Accueil Actualité Skoda Superb restylée : diversification et hybridation

Skoda Superb restylée : diversification et hybridation

1835
44
PARTAGER
Arnold

Vendue à plus de 250.000 exemplaires en Europe depuis ses débuts en 2015, la Skoda Superb de IIIe génération continue sa jolie carrière. A l’occasion du Championnat du monde de hockey sur glace de Bratislava, dont la firme tchèque est le sponsor titre, une version restylée a été présentée ainsi que des nouveautés techniques non négligeables pour la marque, toujours plus ambitieuse.

Un restylage par petites touches

A l’image de nombreux modèles du groupe VW, les restylages sont en général assez discrets. Skoda avait cependant bouleversé la tradition avec l’Octavia qui s’était parée d’une nouvelle face avant disons…spéciale. Pour la Superb, qui jouit plutôt d’une bonne côte au niveau du design, le restylage est ténu. Ce serait un comble de rendre moche une voiture avec un tel nom…

Sur la face avant le changement le plus significatif se situe au niveau du bouclier, avec une nouvelle forme et signature lumineuse des phares anti-brouillard. Les deux feux arrière à LED sont désormais reliés par une bande chromée, Skoda reprenant ainsi un code stylistique aperçu sur de nombreux modèles premium germaniques. Plus grande, la calandre typique se distingue désormais par ses doubles lamelles, tout en s’étendant aussi vers le pare-chocs avant. On y verrait même un petit air de double haricot inspiré d’une célèbre marque allemande à l’hélice…

Même sur la version d’entrée de gamme, les phares, affinés, se prolongent cette fois jusqu’à la calandre et embarquent de série la technologie Matrix LED, là encore une première sur un modèle de série Skoda. L’ensemble demeure anguleux et acéré, avec une personnalité indéniable.

La Superb embarque un régulateur de vitesse prédictif qui analyse les données de la caméra du pare-brise et du système de navigation, tandis que la nouvelle Assistance d’urgence sur routes à voies multiples dirige automatiquement le véhicule vers le bord de la chaussée en cas d’urgence. Évidemment, la Superb est mise à jour au niveau de la connectivité et de l’infotainment.

Scout toujours

Pour la première fois, la Superb est déclinée en version baroudeuse « Scout ». La carrosserie est revue avec des inserts chromés supplémentaires (rails de toit, cadres de fenêtre), des coques de rétroviseurs en aluminium pour que ça brille et les incontournables pare-chocs et garnitures de protection. L’ensemble veut donc marier une certaine élégance et le côté baroudeur, mais pas trop rustique !

L’équipement de série (disponible exclusivement en version Combi et transmission 4X4) comprend des jantes alliage Braga 18 pouces, un kit Rough-Road avec 15 mm de garde au sol supplémentaire et un design spécial Scout dans l’habitacle, qui se manifeste entre autres par des bandeaux décoratifs effet bois qui, comme les sièges avant, portent le logo Scout. La nouvelle couleur Orange Tangerine métallisée est également réservée exclusivement à ce modèle.

Côté motorisation, la Superb Scout embarque au choix le 2.0 TDI 190 CV ou le 2.0 TFSI 272 CV avec la boîte DSG 7 rapports.

Superb iV, nouvelle ère

Alors que la Citigo iV représente le 1er modèle 100% électrique de la gamme, la Superb iV constitue quant à elle le 1er modèle hybride rechargeable de Skoda. La firme se félicite évidemment d’entrer de plein pied dans l’ère de « l’électro-mobilité ».

Elle est alimentée par un moteur essence 1.4 TSI de 156 CV et par un moteur électrique de 85 kW. Sa puissance maximale délivre ainsi 218 CV. Skoda annonce des émissions inférieures à 40 g/km, une autonomie 100 % électrique et sans émission de 55 km en cycle WLTP grâce à une batterie de 13 Kwh. Elle peut être chargée sur une prise standard, une WallBox ou même pendant la conduite grâce au moteur essence ou au système de récupération de l’énergie au freinage. La recharge s’effectue par une trappe discrètement dissimulée dans la partie droite de la calandre avant.

