Accueil Tesla Prony Resources : nickel pour Tesla … et l’Airbus des batteries

Prony Resources : nickel pour Tesla … et l’Airbus des batteries

0
14
PARTAGER

Alors que Prony Resources (PRNC) vient d’annoncer la signature d’un contrat majeur avec Tesla après avoir repris au printemps les mines de nickel du groupe brésilien Vale situées en Nouvelle-Calédonie, son PDG Antonin Beurrier ajoute désormais que la société souhaite aussi « alimenter la filière européenne des batteries ».

Tesla : 1er client de Prony Resources

« L’accord signé avec Tesla fera du constructeur automobile américain notre premier client et de loin » a déclaré M. Beurrier lors d’un entretien téléphonique avec l’AFP dans le cadre d’une tournée de présentation de ses activités en Europe.

Grâce à un contrat pluriannuel de 5 à 7 ans, Prony va fournir 42.000 tonnes de ce nickel à Tesla, ce qui devrait permettre au constructeur de produire quelque 200.000 batteries pour ses voitures électriques.

Prony Resources en garde sous le pied pour l’Europe

Le dirigeant a toutefois ajouté que l’entreprise avait « encore de la place pour la filière européenne des batteries, qui cherche à augmenter son indépendance stratégique ».

Changement de stratégie industrielle

« Le changement d’actionnaire annoncé le 31 mars 2021 a permis un changement de stratégie industrielle, et de nous concentrer sur un nickel hydroxyde cake, NHC, un produit intermédiaire destiné aux batteries automobiles notamment » a expliqué Antonin Beurrier.

Ce nouveau produit, qui fournira les unités de production de Tesla en Asie, est à la fois moins raffiné et plus cher que l’oxyde de nickel sur lequel le groupe se concentrait auparavant.

Les comptes de Prony repassés dans le vert

Depuis cinq mois, les comptes Prony sont repassés dans le vert, grâce à la baisse de 30% de ses coûts de raffinage obtenue via le fermeture d’une de ses usines et à la hausse des prix mondiaux du nickel et du cobalt, matières premières très recherchées pour produire des batteries pour VE.

Recomposition du capital

Au terme de sa recomposition du capital, et de l’équilibre industriel, financier et social négocié pendant de longs mois, Prony est désormais détenu à 51% par des acteurs locaux néocaledoniens (30% aux trois provinces, 12% aux salariés et 9% à un fonds local représentant les populations océaniennes et kanaks). 19% appartiennent au négociant de matières premières Trafigura basé à Singapour et Genève, et 30% à la compagnie financière de Prony, montée avec le management et le fonds d’investissement Agio appartenant à Trafigura.

Notre avis, par leblogauto.com

Stratégie initiée par la société ou soufflée au creux de l’oreille par le gouvernement français ?

Rappelons que la France prendra au 1er janvier 2022, la présidence tournante de l’Union européenne. Il aurait de « mauvais ton » que Paris puisse être accusé par ses pairs de laisser la Nouvelle-Calédonie – collectivité d’outre-mer à statut particulier – fournir son nickel à Tesla sans laisser une part du fromage à l’Union européenne pour mettre en place son Airbus des batteries.

Sources : AFP, Prony

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Prony Resources : nickel pour Tesla … et l’Airbus des batteries"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Amazon
Invité

42000 tonnes de nickel pour 200000 batteries soit 2100 kg de nickel par batterie ? Soit les batteries sont grosses, soit il y a beaucoup de déchet 😏

zeboss
Invité

je pense qu’on parle de minerai, pas trop raffiné, donc avec fortes pertes.
sinon ça nous fait un kilo qui pèse lourd….

Amazon
Invité

je ne savais pas que Tesla avait une usine de raffinage de Nickel. pour faire une batterie à cathode NMC, le nickel doit être à minimum 99.95% de pureté.
aussi, il faut relativiser la quantité de nickel consommé dans les batteries. aujourd’hui ce n’est que 5% de la production mondiale, mais les projections pour 2035 sont par contre à 30% de la consommation mondiale. il va falloir soit en extraire plus, soit recycler

Emmanuel
Invité

l’Airbus des batteries existe encore en dehors des cabinets ministériels ?

Parce que j’ai cru comprendre que chaque constructeur européen avait son usine et ses partenariats avec des fabricants de batteries

SGL
Invité

Il y a donc plusieurs Airbus des batteries !?
… Ce n’est pas plus mal ?
Tant que l’on est sino-dépendant.

Steph928
Invité

L’airbus des batteries s’appelle aujourd’hui ACC, avec en leader le groupe PSA et….l’intégration de Mercedes au projet, alors même qu’il y a 1 an, la marque allemande a investi 500 Millions dans une entreprise chinoise….A suivre donc

Emmanuel
Invité

Donc Stellantis + Mercedes = Airbus de la batterie
Mais pourquoi les autres constructeurs européens ne sont ils pas inclus dans le programme ? 😆
que je me souvienne, Airbus c’était une grande majorité des constructeurs allemands, espagnols et français dans la même structure : EADS au démarrage devenu airbus plus tard.

Steph928
Invité

Sauf erreur de ma part, airbus c’est essentiellement français et construit sur la base de sud aviation avec quelques concessions aux allemands pour faire européen…. donc oui stellantis + mercedes ca fait déjà plus airbus que airbus lui même!

SGL
Invité
Alors oui et non quand @Steph928 Sud-Aviation cherchait à remplacer la Caravelle avec le Galion avec Dassault, Breguet et Nord Aviation et Hawker Siddeley avait le HBN-100… La BAC avait un Trident agrandi comme projet. Tous ces projets pour essayer de survivre à la suprématie énorme Américaine qui était Lockheed, McDonnell Douglas et surtout Boeing. Donc, en 1967, c’était un programme Franco-anglais, Airbus n’existe pas encore ! En 1969, les Anglais se retirent officiellement… Et les Allemands les remplacent, mais les Anglais reviennent à titre privé pour les ailes. (Hawker-Siddeley) 1970, Airbus est créé. 1972, les Espagnols les rejoignent et… Lire la suite >>
Amazon
Invité

airbus c’est un conglomérat de structures qui ne sont pas en concurrence.
Stellantis, VW, Renault, sont en concurrence directe sur plusieurs marchés.
stellantis et daimler sont moins en concurrence pour l’instant, est ce que cela peut justifier un accord?

SGL
Invité

Ce que dit @Amazon est juste… Je rajouterai que les perspectives du développement de VE sont tellement énormes que la justification de créer un Airbus seul qui monopoliserait la fabrication des batteries n’est absolument pas nécessaire… De ce fait, je ne vois rien qui empêche la création de 2-3-4 « Airbus“ de la batterie en Europe… Le gâteau de la batterie dans le futur sera suffisamment grand pour tout le monde y trouve son compte.

Df
Invité

Sauf erreur le calcul donne 210 kg…. Mais ça me semble beaucoup en effet.

Amazon
Invité

exact! Erreur de calcul de ma part. 210 kg en effet, du coup j’ai relu avec plus d’attention et je pense avoir compris. ils vont commercialiser du Nickel hydroxyde cake, qui ne contient que 40% de nickel.
donc on descend à 84 kg de Ni/batterie
Avec les futures cathodes NMC811 il y a 8 fois plus de Ni que de Co et Mn. et l’anode peut être aussi du Ni(OH)2.

wpDiscuz