Accueil Ecologie Première portion d’autoroute avec un enrobé 100 % recyclé

Première portion d’autoroute avec un enrobé 100 % recyclé

753
5
PARTAGER

Première mondiale ! Vinci et Eurovia viennent de présenter  récemment le premier kilomètre de route fabriqué avec un enrobé 100 % recyclé. Il s’agit d’une portion de l’autoroute A10 située en Gironde.  

Un enrobé sans aucun granulat vierge

L’entreprise Eurovia (filiale de Vinci) a ainsi présenté mardi dernier à Saint-Christoly-de-Blaye son innovation. Laquelle consiste à fabriquer un enrobé pour autoroute sans aucun granulat vierge. La société a conclu à cette fin un partenariat avec le leader mondial de l’usine mobile Marini Ermont (une filiale de Fayat) et  Vinci Autoroutes, maître d’ouvrage du chantier de rénovation de l’autoroute.

Le « recyclage » de la route – ou remobilisation du bitume – consiste à réutiliser la portion de route que l’on souhaite rénover. Pour cela, on va tout d’abord procéder à la déconstruction du segment routier, pour le faire ensuite chauffer en usine afin de le faire fondre. On obtient au final un agrégat d’enrobé, réutilisable.

Une méthode écologique

Cette technique réutilise ainsi l’enrobé existant. Ce qui permet notamment d’éviter d’extraire les granulats, et supprime des trajets de camions – énergivores – entre la carrière et le chantier. Via le recours à un enrobé 100 % recyclé sur un seul kilomètre, l’acheminement de 3.000 tonnes de matériaux par la route a pu être supprimé.

Si le fait d’utiliser de l’agrégat d’enrobé n’est certes pas nouveau, son utilisation a longtemps été plafonnée à 20 % en raison de contraintes techniques et de normes. Au milieu des années 80, des améliorations technologiques ont par la suite permis d’approcher les 50 %. Persuadé que le taux de 100 % pouvait être atteint, Eurovia a mobilisé les forces de son centre de recherche de Mérignac (Gironde) afin de concevoir et tester des formules d’enrobés dans lesquels ont été incorporé entre 70 % et 100 % de produits recyclés.

A la hauteur des exigences

Pas question toutefois de lésiner en terme de performances, le même niveau d’exigences qu’avec un enrobé classique étant requis. Précisons à cet égard, que plus de 30.000 véhicules circulent par jour sur l’A10 en période normal et même jusqu’à 100.000 véhicules par jour durant la période estivale.

Les matériaux pour les chaussées représentent environ 200 millions de tonnes par an dans l’Hexagone, dont 35 millions de tonnes rien que pour les enrobés. Eurovia précise pour sa part générer 7 millions de tonnes d’agrégat d’enrobé via la déconstruction, ce qui correspond à un taux de recyclage de 18 %.

Une usine mobile au coeur du projet

Reste avant tout  que cette première mondiale n’aurait pas été possible sans le recours à l’usine mobile. Son prototype a été fabriqué sur le site de l’entreprise Marini-Ermont, filiale de Fayat, et acheminé au printemps 2018 sur le site du chantier.

S’il existait déjà des usines d’enrobés capables d’atteindre des taux de recyclage de 100%, elles étaient jusqu’à présent fixes, précise par ailleurs Eurovia.

Dans le cadre du chantier de l’A10, l’usine a été acheminée en 17 colis par convois exceptionnels sur la plate-forme de production. Son montage a nécessité trois semaines.  Sa mise en route  s’est déroulée  sur quatre semaines, avant les premiers essais de fabrication.

Sources : AFP, Eurovia

Crédit Illustration  : Eurovia

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Première portion d’autoroute avec un enrobé 100 % recyclé"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Xavier
Invité

C’est intéressant, reste à savoir dans quelle proportion du réseau routier c’est utilisable et à quel coût ? Si c’était moins cher ce serait sans doute généralisable et le réseau routier en a cruellement besoin

Freduk
Invité

Interessant, en revanche je ne comprends pas l’affirmation que les trajets camions soient totalement eliminés sachant que « on va tout d’abord procéder à la déconstruction du segment routier pour le faire ensuite chauffer en usine afin de le faire fondre »

Thibaut Emme
Admin

@Freduk : En fait, ce sont des usines « mobiles ».
En gros, on déplace un énorme camion (plusieurs ici) sur place ou à proximité du chantier.
Les trajets de camions se résument à quelques km (en fonction de où on pose l’usine) au lieu de dizaines voire plus.
https://www.vinci.com/commun/communiques.nsf/7E15D6AC2689A086C1258321005279B7/$file/eurovia-enrobe-2.jpg

Et l’usine TRX100% peut avancer avec le chantier.

Freduk
Invité

Merci pour ces details

wpDiscuz