Accueil Ecologie Une « gigafactory » Britishvolt en terre Galloise

Une « gigafactory » Britishvolt en terre Galloise

0
9
PARTAGER

Britishvolt annonce avoir signé un accord avec le gouvernement du Pays de Galles pour l’implantation de la première giga-factory du Royaume-Uni.

Avec le véhicule électrique qui est poussé par les différentes lois et normes dans le monde, l’approvisionnement en cellules électriques devient un enjeu majeur. Si l’Europe projette la création d’un « Airbus des batteries », le Brexit condamne presque le Royaume-Uni a se créer sa propre filière de batteries pour ne pas dépendre d’accords.

Durant six mois, Britishvolt a étudié une quarantaine d’implantations possibles sur le sol britannique et annonce avoir signé un MOU (memorandum of understanding ou protocole d’accord) avec le gouvernement Gallois. L’usine sera sise, si le projet va jusqu’au bout sur l’ancienne base de la Royal Air Force (RAF) de Bro Tathan, à St Athan. Si certains d’entre vous ont déjà entendu ce nom, c’est que Aston Martin y a lancé une nouvelle usine en 2019 (pour le DBX), déjà sur l’ancien aérodrome militaire.

L’usine de fabrication de batteries devrait avoir une capacité à terme de 30 GWh, et devrait aussi abriter une centrale solaire de 200 MW. L’emplacement est intéressant car sur un aérodrome, à proximité de l’aéroport de Cardiff, de la mer, ainsi que de la voie ferrée. C’est aussi proche de Bridgend, qui regroupe plusieurs usines automobiles et qui devait accueillir le Grenadier d’Ineos qui pourrait finalement partir à Ambach dans l’usine smart. Ford a également une usine de moteur à Bridgend, mais devrait fermer celle-ci à l’automne prochain.

Bref, cette implantation est géographiquement intéressante et dispose d’une main d’oeuvre qualifiée disponible. L’usine, qui fabriquera des cellules rondes (piles) et « poches » (comme dans la Nissan Leaf) doit faire l’objet d’un investissement initial de 1,2 milliard de livres sterling (1,3 milliard d’euros) et créera jusqu’à 3 500 emplois directs.

Selon Orral Nadjari, PDG et fondateur de Britishvolt, sans usine de batterie propre au Royaume-Uni, l’industrie automobile britannique pourrait disparaître corps-et-biens d’ici 2040. Avec cette première usine, Britishvolt espère maintenir des milliers d’emplois dans cette industrie. Il précise que la centrale solaire permettra à l’usine d’être presque neutre en carbone et d’aider à l’objectif d’être le producteur de batterie le plus « vert » au monde. L’électricité alimentera aussi une partie de la zone de St Athan.

Notre avis, par leblogauto.com

L’industrie automobile du Royaume-Uni ne cesse de se réinventer et de « renaître ». Pour d’autres, elle n’en finit pas de mourir. En tout cas, elle sait s’adapter pour faire face au départ annoncé (ou déjà fait) de plusieurs constructeurs historiques.

Surtout, elle se lance dans la guerre des batteries alors qu’Allemagne et France semblent s’entendre pour développer une filière continentale et alimenter leurs propres industries. Si cela permet en plus de sauver des filières industrielles en déclin…

Ici, Britishvolt doit lancer une première phase à 10 GWh de capacité de production. Mais, pour cela, il faut de l’argent. La société va recevoir des aides publiques, privées, et devrait être introduite en bourse pour lever des fonds pour financer ce premier « Gigasite ».

De façon assez paradoxale, ce sont deux start up qui pourraient donc lancer la première « gigafactory » du RU. En effet, Britishvolt a signé un accord avec le jeune fabricant de batterie AMTE Power. Il va falloir redoubler d’effort pour convaincre les investisseurs que deux jeunes pousses vont pouvoir concurrencer les acteurs déjà établis et soutenus par de grands constructeurs.

A noter que de grands noms de l’automobile ou des batteries ont rejoint ou soutiennent Britishvolt comme Charles Morgan membre du conseil d’administration, ou Isobel Sheldon, Directrice Stratégique (20 ans dans l’industrie lithium-ion).

Illustration : RAF (la base de Bro Thatan – périmètre en blanc)

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Une « gigafactory » Britishvolt en terre Galloise"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

Étalement urbain au Royaume-Unis délirant.
Multiplication des réseaux d’eau qui ne préservent pas le nappes phréatiques.
Construction de Giga factory dans des espaces naturels ou ruraux.
Création de nouveau réseaux …
Pas de transporst en commun de proximité … Les Giga factory hors sol … c’est de la M.

Bon vous indiquez qu’ils investissent une ancienne base aérienne.. espérons que ce soit sur des zones déjà artificialisées.

R-one
Invité

Le Concorde à été conçu avant le Brexin.
Pourquoi le Brexit doit-il empêcher la coopération économique et industrielle ?
Peut être un esprit de revanche…

Nicolas
Invité

Les différentes circonstances économiques et sanitaires actuelles redonnent beaucoup de souffle à l’idée de souveraineté industrielle. Le Royaume-Uni est probablement le territoire d’Europe le plus attaché à sa souveraineté.

zeboss
Invité

La souveraineté est une chose, en avoir les moyens en est largement une autre….

SGL
Invité

Ça été le problème de l’Angleterre durant le 20e siècle… Il y a 100 ans, elle était encore le N° 1 avec les USA à une encablure… Et progressivement elle a perdu du terrain avec les guerres et la décolonisation (la France également, mais dans une moindre mesure)
Churchill a été témoin durant sa vie de cette lente régression.

wpDiscuz