Accueil Ecologie L’exclusion de l’huile de palme menace La Mède selon Total

L’exclusion de l’huile de palme menace La Mède selon Total

1177
11
PARTAGER

Chantage à l’emploi au détriment de l’écologie et de notre planète ? Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, assure le contraire … et pourtant. S’exprimant vendredi dans le cadre d’un entretien accordé au Figaro, le dirigeant a estimé que l’exclusion de l’huile de palme de la liste des biocarburants ouvrant droits à des avantages fiscaux menaçait ni plus ni moins la « viabilité » de la bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône).  

La suppression de l’avantage fiscal remettrait en cause le site de La Mède

Patrick Pouyanne estime en effet que la suppression de l’avantage fiscal dont pouvaient bénéficier les biocarburants à base d’huile de palme – votée mi-décembre par les députés – remettait « potentiellement en cause la viabilité de l’unité, la rentabilité globale du site et le maintien d’emplois ».

« Je ne fais pas de chantage à l’emploi. Mais soyons clairs : ce n’est pas parce que Total est riche qu’il a vocation à faire tourner des usines à perte« , a-t-il martelé.

Il est vrai qu’en restant factuel, cette nouvelle mesure remet en cause tout le business model sur lequel se base le calcul de rentabilité de l’exploitation du site. Difficile de maintenir les objectifs financiers alors que les règles du « jeu » – structurantes – changent au cours de la partie. Ceci dit sans tenir compte des aspects écologiques du dossier.

Reste qu’en bon gestionnaire, Total aura tenu compte de ce risque financier pour évaluer la pertinence de l’opération de reconversion de l’usine de La Mède … Et il pourrait au final effectivement s’agir d’un chantage pour faire pression sur le gouvernement  pour obtenir une révision du texte.

Total plaide en faveur d’un assouplissement des règles

Un scénario mis en avant d’une manière à peine voilée, le PDG de Total déclarant espérer que les parlementaires reviennent « à une position plus raisonnable » d’ici la fin de l’année.

Précisons que lors de l’adoption du projet de budget 2019, les députés ont réintroduit l’exclusion des biocarburants à l’huile de palme de la possibilité d’octroi d’un avantage fiscal. Position qu’ils avaient déjà adoptée en première lecture du texte – contre l’avis du gouvernement – mais rejetée par la suite par le Sénat.

Si Patrick Pouyanné est d’accord pour bannir « l’huile de palme non durable », il milite en faveur de « l’huile de palme certifiée responsable qui respecte la biodiversité ».

En terme clair, alors que Sénat et gouvernement  plaident d’ores et déjà en faveur du maintien de l’huile de palme dans la liste des biocarburants éligibles à l’avantage fiscal, ne reste qu’à persuader les députés. Lesquels pourraient se montrer moins inflexibles dans le cas d‘une huile de palme certifiée responsable, nouvelle catégorie que Patrick Pouyanne souhaite voir créer. L’opération permettant à chacun de garder la face et de justifier l’exception qui serait alors accordée à Total.

La Mède convertie en bioraffinerie

Rappelons que Total a reconverti sa raffinerie de La Mède en bioraffinerie en vue d’y produire un biocarburant issu en partie d’huile de palme. Le hic : des associations environnementales accusent  ce type de carburant de favoriser la déforestation.

Selon Total, la bioraffinerie pourra traiter 650.000 tonnes par an et devrait s’approvisionner en huile de palme « durable et certifiée » à hauteur de 300.000 tonnes au maximum.

Sources : AFP, Le Figaro

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "L’exclusion de l’huile de palme menace La Mède selon Total"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Crouton
Invité

J’espère que les députés vont tenir bon, ce label n’existe pas, n’existera pas, et on sait malheureusement que les labels FSC (en gros gestion durable des forêts) sont falsifiés à grande échelle dans certains pays d’Asie, cela risque d’être pareil avec cette huile de palme « durable »

Ben
Invité

La certification pour la palme est RSPO, non FSC

Thibaut Emme
Admin

Ca les met dans La Mede ? (désolé !)

Elisabeth
Invité

J’ai pas osé…. 😉

Thibaut Emme
Admin

Moi si…. 😛

Sigma
Invité

Beaucoup de raffineries ont été fermées en France. Total ne maintiendra pas une raffinerie en activité si elle lui fait perdre de l’argent. Plus généralement l’instabilité fiscale et législative en France crée beaucoup de désordres et incite certaines sociétés soit à quitter le territoire, soit à investir ailleurs.
Un autre pétrolier, Shell, a liquidé la quasi-totalité de ses actifs en France du fait de cette instabilité.

Bizaro
Invité
Il faut rappeler que le ministre de l’écologie de l’époque avait signé l’autorisation de l’utilisation d’huile de palme pour la raffinage de biocarburant et donc de la conversion des raffineries françaises… Changer de politique tous les 3ans c’est compliqué d’adapter un outil industriel tel qu’une raffinerie et avoir un plan économique sur le long terme. Les voltes face et les gaspillages ça marche quand son budget vient de la poche des contribuables et des emprunts à volonté. Mais pour une entreprise pas certain que cela soit viable… Mais bon avec 100milliards de déficit et 2200milliards de dette toujours croissante, je… Lire la suite >>
nouh
Invité

A l’époque, on peut penser que Total comme d’autres industriels lobbys a fortement appuyer et fait du chantage pour obtenir l’autorisation.
Je plaindrais Total le jour ou il sera en déficit, c’est loin d’être le cas et il fait parti comme tous pétroliers des plus grands pollueurs de la planète.
Tous les politiques de tous les pays ont été influencés par les positions, la masse financière des grands pétroliers et le réchauffement climatique est délicat à gérer principalement à cause de ses grands pétroliers qui continuent à nier l’évidence au non du profit toujours et toujours plus!!

nouh
Invité

Le chantage à l’emploi est intolérable de la part de Total et puis si Total veut sauver des emplois et même en créer qu’il investissent dans le biogaz, dans l’hydrogène, dans la transformation des déchets, etc…

Thibaut Emme
Admin

@nouh : ils le font déjà (pas assez sans doute) mais aussi le solaire (Sun Power) l’éolien, les pellets bois (biomasse), etc.

wizz
Membre

exemple de projet de bio-gaz
https://actu.fr/normandie/breaute_76141/riverains-opposent-installation-unite-methanisation-seine-maritime_16625758.html

bonne chance…

et donc de même, un investissement dans le bio-gaz, pourquoi pas. Mais où Total pourrait il s’installer?

wpDiscuz