Cette version est livrée de série avec un écran couleur multifonction et peut être équipé du Virtual Cockpit de 10,25 pouces personnalisable. Le système d’infotainment donne accès à des sous-éléments propres à l’iV (e-Manager) tels que l’état de charge de la batterie ou l’autonomie purement électrique du véhicule. Ce dernier peut par ailleurs être directement réglé en mode E et en mode SPORT à l’aide de boutons situés sur la console centrale.

Cette nouvelle variante de transmission est disponible sur les finitions Ambition et Style, Sportline et Laurin&Kelment. La production devrait commencer sur le site de Kvasiny au début de l’automne, et le lancement sur le marché aura lieu début 2020.

L’avis de leblogauto.com

Sur un segment qui n’a pas la vie facile et où la prédominance des premiums allemands est forte, la Superb fait son bonhomme de chemin, permettant à Skoda de monter en gamme et de s’affirmer comme un pilier incontournable du groupe Volkswagen.

Source et images : skoda media

Poster un Commentaire

44 Commentaires sur "Skoda Superb restylée : diversification et hybridation"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
lataupe2B
Invité

A choisir un clone j’ai un faible pour Skoda

PA3
Invité

Très bof Skoda, j’ai hésité à m’en acheté une (j’ai été surpris par la grosse remise), mais plus j’en ai observé dans Paris plus l’envie m’est passée, trop austère pour moi

Invité

PA3 : oui enfin bon, la question est de comparer à VW. Et niveau austérité, c’est kiff kiff

Invité
Pour bien connaître le groupe VW, et la République tchèque (idéale pour tester des Skoda en veux tu en voila), il est clair pour moi que si je voulais un jour une VW, ce sera une SEAT ou une Skoda. Avec un plus pour Skoda (plus mature à mon goût). Aussi bien construites, avec les mêmes éléments intérieurs (comodo identiques, infotainment identique, motorisation ide toque, châssis identique, qualité routière identique), blindées de solutions astucieuses qui facilitent la vie (à la Renault, mais souvent encore plus poussée) “simply clever”, outrageusement moins chères. On a quelques plastiques durs en plus, mais ça… Lire la suite >>
PA3
Invité

Fabia avec plateforme de Polo 2009, Scala-Kamiq avec plateforme de Polo 2017 pour des voitures de la taille au dessus, il y a des concessions au prix quand même

Vérité
Invité

« une autonomie 100 % électrique et sans émission » surtout avec plus de 1700 kg sur la balance on n’est pas sans émission de particules.
Si nos députés européens avaient intégré les particules d’abrasion et que leur production était fonction de la masse en mouvement, leur règle CO2 aurait été faite autrement et n’aurait pas amené à des véhicules de plus en plus lourds.

Julien
Invité

Sur une hybride/électrique le freinage est fait par le moteur électrique donc pa de particules. Regardez les chiffres de changement de plaquette sur ce véhicules.

Vérité
Invité

Pourquoi y-a-t-il autant de particules dans le métro parisien alors ?
Le métro parisien est bien électrique avec un freinage électrique.
Faut arrêter de mentir.

SGL
Invité

Tout simplement que le métro n’a pas de système de régénération du moteur électrique comme les derniers TGV !

Vérité
Invité

Faux, le freinage électrique est bien utilisé sur toutes les rames sauf 2 et 6.
Cela a été développé à partir de 1967 sur les rames fer et a permis de garder le roulage fer.
Activistes du VE = activistes de l’individualisme = menteurs.

SGL
Invité

Faux…Faux… C’est vite dit, où on parle de système de régénération du moteur électrique dans le métro ?
Sinon les lobbys pétroliers diffusent la sainte parole !?… Comme pour le tabac…Sucre… Monsanto… Etc.

Vérité
Invité

Pour les particules, l’important c’est que le freinage ne soit pas mécanique.
Même si déperditif sans être mécanique on évite la production de particules.
Cherche freinage rhéostatique ou ralentisseur hydraulique.
Le métro a bien un freinage électrique, éventuellement déperditif mais électrique.
Tu peux faire diversion mais la réalité des particules dans le métro c’est qu’elles sont bien d’origine abrasive.

