Accueil Ecologie Des Autolib finissent leur vie sur l’ancien site Matra à Romorantin

Des Autolib finissent leur vie sur l’ancien site Matra à Romorantin

2131
21
PARTAGER

Le service d’autopartage Autolib’ a été stoppé précipitamment par le syndicat de municipalités. Une partie des Bolloré Bluecar, qui composaient la flotte de près de 4000 voitures, sont parties direction Romorantin et un ancien site historique de l’automobile.

En effet, selon la Nouvelle République, 500 Bluecar sont déjà arrivées sur l’ancien site de Matra Automobiles à Romorantin en Sologne. Dans moins de 10 jours, le service francilien sera totalement arrêté. Le syndicat n’a pas à reprendre les voitures. Il s’engage « seulement » sur les bornes même si la partie gestion reste la propriété du groupe Bolloré, ce qui les rendra de fait inopérantes.

Que vont devenir les voitures ? Pour le moment mystère. Le groupe Bolloré ne s’interdit pas de réutiliser les meilleures voitures dans d’autres systèmes d’autopartage que le groupe opère en France. Mais, une grande partie sera sans doute déconstruite. Récupération de pièces de rechange ou des fameuses batteries lithium métal polymère (LMP) propres au groupe Bolloré. Les batteries pourront repartir à Ergué-Gaberic en Bretagne. Elles pourraient par exemple servir dans les bus électriques de la marque.

Des Bluecars après des Avantime

Le site Matra Romo 3 accueillait il y a plus de 15 ans des Renault Espace ou des Renault Avantime. Désormais, c’est un centre logistique de l’enseigne NOZ, avenue Goerges Pompidou. Mais l’ancien parking de stockage des véhicules est toujours là. D’une capacité de plus de 1000 véhicules, le parking est un point de chute intéressant, proche de l’Ile-de-France, et avec certains partenaires industriels possibles pour déconstruire les voitures.

A Romorantin, on espère que ce n’est pas qu’un stationnement temporaire. Et pourquoi pas y aura-t-il une activité économique à la clé. Ou quand la fin d’un service et la mise au rebut de milliers de voitures pourraient faire revivre un site « mort » en 2003 après l’arrêt de la production de voiture.

Les autres sites de Matra (celui-ci était le denier ouvert) connaissent des destins différents. Les anciennes usines Normant, devenues usines Matra (ou Romo 1) sont devenues un pôle urbain le long de la Sauldre, avec une résidence de services pour seniors, des appartements de standing, magasins, etc. Seules la façade avec des grilles et la salle des métiers à tisser, inscrites au patrimoine historique, subsistent. La rue s’appelle « rue Normant ».

Le site Romo 2 est toujours utilisé par « Matra Manufacturing et Services ». Désormais, c’est la propriété d’Easybike (société française comme son nom ne l’indique pas). Toujours rue George Sand, le site porte encore l’emblème de Matra (la pointe de flèche).

Illustration : Autolib’ modifié par Leblogauto.com

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Des Autolib finissent leur vie sur l’ancien site Matra à Romorantin"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
wizz
Membre
Dommage J’aurais préféré voir ces voitures remises à l’état, et revendu en occasion aux particuliers Vu l’incivisme des utilisateurs en Ile de France, Bolloré a surement un stock de pièces de rechange en conséquence Vu l’arrêt précipité de Autoib, les usines de Bolloré sont prises au dépourvu. Autolib est surement le plus gros service de Bolloré. Mettre ces voitures au rebut, ou la plupart, c’est quitter Autolib sur un constat d’échec, la queue entre les jambes. Cet échec pourrait être imputable à Bolloré parce que ses voitures seraient pourries. Mais cet échec pourrait être imputable à la mauvaise gestion du… Lire la suite >>
esteban
Invité

je ne sais pas si les voitures sont des daubes, mais une chose est sure c’est qu’elles ne sont pas adaptées aux particuliers : la technologie des batteries obligent à les laisser en permanence en charge quand elles ne sont pas utilisées…

wizz
Membre
c’est une « batterie froide », qui ne délivre pas son maximum de puissance à température ambiante. La technologie lithium ion non plus, sauf qu’elle peut délivrer une plus grande puissance à température ambiante. D’ailleurs, en activant le mode Ludicrous, il y a un message disant que la batterie est OK après un délai d’attente. L’avantage de la batterie Bolloré est aussi lié à son inconvénient: puisque la plage de température idéale est plus élevée, alors sa plage de température maximale aussi…et donc ne craint pas la surchauffe, peut continuer à délivrer sa puissance maximale pendant longtemps (voir la Tesla sur le… Lire la suite >>
greg
Invité

