Accueil FCA FCA proposerait lundi à Renault de fusionner

FCA proposerait lundi à Renault de fusionner

1929
38
PARTAGER
FCA - Renault

Les choses se précisent autour d’un éventuel rapprochement entre Renault et FCA. Selon les informations du journal japonais Nikkei, Fiat Chrysler Automobiles devrait proposer une fusion avec le constructeur français dès lundi.

FCA va proposer lundi une fusion avec Renault

Fiat Chrysler Automobiles doit proposer lundi une fusion avec Renault, ont ainsi indiqué au journal Nikkei plusieurs sources proches du dossier. Le cas échéant, cet accord devrait être surveillé de près pour son impact sur l’une des plus importantes alliances du secteur automobile.

Renault devrait tenir une réunion du conseil après l’annonce de FCA, indique-t-on de mêmes sources.

Une fusion entre les deux constructeurs – lesquels détiennent tous deux des racines européennes souligne également le Nikkei – offrirait aux protagonistes une stature financière plus propice à une augmentation des marges et les dotant de reins assez solides pour pouvoir investir massivement dans le développement de voitures autonomes et électriques. Permettant alors aux deux constructeurs de faire face aux défis technologiques actuels.

FCA, qui détient notamment les marques Fiat, Chrysler, Jeep, Maserati et Alfa Romeo, a vendu 4,84 millions de véhicules dans le monde entier en 2018. Ajouté au volume produit par Renault, cela représente un total de 8,72 millions de voitures, surpassant les chiffres de General Motors aux États-Unis, qui se classait au quatrième rang des ventes mondiales l’année dernière.

Conseil d’administration de l’Alliance prévu mercredi

A noter que cette proposition de FCA devrait voir le jour alors que Renault se prépare pour une réunion du conseil d’administration de son alliance avec Nissan et Mitsubishi dans la ville japonaise de Yokohama, mercredi.

Un rapprochement entre Renault et le FCA ne devrait pas modifier la structure actuelle de l’alliance du constructeur français avec Nissan et Mitsubishi, affirme par ailleurs le Nikkei.

FCA ne souhaitant apparemment pas réclamer une intégration plus poussée avec les partenaires japonais de l’alliance, une telle opération pourrait se montrer favorable à Nissan, le constructeur japonais hésitant pour sa part à fusionner avec Renault.

Reste toutefois qu’il ne s’agit encore dimanche soir que de rumeurs, les représentants de FCA et de Renault ayant refusé de commenter. Un dirigeant de Nissan a déclaré pour sa part que le constructeur japonais n’avait pas eu vent d’éventuelles négociations entre FCA et Renault.

Si FCA rejoignait l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, les ventes annuelles totales dépasseraient les 15 millions de véhicules, dépassant de loin celles du groupe allemand Volkswagen, n ° 1 mondial avec 10,83 millions d’unités.

Des atouts complémentaires

Autre point fort d’une nouvelle entité englobant FCA : contrairement à l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui montre quelques faiblesses dans le secteur des véhicules de luxe, FCA détient plusieurs marques haut de gamme, notamment Maserati et Alfa Romeo.

Les bénéfices de FCA dépendent principalement de ses ventes en Amérique du Nord. Une fusion avec Renault, qui tire l’essentiel de ses bénéfices du marché européen, permettrait à chacun de compenser ses faiblesses grâce aux atouts de l’autre.

Une fusion profiterait également aux deux constructeurs automobiles en termes de production et d’investissement dans de nouveaux domaines tels que l’intelligence artificielle et les véhicules électriques.

Optimiser les investissements

Le développement de voitures connectées, autonomes, partagées et électriques, considérées comme essentielles pour l’avenir de l’industrie, est extrêmement capitalistique. Le défi financier est tel que les constructeurs automobiles multiplient partenariat avec d’autres entreprises. Une recherche de synergie qui permet également d’optimiser les investissements, en évitant une concurrence frontale et de coûteux et improductifs doublons.

Toutefois, FCA reste largement à la traîne des leaders du secteur des véhicules électriques et des voitures connectées. Une fusion avec Renault pourrait donner un coup de pouce à ces domaines.

Des projets de rapprochements évoqués à plusieurs reprises

FCA a cherché à plusieurs reprises à rationaliser ses activités en se développant. Sergio Marchionne, avait précédemment proposé une intégration avec General Motors. En mars, le groupe français PSA aurait proposé une fusion avec FCA.

Manley ouvert à une fusion ou à une intégration

Michael Manley, qui est devenu PDG de FCA en juillet 2018, juste avant le décès de Marchionne, est également considéré comme ouvert à une fusion ou une intégration avec d’autres constructeurs automobiles.
« Nous nous attendons à diverses opportunités dans quelques années », a déclaré Manley le 3 mai lors d’une conférence téléphonique concernant les résultats de l’entreprise. Joutant alors que FCA allait réaliser un « changement agressif ».

