Accueil Actualités Entreprise Autolib’ : près de 250 millions d’euros demandés par Bolloré

Autolib’ : près de 250 millions d’euros demandés par Bolloré

640
19
PARTAGER

Suite à la résiliation anticipée du contrat d’Autolib – véhicules électriques en libre service en région parisienne – Bolloré vient d’adresser sa facture, via media interposé. Marie Bolloré, directrice générale des applications de mobilité électrique du groupe a indiqué que la demande d’indemnisation de l’industriel breton avoisinerait 250 millions d’euros. La somme a été précisée dans le cadre d’un entretien avec le « Journal du Dimanche ».

La dirigeante a indiqué à cette occasion que l’entreprise établissait à l’heure actuelle le calcul du montant qu’elle allait demander en septembre prochain au syndicat mixte Autolib’ Vélib’, avec lequel elle était sous contrat. Les sommes demandées sont destinées à couvrir les pertes accumulées et les coûts de résiliation.

Marie Bolloré a tenu à préciser que le groupe comptait prendre à sa charge 60  millions d’euros sur les 210 millions de pertes enregistrées à fin 2017.
Rappelons que fin juin, le Syndicat Autolib’ Vélib’ métropole (SAVM), qui regroupe une centaine de communes, a voté la résiliation anticipée du contrat avec le groupe Bolloré, prévu initialement jusqu’en 2023.

Au delà des 150 millions restant donc à recouvrer par l’entreprise auprès de ses co-contractants, devront s’additionner – selon elle – les frais de rupture de contrats, les charges inhérentes aux indemnités de départ des collaborateurs, les valeurs nettes comptables de biens, comme les bornes de charges.

Tout n’est pas noir pour autant … Marie Bolloré a par ailleurs indiqué que le groupe compte profiter de l’expérience acquise à cette occasion. Mettant en avant l' »expertise informatique unique » acquise via la mise en place d’Autolib’.

Fort de ces compétences, le groupe Bolloré va ainsi « lancer une division ‘ systèmes’ et continuera à se développer dans les systèmes d’information de gestion de flotte et d’autopartage. En vue de « les proposer aux entreprises qui veulent opérer un service ou optimiser leur flotte d’objets partagés ».

Sources : Reuters, Journal du Dimanche

Crédit Illustration : Autolib’

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Autolib’ : près de 250 millions d’euros demandés par Bolloré"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Francois
Invité

C’est ok, c’est pas cher, c’est l’État (indirectement ici c’est vrai) qui paye.

Lou 17
Invité

quels sont les responsables ?? financièrement les contribuables.. ah !!ces sois disant élites.

miké
Invité

Ces élites me font vomir !

Christophe
Invité

Puisque selon certains le véhicule électrique est propre et silencieux, on doit être capable de faire les calculs des externalités économisées par l’utilisation des Bluecar de Autolib.
Si externalités économisées > indemnisation demandée, la communauté est gagnante. Reste à faire payer les vrais gagnants (en premier lieu la sécurité sociale (au titre des pollutions de l’air et sonore évitées)).

SGL
Invité

Ce matin, garé sur les emplacements Autolib’ sous mes fenêtres, un gros vieux Q7 TDi était à la place des Bluecar… (il prenait deux places)
Tout un symbole…

Thibaut Emme
Admin

Certaines municipalités vont « rendre » les stations autolib en places de stationnement (de toute manière les bornes sont inopérantes…).
D’autres non. Mais ça va tout de même servir de place à n’en pas douter.

wizz
Membre

(presque) toute l’infrastructure de Autolib sera démontée et récupérée par Bolloré….mais il y a de grande chance pour que le cablage dans le sous sol soit toujours valable. Il sera toujours possible de remplacer les bornes Bolloré par d’autres bornes, et réserver ces emplacements aux voitures électriques (avec un tarif progressif, contrairement à une place classique sans borne électrique)

amiral_sub
Invité

La voiture électrique partagée qui semblait être l’avenir, écrasée par un dinausaurus automobilis, détestable (probablement une génération de tdi extrêmement polluante).

SGL
Invité

C’est ce que je pense… Certains s’en réjouis de cette situation.
Dommage, le système était bon, il avait certes beaucoup de choses à améliorer… auto et batterie.
Dommage aussi que les emplacements ne soient pas réservés uniquement aux VE et PHEV des particuliers avec un renforcement des débits (qui sont actuellement ridicules)

greg
Invité

Reserver pour les PHEV et VE n’a de sens que si les bornes fonctionnent.
Ce ne sera pas le cas avant 2019.
Dans ces conditions aucune raison de pratiquer une politique discriminatoire.

SGL
Invité

Ben, c’est dommage et triste !
Le problème N°1 pour avoir une VE en milieu urbain est la recharge… Là, on décapite en partie une solution !
En France, nous les rois pour se tirer une balle dans le pied.

wpDiscuz