« c’est une « batterie froide », qui ne délivre pas son maximum de puissance à température ambiante.  »
SGL sort de ce Corps, seul lui peut dire une pareille énormité.
Ce sont des batteries chaudes, et non froides, qui ont besoin d´une température comprise entre 60 et 100°c pour simplement fonctionner, ce n´est même pas une Question de pouvoir ou non délivrer la capacité optimale, mais de pouvoir délivrer la capacité tout court!
Si la température passe Sous les 60°c, alors ta voiture tombe en rade.

Alan Each
Invité

A la différence des autres voitures électriques à batteries, les super-condensateurs Bolloré nécessitent d’être branché en permanence donc bien plus que 2€ au 100km. Pour les (malheureux) acheteurs de ces occasions, ce serait quasi-invendable ensuite donc capital perdu, quelque soit le prix d’achat…
Autolib’=boulet Les communes d’IdF qui ont refusé leur déploiement sur leur territoire ont fait une belle économie.

wizz
Membre

Bolloré pourrait « vendre » ces BLuecar avec batterie (vendre avec des «  », c’est à dire pour presque rien). L’objectif est de se faire un test grandeur nature avec des conditions différentes de Autolib, et de se faire une publicité pour d’autres cas dans le futur, de recueillir des avis favorables, des satisfactions, et donc de ne pas enterrer sa technologie LMP. Parce que pour le moment, aujourd’hui, son image serait « le truc qui n’a pas marché à Paris….3

panama
Invité

Un bel exemple qu’il faut prendre toute la chaîne de vie, de la construction au recyclage et en passant par la production d’énergie pour juger des rejets polluants d’une automobile.

lym
Invité

Il est clair que c’est un beau gâchis… Pour l’épilogue, si ces batteries s’usent aussi (surtout?) si on ne s’en sert pas et vu l’impossibilité de brancher toutes ces voitures sur les parkings de stockage, on devrait vite en avoir le cœur net si une réutilisation est à l’ordre du jour. Pas certain qu’au delà des batteries, le jeu en vaille la chandelle: Le peu de soin des utilisateurs est passé par là et illustre que sans personne pour faire le tour des véhicules à restitution (comme les loueurs), l’autopartage ne fonctionne pas. Sauf à s’inspirer des auto-tamponneuses.

Pierre
Invité

L´Inadaptation des autolib et la mauvaise reflexion de Bolloré (avide de coup de pub irresponsable), dans un secteur urbain oû bus et metro sont des deplacements plus adaptés.
Avec en prime des voitures jamais fiables et aux batteries catastrophiques !! Vivement les Zoe avec un vrau constructeur derriere !

Leglouton
Invité

De vraies m….ces Bolloré !
Des batteries totalement depassees et des voitures toujours en panne….
Bolloré c’est de l’artisanat sans envergure !

wizz
Membre

les voitures toujours en panne, c’est à cause de la qualité de la voiture….ou de celle des Franciliens?

pour avoir vu quelques cas de « stationnement » (ou de balancement, qui serait plus juste), j’ai mon avis. Aucune personne ne traiterait sa voiture personnelle de cette manière, même juste avant de l’amener à la casse…

ART
Invité

Mia n’aura décidément pas servi de leçons ! Quand l’idéologie se mange le réel en pleine gueule !!

miké
Invité

Ce qui esr dommage c’est que si la mia ressortait aujourd’hui, avec une techno a jour, je pense qu’elle aurait du succés.

wpDiscuz