Accueil Général Présentation américaine pour la future Delage D12

Présentation américaine pour la future Delage D12

1271
17
PARTAGER
Delage 1926_Gilles MOLINIER

Une nouvelle automobile française de prestige, cela nous enthousiasme toujours. Nous n’avons donc pas hésiter à interroger Patrick Delage, arrière- petit-fils du célèbre constructeur Louis Delage à quelques jours de la grande présentation, aux USA.

Patrick Delage, l’arrière- petit-fils du célèbre constructeur Louis Delage s’apprête donc à s’envoler vers les Etats Unis pour la présentation -début décembre- de la nouvelle Delage, la D12. C’est une hypercar hybride dotée d’un V 12 atmosphérique de 900 chevaux, associé à un moteur électrique de 330 chevaux.

 

Jacques Villeneuve en metteur au point

Avec bien des égards pour nous, curieux journalistes, celui qui n’a de cesse de célébrer cette grande marque française, Patrick Delage avoue – malgré notre cordiale insistance – ne pas pouvoir nous communiquer bien des informations. Il déclare néanmoins « qu’après trois ans de projet, il est convaincu que l’événement sera très bon pour la marque. »

Il poursuit : « Cette voiture sera homologuée pour la route, même si elle sera très typée course. L’objectif c’est d’en faire la voiture la plus rapide du monde avec comme référence le circuit du Nürburgring. Le pilote Jacques Villeneuve est en charge du développement. Aucune date n’est fixée encore pour la production. Il faut obtenir l’homologation, ensuite la Delage sera assemblée en France. Les prévisions s’établissent à 6 voitures par an. »

On peut préciser qu’actuellement c’est également en France que les premiers hurlements du moteur retentissent. C’est un moteur qui serait d’origine australienne. Là encore, toute photo ou précision technique sont encore soumises à un strict embargo.

Benoît Bagur à la baguette technique

En tant que propriétaire de la marque, « Les amis de Delage » vont donc  faire renaître un des fleurons de notre patrimoine automobile à travers la nouvelle société « Delage automobiles », avec à sa tête un PDG entreprenant et passionné, en la personne de Laurent Tapie.

Reverrons-nous la prestigieuse marque renouer avec les 24 heures du Mans ? La nouvelle réglementation ne peut qu’inciter à rêver d’une telle participation. De plus, quand on sait que c’est Benoît Bagur qui supervise techniquement ce vaste projet, on ne peut s’empêcher de penser que sa très grande expérience de la compétition et des bureaux d’études (Galaxy F 3000, Citroën Sport, SEAT WTCC, Furtive, Onroak Automotive) pourrait être un atout important pour se lancer dans un challenge passionnant, tant pour l’impact médiatique que pour le grand public.

Quoi qu’il en soit, on imagine bien qu’entre la présentation du show-car à l’échelle 1 et la réalisation d’un prototype roulant, il faudra de nombreux mois. En effet, même si le style semble être figé, permettant d’amorcer la commercialisation, de nombreux calculs et études doivent être encore menés, avant que les potentiels acheteurs puissent envisager une livraison de cette prestigieuse Delage. Dans ces conditions, nul doute alors, que la compétition attendra un peu.

Soyez assurés que dès que Patrick Delage pourra nous en dire plus, nous le presserons de questions et tenterons d’en savoir le plus possible sur ce projet qui fera revivre les glorieuses années d’avant-guerre de l’automobile sportivo-luxueuse française.

Alain Monnot

Photos Gilles Molinier (1) et Alain Monnot (2-3)

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Présentation américaine pour la future Delage D12"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Croûton
Invité

« Jacques Villeneuve en metteur au point »
Eh ben ils ne sont pas sortis de l’auberge…

Il a été un bon pilote, peut-être capable de rouler plus vite qu’un autre à voiture égale, et n’a pas besoin d’une voiture fignolée aux petits oignons pour être rapide.
Mais niveau mise au point, réglages, développement, partout où il est passé (Williams, BAR, Renault, Sauber, NASCAR, Rallycross, Formule E…), il m’a donné l’impression d’être à la ramasse, et à quitté le navire très tôt pour que l’on ne puisse pas se rendre compte de son impuissance…

greg
Invité

La voiture doit avoir un mode « gravier » 😀

zeboss
Invité

@greg : non ça c’est pour Alesi, le bac à gravier…

Greg
Invité

Pardon oui j’ ai bêtement confondu. Lui c’ est celui qui rentrait dans tout le monde non?

labradaauto
Invité

ce sera une voiture nouvelle avec un ancien nom de l’auto française choisi dans un but de mercatique. Une marque éteinte qui ne fournit ni ses lieux ni ses outils « obsolètes » d’une part ne peut que prêter un nom. Les salariés du temps d’avant , pour les vivants, sont trop âgés pour suite à délivrer.

gigi4lm
Invité

Oui, cette voiture n’a rien de Delage si ce n’est l’implication de Patrick Delage qui donne du crédit à ce nom.
Enfin je dis ça sans savoir quel est son rôle exact dans cette aventure. Peut être justement de servir de prête nom.

Commandant Tour
Invité

une presentation américaine, une production australienne…. cette nlle marque n’a de Delage que le nom…
Apres, souhaitons leur d’aller au bout et de ne pas retrouver le cimetière des nbreux re-lancements de marques d’antan….

Moi.
Invité

Le moteur sera(it) australien, mais l’assemblage final de l’auto sera(it) français.

greg
Invité

Le V12 serait un bloc Lamborghini à priori.

Moi.
Invité

C’est australien Lamborghini ?

Thibaut Emme
Admin

Selon les infos il serait australien (un V12LS de Race Cast ?), mais ce ne sont que des infos 😉

Moi.
Invité

Ça va faire Pschit comme beaucoup d’autres avant eux…
Devel Sixteen, Hispano-Suiza, … Un show-car et plus rien.

Franck Boizard
Invité

Aucun intérêt, cette débauche de puissance. Le projet de Gordon Murray est beaucoup plus enthousiasmant, élégant.

La Ferrari F40 n’était pas la plus puissante.

wpDiscuz