraisons en 2024. Mullen a d’ailleurs finalisé il y a quelques jours le rachat d’une usine à Tunica (Mississippi), une usine créée en  2016 par Greentech/Hybrid Kinetic, mais qui n’a jamais débuté sa production. Elle est donc flambant neuve.

Pour le style, nous sommes face à un nouveau gros SUV, avec arrière fastback et un design très fluide et épuré avec ses surfaces lisses, ses phares effilés. On voit assez visiblement d’où vient l’inspiration en lisant la liste des fonctionnalités : ouverture des portes avec la reconnaissance faciale, modes de surveillance Sentry et Dog. Pour la conduite autonome Mullen reste prudent et évoque un niveau 2.5, soit une régulation de vitesse adaptative et contextualisée, un maintien dans la voie, et un changement de voie semi-autonome. La Five propose aussi un système actif d’annulation du bruit pour optimiser le confort à bord. Le style intérieur est dans la tendance actuelle : dépouillé avec grand écran central, écran minimaliste face au conducteur, formes et matériaux inspirés du monde du mobilier. Les passages arrière semblent bien soignés avec deux sièges individuels, , une console continue dotée de rangements, porte-gobelets, écran de contrôle et charge de téléphones par induction.

Au chapitre des caractéristiques, la version de base, à 55 000$, annonce une batterie de 95 kWh, 520 km d’autonomie (EPA), un 0 à 100 km/h en 3,2s et une vitesse maximale  limitée à 250 km/h. Quant à la charge, elle est annoncée de 0 à 80% en 21 minutes, soit un peu plus de 220 kW de puissance. Pour ceux qui se sentent le besoin de montrer leur supériorité au volant par leur démarrage au feu, une version RS est annoncée à 322 km/h et 1,9s pour le 0 à 100

Notre avis, par leblogauto.com

Bien sûr, tout cela semble encore assez virtuel. Mais c’est le plus prometteur des projets de Mullen à ce jour. Et les caractéristiques annoncées semblent réalistes. Bien que n’étant qu’au stade de maquette, la Mulle Five a d’ailleurs été élue « Meilleur SUV 0 émission » du salon de Los Angeles (ZEVAS – Zero Emission Vehicle AwardS). Elle était en concurrence avec la Rivian R1S et la Lincoln Aviator (qui est un PHEV…).

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Mullen Five, finalement du concret ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Eric 35
Invité

Toutes ces start-up font la même chose, des SUV 100 % électrique…

Frédéric LANGLOIS
Invité

Normal, uns start-up est censé exister pour réfléchir sur l’avenir

Rickyspanish
Invité

Toutes ces nouvelles marques électriques qui sortent du bois (c’est le cas de le dire vu la photo d’illustration), on s’y perd à force…
On se croirait au rayon biscuit d’une grande surface…

Achille Talon
Invité

C’est un peu ça. Dès lors qu’on a ni moteur thermique, ni boite de vitesse, c’est beaucoup moins compliqué de sortir des concepts en vue de les commercialiser.

Question hors-sujet : comment est remplacé le mastervac pour l’assistance du freinage ? Ça fait plusieurs fois que j’entends les journalistes se plaindre du feeling au freinage.

zeboss
Invité
@AT : à priori par une pompe à vide, électrique… Le feeling au freinage est lié au fait que sur les PHEV/ VE la première partie de la décélération est liée au freinage électrique ou régénératif qui n’est pas « violent » au départ… Ensuite en appuyant plus on actionne le frein dit mécanique, qui lui est sur disque… Classique et maitrisable par la pression sur la pédale. En cas de coup violent, genre urgence pas de problème on passe quasi directe sur les plaquettes, mais en conduite un peu sportive, on a besoin de faire varier la pression de façon modulée,… Lire la suite >>
SGL
Invité

J’imagine que les 3/4 auront disparu dans 5 ans… Par contre le dernier 1/4 va faire très mal aux constructeurs occidentaux si l’on ne protège pas nos frontières.

Joledemago
Invité

Inutile de protéger les frontières, laissons faire le darwinisme, disparaîtront ceux qui ne répondent pas aux besoins et demande des consommateurs. Nos constructeurs ont les clés en main. Contrairement à vous je suis optimiste et pense que nos constructeurs notamment nationaux se débrouillent plutôt pas mal sur l’échiquier mondial.

SGL
Invité

Si l’on laisse faire le darwinisme avec les règles de l’OMC favorable aux Chinois, j’ai peur que l’on termine comme les dinosaures !
J’apprends qu’il aurait actuellement 17 marques de VE en chine plus ou moins grosses comme Tesla en 2012… Je trouve cela effrayant !
Forcement pour moi, 3 ou 4 marques risquent de faire très mal pour les constructeurs européens, et même les BAM ne sont pas à l’abri.

zeboss
Invité
@sgl : à chaque fois qu’on ferme les frontières, on ne diminue jamais la compétition. Elle s’organise ailleurs, certes, le jeu doit être équitable partout, mais la politique US par exemple a prouvé que fermer ses frontières par toute sortes de manigances plombe l’industrie locale. Dans les années 60, les Ricains faisaient leur course en Europe, Simca en France, Roots en Uk, avec Ford et Opel on ne voyait plus l’automobile autrement qu’avec du chewing-gum. Résultats ? Les Chinois trichent, c’est sur, guère plus que les USA d’ailleurs, juste la politique peut être détestable, c’est un gros moins, mais au… Lire la suite >>
Amazon
Invité

on voit des annonces de start -up en Asie, aux USA, mais rien en Europe (ou pas grand chose?)

On a pas un problème avec l’innovation (et surtout son financement!!) sur le vieux continent?

juste une remarque sur cette Mullen (et les autres), le style Tesla est repompé aussi bien extérieur qu’intérieur, c’est vraiment l’inspirateur de tous ces proto/projet.
Même si je trouve cette mullen Five bien plus jolie que la TMY

Joledemago
Invité

Je ne suis pas convaincu qu’un SUV électrique virtuel soit de l’innovation. Les start UP dont vous parlez sont issues de marché dans lesquels les constructeurs nationaux sont quasi inexistants (je mets les US de côté). Franchement, quand on regarde le marché mondial, les constructeurs européens ne sont pas trop mal placés

SGL
Invité

J’ai vu un Model Y … C’est gros et moche… Je l’ai pris pour un Model X.
… Très déçu !
C’est le Model 3 gonflé à l’hélium.

wpDiscuz