Accueil Breaks Essai Kia ProCeed, une autre définition du break

Essai Kia ProCeed, une autre définition du break

3823
27
PARTAGER
Essai Kia Proceed (2019)

Alors que l’heure est à une certaine rationalisation chez les constructeurs pour tout ce qui n’a pas trait aux SUV, Kia n’en a cure ! Après la Stinger, le Coréen nous livre une seconde voiture « image » : la ProCeed. Derrière cette appellation connue se cache une voiture inédite…

En effet, dans le langage Kia, ProCeed – désormais écrit en un mot – ne signifie plus variante trois portes dynamique de la Ceed, mais bien break « dynamisé » de la même compacte. Ou break « de chasse » pour reprendre une appellation plus marquetée. Le constructeur asiatique tente donc de démocratiser un genre qui n’avait cours que sur des gammes bien supérieures, à l’exception de la Mercedes CLA Shooting Brake qui devient donc « de facto » sa seule concurrente directe.

La ProCeed se distingue donc d’une Ceed SW classique par sa partie arrière nettement plus effilée. Le hayon est plus plongeant et le pavillon culmine 43 mm plus bas, dont 10 sont gagnés sur les suspensions rabaissées. Les feux sont également inédits et prennent la forme d’un bandeau lumineux qui court sur toute la largeur du hayon, conférant à l’auto un style à la fois distinctif et musclé. Sous certains angles, on peut même trouver une inspiration de Porsche Panamera Shooting Brake à cette Kia. Une bien belle référence vous en conviendrez.

A bord, l’ensemble du mobilier est repris de la Ceed, et se veut donc bien plus consensuel que l’extérieur. La bonne nouvelle, c’est que les qualités de cet intérieur sont préservées : une ergonomie bien pensée et une qualité de fabrication remarquable, qui n’a rien à envier à la concurrence allemande. De quoi compenser un dessin certes moderne, mais très classique.

L’autre bonne nouvelle, c’est que cette ProCeed ne sacrifie pas tous les aspects pratiques sur l’autel du design. Bien sûr, le coffre est sensiblement plus petit que sur une Ceed break, mais sa contenance se chiffre toujours à un généreux 594 litres. Nuançons toutefois en précisant que ce volume tient compte des divers espaces de rangement situés sous le plancher. Mais même au-dessus de celui-ci l’espace est facilement exploitable grâce au seuil de chargement plat, aux formes régulières du périmètre, et au rail mobile de compartimentation bien pensé. Et aux places arrière, seules les personnes de plus d’1,90 m seront vraiment gênées par le dessin de la descente de toit.

Voulue variante « lifestyle » de la Ceed, la ProCeed ne se conjugue qu’aux finitions les plus sportives GT Line, GT Line Premium et GT. L’équipement est donc riche dès les premières versions (à partir de 26.590 €) incluant l’aide au maintien de voie, le freinage automatique d’urgence, le multimédia avec navigation, l’ouverture et le démarrage mains-libres, la clim bizone et la sellerie cuir. Bref, rien ne manque !

Trois moteurs

Les GT Line et GT Line Premium sont proposées avec les motorisations 1.0 T-GDI 120 ch, 1.4 T-GDI  140 ch et 1.6 CRDI 136 ch. Si cette dernière n’est sans doute pas la plus indiquée pour une voiture annoncé sportive, elle régale par son couple généreux (280 Nm en manuelle, 300 Nm en DCT-7) et sa frugalité (3,9 à 4,3l/100km NEDC !) qui ravira toujours les gros rouleurs. Le 1.4  T-GDI se montre quant à lui le plus indiqué pour un usage quotidien. Il brille par sa linéarité et son couple intéressant de 242 Nm disponible, magie du turbo, dès 1.500 tr/min. Il ne se montre pas dénué de sensations non plus, notamment en restant largement sous la barre des 10 secondes (9,1 s) sur l’exercice du 0 à 100 km/h. Dans tous les cas, on apprécie le châssis abouti de la ProCeed, précis et rigide, jouissant d’un amortissement savamment taré entre confort et dynamisme.