SGL
Invité
@Vérité Enfin, la question est : est-ce que les systèmes de régénération du moteur électrique à la décélération réduisent OUI ou NON les émissions de particules ? SI OUI : l’avantage est important pour les VE comme pour les TGV qui réinjecte de l’électricité dans le réseau en freinant. Si NON : c’est effectivement un problème et les aspirateurs à particules doivent se généraliser. Il suffit de dire : « Activistes du VE = activistes de l’individualisme = menteurs. » pour que cela soit une preuve ! Je connais les réponses toutes faites des Lobbys, en 2000 le Roundup était… Lire la suite >>
Vérité
Invité
@SGL Le TGV ne reinjecte que si il y a d’autres trains dans le même canton donc pas sur les LGV. Dans ce cas il utilise un freinage rhéostatique qui est un freinage électrique ou on dilapide l’électricité dans un pont de rhéostat. C’est bien comme cela que fonctionne le métro. Oui le freinage électrique réduit la production de particules de freins au freinage mais il est faut de dire « pa de particules » comme dit par Julien. On a moins de particules de freins mais on a plus de particules d’abrasion de pneus et de revêtement que le VT équivalent… Lire la suite >>
wizz
Membre
au freinage, le moteur électrique se transforme en générateur, convertissant l’énergie cinétique en énergie électrique. Ensuite, ça dépend du dimensionnement du moteur électrique (et de la batterie si voiture électrique) par rapport à la durée de freinage (et donc de la puissance à dissiper) -soit le moteur électrique est de faible puissance (ou batterie de faible puissance) mais que le conducteur pratique l’éco conduite, freine doucement mais pendant longtemps, alors un maximum d’énergie cinétique pourra être récupéré par le générateur -soit le moteur électrique est de faible puissance (ou batterie de faible puissance) pile au dernier moment (à la façon… Lire la suite >>
SGL
Invité

Bon bref, ce n’est pas clair, je ne cherche pas à avoir raison à tout prix, je cherche la vérité avant tout et celle de @Vérité est plutôt douteuse !
Mais je sais qu’il existe des solutions pour régler le problème à 90 %, il existe des systèmes d’aspiration des freins qui potentiellement pourrait éviter que les particules soient dispersées dans les tunnels.

Vérité
Invité

Vu la capacité d’accélération des tramway et métro, les moteurs sont suffisants pour freiner jusqu’à 8 km/h, au-delà il faut recourir à un freinage mécanique, comme sur un VE ou un hybride.
Pour utiliser l’électricité produite, les équipements aval sont bien dimensionnés aussi.
La vérité c’est que le freinage mécanique requis sous 8 km/h produit plein de particules.
L’autre vérité pour les VE et hybride est que pour freiner le véhicule il faut plus de forces de frottement pneu route qu’un véhicule plus léger et que ce supplément de particules de frottement n’est pas compenser par les moindres particules de freins.

wizz
Membre
https://fr.wikipedia.org/wiki/MF_77 Puissance 1500kW, ou 1500000W Masse 130 tonnes, ou 130000kg Vmax = 70km/h, ou 19.44m/s E = 1/2*m*V² = 246MJ P (en Watt) = E (en Joules)/T (en secondes) T = E/P = 163 secondes Pour un freinage total jusqu’à l’arrêt, rien qu’en mode regénérateur, il faudrait 163 secondes. Voilà pourquoi on a recours aux freins mécaniques sur les métros. . Pour un ralentissement de 70 à 8km/h, il y a 193MJ. Il faudra 128 secondes pour ralentir le métro en n’utilisant que le générateur . Non mon cher « Vérité ». Tu es comme « Christophe ». Des hypothèses, des affirmations, mais beaucoup… Lire la suite >>
Vérité
Invité

Je conseille à chacun de refaire le calcul de wizz à savoir 0,5 * 130000 * 19,44^2 et de diviser par 1000000.
On obtient 24,6 MJ et pas 246 !
Donc affirmation erronée de notre bon wizz, comme souvent.