Impact probable sur les liens capitalistiques entre Renault et Nissan

Une fusion FCA-Renault impacterait probablement le cours des discussions entre Nissan et Renault. Lequel a proposé de reprendre les négociations avec son partenaire japonais en vue d’une éventuelle fusion en avril prochain. L’opération devrait également mettre davantage de pression sur Nissan pour qu’il revoie ses liens capitalistiques après la réunion générale de ses actionnaires en juin prochain.

Le constructeur français détient 43% du capital de Nissan, le constructeur japonais ne détenant quant à lui une participation de 15% dans le groupe Renault.

L’avis de Leblogauto.com

Vaste remaniement dans le secteur automobile en perspective. Reste à voir comment réagira le groupe PSA face à ce nouveau mastodonte qui se profile à l’horizon. Réaction d’autant plus intéressante à suivre que PSA aurait également été intéressé par un rapprochement avec FCA. Et que les défis technologiques actuels imposent un tel niveau d’investissements qu’il devient difficile pour les constructeurs de faire cavalier seul.

Sources : Nikkei

Poster un Commentaire

38 Commentaires sur "FCA proposerait lundi à Renault de fusionner"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Verslefutur
Invité

« FCA détient plusieurs marques haut de gamme, notamment Maserati et Alfa Romeo »
Plutôt bas de gamme face à Infiniti 🙂
FCA reste tout de même un ensemble de constructeurs généralistes

Kaiser Sauzée
Invité

Maserati plus bas de gamme qu’infiniti ???
Faut pas rêver quand même…

Invité

Renault et Fiat avait des liens bien déterminés auparavant lorsque Renault et Alfa Roméo avaient les mêmes modèles (Renault Dauphine et 4L) donc il est tout à fait normal que ces deux grands constructeurs s’unissent de nouveau! Gloire à ces deux constructeurs!

wizz
Membre

https://lautomobileancienne.com/renault-4-alfa-romeo/

vu comment la précédente union s’était terminée, il vaut mieux éviter de recommencer…

labbo
Invité

les liens datent d’avant l’acquisition d’alfa romeo par fiat.

wizz
Membre

lis le contenu de l’article

qui a fait pression pour faire échouer le projet???

Bernardo
Invité

bin oui ,
et puisque Lada appartient à Renault aujourd’hui , ils pourront refaire des Fiat sous licence !
tant que tu y es ! . . .

Francois
Invité

Je me pose une question toute bête, un groupe automobile qui pèserait 15/16 millions de ventes par an quand son dauphin en fait « à peine » 10 millions serait-il conforme aux lois antitrust en vigueur en Europe, aux USA ou au Japon ?

greg
Invité

Tout dépend de la structure.
Si c’est une alliance industrielle ce n’est pas un soucis.
Si il y avait une fusion pure et dure entre Renault, FCA, et en plus les japonais, alors oui, les autorités de la concurrence en Europe obligeraient l’ensemble à se séparer de quelques marques pour réduire la voilure et éviter une position trop dominante.

wizz
Membre

…et donc l’Alliance conserverait Jeep-Ram et se séparer de Fiat, pour éviter une position trop dominante en Europe…

Fred21
Invité

Il y a des positions dominantes dans les processeurs, plateformes, réseaux sociaux, moteurs de recherche, commerce en ligne, système exploitation, etc … On ne s’inquiète pas vraiment de tous les trusts.

Nithael70
Invité

Non, car ils ne sont pas en position dominante par rapport au marché.
Prends des exemples dans l’informatique pour te faire une idée; intej/amd, ios/android, nvidia/ati, windows/les autres OS….

Fred21
Invité

Alors où serait la position dominante d’un FCA-Renault face à VW, Toyota, Ford, GM et cie ?

Kaiser Sauzée
Invité

Histoire de mettre un ch’ti coup de pression sur Nissan l’ingrate.
Doivent plus rigoler les japonais.

lacomete
Invité

Un beau et gros coup de pression sur SAIKAWA Hiroto, qui va permettre à Renault de passer devant Nissan, et donc l’argument invoqué par Nissan que Renault est plus petit va fondre ! Le temps de Saikawa san comme CEO semble etre compté.

Tof
Invité

Ne reste plus qu’à vendre les 43% de Nissan à Geely ou autre (de préférence un constructeur chinois…) et à avaler FCA…

lacomete
Invité

Une bonne idée Tof !
Un bon levier d’évoquer une possible vente à un groupe chinois pour que les japonais acceptent enfin la fusion.

wizz
Membre

à un groupe chinois ou….à un fond de pension américain

ADW possède 1% de FCA, et est déjà très virulent, radical, dans la manière de maximiser les profits
Imagine le posséder 44% de Nissan. Ils vont essorer Nissan comme pas possible

https://www.leblogauto.com/2018/11/fca-les-propositions-radicales-dun-actionnaire.html

Will
Invité

Si ça les emmerde tant d’être liés Renault et Nissan, pourquoi ne se séparent-ils pas ?

Olcls
Invité

Ca les emmerde peut-être d’un point de vue culturel/souveraineté et vision de l’après-Carlos. Mais d’un point de vue économique, les deux savent très bien combien ils gagnent grâce à cette Alliance… 🙂

wpDiscuz