GT

Au sommet de la gamme trône la ProCeed GT, qui se distingue par quelques artifices cosmétiques supplémentaires (jantes 18 pouces, liserés rouges, sièges sport surpiqués de rouge…) et par un diffuseur arrière qui supporte de vraies sorties d’échappement (contrairement à la GT Line), lui-même spécifique dont la sonorité est boostée mécaniquement et artificiellement. Elle se distingue aussi par sa motorisation 1.6 T-GDI de 204 chevaux, couplée exclusivement à la boîte automatique à sept rapports DCT-7 sur le marché français. Plus que par ses performances pures (0 à 100 km/h en 7,5 secondes), c’est surtout par son dynamisme routier qu’elle étonne. La direction est précise et directe, les suspensions parviennent à contenir les mouvements de caisse sans nuire au confort, et dans le col désert gravi durant notre essai, ni la motricité ni le freinage n’ont été pris en défaut. Alors certes les sensations de conduite ne sont peut-être pas aussi gratifiantes que dans une Ford Focus, une BMW Série 1 ou encore une Mazda 3 ; mais cette ProCeed GT prouve néanmoins que l’avancée en matière de dynamisme apportée par la Stinger se traduit bien sur les autres modèles de la gamme.

Bien Vu

Le coffre est équipé d’un solide rail de compartimentage, permettant de caler les divers objets (dont nos valises lors de cet essai) afin d’éviter qu’ils ne voyagent aux quatre coins de l’espace, à fortiori dans un parcours sinueux comme celui que nous avons emprunté. C’est tout bête (si l’on peut dire) et pourtant encore loin d’être généralisé sur le segment !  Essai Kia Proceed (2019)

Conclusion

La Kia ProCeed parvient à combiner habilement trois mondes : un break qui soit à la fois suffisamment pratique et habitable, doté d’une esthétique exclusive, et gratifiant à conduire. Kia nous sort donc à nouveau un excellent produit. Restera à voir quel accueil lui réservera le public, notamment face à l’autre excellent break Ceed, le SW.

+ ON AIME
Style soigné,comportement dynamique, aspects pratiques préservés, confort général, qualité de l’habitacle, sonorité de l’échappement (GT)
ON AIME MOINS
Conduite pas aussi engagée qu’escompté (GT), Habitacle un peu terne, Fausses sorties d’échappement sur GT Line, Tarifs ambitieux

 

Kia ProCeed GT-Line 1.4 T-GDI Kia ProCeed GT
Prix (à partir de) 26590 € 34990 €
Prix du modèle essayé 31390 € 35090 €
Bonus / Malus Malus 140 – 353 € Malus 860 €
Moteur
Type et implantation Quatre cylindres en ligne, injection directe
Cylindrée (cm3) 1353 1591
Puissance (kW/ch) 103 (140) 150 (204)
Couple (Nm) 242 265
Transmission
Roues motrices Avant
Boîte de vitesses Manuelle 6 rapports Automatique 7 rapports
Châssis
Suspension avant Indépendante, type McPherson
Suspension arrière Indépendante, essieu multibras
Freins AV – AR 288×25 – 272×10 320×28 – 284×10
Jantes et pneus 225/45 R 17 225/40 R 18
Performances
Vitesse maximale (km/h) 210 225
0 à 100 km/h (s) 9,1 7,5
Consommation (NEDC déduit du WLTP)
Cycle urbain (l/100 km) 7,1-7,5 7,1
Cycle extra-urbain (l/100 km) 4,9-5 5,7
Cycle mixte (l/100 km) 5,7-5,9 6,2
CO2 (g/km) 130-135 142
Dimensions
Longueur (mm) 4605
Largeur (mm) 1800
Hauteur (mm) 1422
Empattement (mm) 2650
Volume de coffre (l) 594
Réservoir (l) 50
Masse à vide (kg) 1303 1363

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Essai Kia ProCeed, une autre définition du break"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nico
Invité

C est dommage ces artifices de styles ( fausses sorties d échappement, prises d air factices sur les pare-chocs arrières), la ligne ( pas trop mal d ailleurs en tout cas mieux que la première CLA) gagnerait en simplicité

Damien
Invité

Pour l’avoir vu chez le concessionnaire Kia, en rouge, finition GT Line Premium, elle a une vraie ligne, un très beau design.
Et donne clairement envie d’en prendre le volant.
Une belle réussite esthétique. Espérons en voir souvent sur les routes !

panama
Invité

Voiture d’image car le segment des breaks est en dégringolade depuis plusieurs années. Le Sportage en concession lui fera une ombre gigantesque.
Un achat coup de cœur qu’il serait bien sage de tempérer par une location plutôt que par un achat ferme.