Vérité
Invité

Il faut donc 16 secondes de freinage électrique d’un métro pour théoriquement l’arrêter.
Si il faut recourir à un freinage mécanique, c’est qu’un moteur électrique nécessite un freinage mécanique pour s’arrêter.

wizz
Membre

« Donc affirmation erronée de notre bon wizz, comme souvent. »

je me disais aussi, que ce « vérité » est très ressemblant à « christophe »

Vérité
Invité

Tout le monde pourra remarquer qu’il est incapable de reconnaître son erreur.
Comme d’habitude.
Il suffit de lire les échanges pour noter que wizz est très souvent dans l’erreur.
C’est un fait plus qu’établi.

wizz
Membre

j’avoue
erreur de frappe, de la calculatrice de windows

Vérité
Invité

Donc ta démonstration tombe à l’eau et l’exemple du métro démontre bien que le VE n’est pas exempt de particules d’abrasion y compris au freinage.
A ce titre la règle votée par les députés européens entraînant un alourdissement des véhicules est une erreur.

wizz
Membre
Le métro, c’est un contexte La voiture, c’est un autre contexte https://aws-cf.caradisiac.com/prod/photos/4/6/6/1018466/2797805/img-2797805243.jpg?v=6 https://cyclurba.fr/forum/image/forum253229_L.jpg dans un exemple, c’est par rapport au régime moteur dans l’autre exemple, la ZOE, c’est par rapport à la vitesse du véhicule, et donc indirectement par rapport au régime moteur à 5km/h, ou à 10km/h, le moteur électrique développe une certaine puissance. Inversement, il aura une certaine force de freinage, qui sera de plus en plus faible au fur et à mesure que la vitesse décroitra Dans le contexte du métro, on cherche à gagner un maximum de temps, et donc on complète avec du freinage mécanique.… Lire la suite >>
Vérité
Invité
« Dans le contexte du métro, on cherche à gagner un maximum de temps, et donc on complète avec du freinage mécanique. Tout freiner en regénération, ça aurait demandé quelques secondes supplémentaires, pas forcement acceptable par la clientèle ou rentable pour la RATP » C’est exactement la même chose chez les automobilistes, je ne compte plus ceux qui me doublent en me serrant et en me faisant une queue de poisson quand je suis à vélo ou ceux qui refusent de me laisser passer sur un passage piétons quand je suis à pied, pour ne pas perdre quelques secondes. « Bref, une conduite… Lire la suite >>
Vérité
Invité

« La voiture électrique est plus lourde. LA SEULE certitude leur concernant, c’est qu’il y aura davantage de résistance au roulement » donc plus de frottements, donc plus de particules.
Cela se met en équation.
Mais comme wizz avec un calcul aussi simple qu’une multiplication se trompe d’un facteur 10, il ne vaut mieux pas lui demander de faire le calcul.
La vérité c’est qu’à vitesse constante ce surpoids a une incidence limitée mais dans une circulation encombrée, ce n’est plus le cas et la production de particules de pneus et de revêtements est supérieure à celle totale d’un VT équivalent bien plus léger.

SAM
Invité

Signes des temps … Au Giro (l’équivalent du Tour de France en Italie), les Skoda Superb break ont laissé place aux SUVs avec un Toyota Rav4 en forme … suivent quelques Superb mais plus comme avant. Berline qui a su convaincre les ambulanciers, policiers, taxis, les entreprises et administrations d’Europe du nord et de l’Est mais qui se fera supplanter non pas par les SUVs mais les électriques …
VW a enregistré 15 000 pré-commandes de l’ID.3 en une semaine, ça c’est une indicateur fort sur le futur de la Superb.

wizz
Membre
ce n’est pas tout à fait comparable En France, l’employeur verse un salaire et l’employé va acheter la voiture qu’il veut. Dans une grande entreprise comme EDF, 100000 salariés, l’entreprise achète/loue des voitures de service et quelques voitures de fonction pour les grands cadres. Les salariés achèteront par eux même les voitures de leur choix, de toute marque… En Allemagne, pour beaucoup d’entreprises, la voiture est inclue dans le contrat de travail, en échange d’un salaire moindre. L’entreprise ne va pas passer plusieurs contrat de leasing mais un seul, et tant qu’à faire, le contrat le plus compétitif. -une société… Lire la suite >>
SAM
Invité
@Wizz. Là-dessus on est d’accord mais le marché français glisse aussi sur cette tendance. Les ventes aux entreprises se font plus insistantes sur notre marché depuis 2016. D’où le fait que nous ayons des Clio et 3008 fortes au dépends d’autres autos. https://www.flotauto.com/avril-2019-vehicule-dentreprise-20190502.html https://www.flotauto.com/psa-en-tete-des-ventes-flottes-en-2018-20190107.html C’est VW qui a initié le mouvement … les autres sont obligés de suivre maintenant ce qui n’est pas sans poser de soucis sur les stocks en occasion. Seat a inauguré au mois de mai la location longue durée sans apport sur l’Arona. On glisse progressivement dans de nouvelles pratiques d’immatriculation dont Skoda n’est pas étranger… Lire la suite >>
wizz
Membre
ça ne change rien sur le marché de l’occasion ça ne change rien sur le problème des immatriculations neuves à cause des voitures occasion -j’ai acheté une 308 il y a 4 ans. Aujourd’hui, je revends la 308 pour acheter une 3008. La 308, je l’ai revendue par les petites annonces -j’ai acheté une 308 il y a 4 ans. Aujourd’hui, je revends la 308 pour acheter une 3008. La 308, elle est reprise par le garage Peugeot, qui va la revendre plus tard à un autre particulier -il y a 4 ans, j’ai pris une 308 en leasing chez… Lire la suite >>
SAM
Invité

@Wizz. Oui mais il reste toujours la 308 à refourguer en occasion et au prix de l’Argus (c’est plus dur). J’ai jamais compris comment VW peut immatriculer 20 000 Golf par mois en Allemagne et en revendre tout autant en occasion. En ce moment, vous avez des occasions en location longue durée … j’ai discuté avec nombre de concessionnaires, c’est chaud pour eux et leurs arrières parkings se remplissent.

wizz
Membre

comment faisait on il y a 20 ans, avant la généralisation des leasing?
100% des voitures occasion étaient aussi revendues, soit par les particuliers, soit par les garages lors des reprises

c’est pareil aujourd’hui, soit par les particuliers, soit par les garages lors des reprises, soit par le réseau central de PSA

le problème de revente de ces concessionnaires, ce sont les diesel invendables par la psychose anti-diesel des villes (alors que ça se refourguait dans la semaine même il y a 10-15 ans…)

zeboss
Invité

Pour les diésels va falloir attendre un peu, m’est avis que ça va repartir assez vite, il parait que les nouveaux acheteurs en essence se font peur avec la conso… ceux qui font 20000 km par an ne vont pas tarder à se re re convertir….
Du coup il y aura de bonnes affaires (temporaires) à faire…
Le négoce occas est un casse tête…

greg
Invité
« En France, l’employeur verse un salaire et l’employé va acheter la voiture qu’il veut. » Première nouvelle. Pour ce que j’en sais, dans la plupart des entreprises, la compagnie signe un contrat avec une société de leasing ou la marque elle-même, et fourni ensuite au salarié un budget, à charge pour lui de choisir le véhicule de son choix avec les équipements de son choix dans une liste, à partir du moment où cela reste dans le budet alloué. Et c’est plus ou moins la même chose dans chaque pays. « En Allemagne, pour beaucoup d’entreprises, la voiture est inclue dans le… Lire la suite >>
wizz
Membre

les 15000 précommandes faites par les particuliers, pourquoi pas…

….mais peut on nous aussi lire cet info?

.

rien, comme d’habitude avec greg…

AXSPORT
Invité

Sympa !!
Classique et serieuse

Motörhead
Invité

Un des plus beaux breaks de sa catégorie (à mon avis)

AXSPORT
Invité

+1

wpDiscuz