Romano
Invité

Oui enfin heureusement qu’il reste des gens avec du goût pour acheter des breaks plutôt que des SUVs

panama
Invité

Nous sommes bien d’accord Romano (je roule en break) !

miké
Invité

Tu roules en aygo… Question bon gout…

panama
Invité

miké : oui je roule aussi en Aygo : c’est pour amener les petits à l’école et aller en ville. On a trois voitures à la maison, et toi ?

beniot9888
Invité

Tu n’as pas le monopole du bon goût, tu sais. Tu préfères un break à un SUV ? Tu en as tout à fait le droit. Comme d’autres ont le droit de faire le choix inverse. Ça ne te rend pas supérieur en quoi que ce soit de rouler en break.

Et ça ne te rend pas inférieur non plus, d’ailleurs.

panama
Invité

beniot9888 : je ne roule pas en break pour faire « hype » mais parce que j’estime que ma petite famille y est plus en sécurité, à cause de la tenue de route infiniment supérieure en cas de coup de volant.
J’estime de plus que ton commentaire est particulièrement déplacé, et j’aimerais bien que nos discussions ici restent dans les limites de la courtoisie. Merci.

beniot9888
Invité

Ce n’est pas à toi que je répondais. Ton message était factuel (le Sportage va lui faire de l’ombre). Celui de Romano prétentieux.

panama
Invité

OK Beniot je retire donc mon commentaire, désolé.

beniot9888
Invité

Y a pas de mal, les réponses s’enfilent sans qu’on puisse vraiment savoir qui a répondu à qui.

Thibaut Emme
Admin

@Beniot9888 : oui, nous devons travailler sur un système de commentaires plus lisible au niveau des réponses.

AXSPORT
Invité

Les breaks vont revenir en force car sans mazout les SUV sont morts…….
👍👍👍

koko
Invité

« Achat coup de cœur qu’il serait bien sage de tempérer par une location plutôt que par un achat ferme »

Tiens, Panama travaille chez Cetelem

panama
Invité

@Koko : lol 🙂

El_Gringo
Invité

Quel commentaire rabat-joie…

FredBK
Invité

J’ai franchi le cap (en lld) et j’attends ma livraison d’ici peu. Un vrai coup de cœur dans sa livrée rouge, et doté du 140cv essence BA. Un bonheur à essayer…à voir ensuite au quotidien.

Invité

je trouves quand même qu’il fait doublon face au Kia Ceed break « normal »

aimelauto
Invité

Kia (et Hyundai) démontre que grace à la prouesse de l’industrie coréenne, à la fiabilité des modéles et à leur attractivité on peut prendre des parts de marché aux généralistes dans la plupart des pays du monde !………..
les concessionnaires Fiat, Citroen ou renault ne s’en remettent encore pas, n’ayant pas vu venir alors le vent coréen,……ça risque de faire de meme d’ici peu avec l’arrivée des marques chinoises, qui sont aujourd’hui bien au niveau des européens (et meme devant concernant l’electrique…);

AXSPORT
Invité

Très fiables en effet !!!

Invité
encore que pour Citroen et Renault le problème est moindre … pour le moment. Sinon, tu fais le même constat que j’ai maintes fois fait ici, sur le fait que les occidentaux n’apprennent pas de leurs erreurs, vu qu’ils avaient déjà pris de haut les constructeurs japonais dans les années 70 / 80, au point que la seule solution pour lutter contre eux fut la loi des quotas demandée par Calvet pour limiter la casse chez nous. Puis il y a eu les coréennes la décennies passée, et comme tu dis, les chinoises vont arriver. et pour elles aussi, les… Lire la suite >>
belphegor
Invité

Tout a fait, meme remarque pour le secteur des smartphones: Les chinois étaient moqués et pris de haut il y a encore 10-15 ans aujourd’hui les constructeurs occidentaux et sud-coréens rient jaune.

hanzo
Invité

Effectivement matériellement y’a pas de quoi rire pour les smartphone chinois mais pour la sécurité pitoyable des versions android qu’ils utilisent par contre ils se foutent bien de la gueule des consommateurs. Pour le véhicule en revanche j’ai croisé ce bel engin sur la route et il a vraiment de la gueule

wpDiscuz