Accueil Alternatives Régionlib c’est fini

Régionlib c’est fini

259
50
PARTAGER

Régionlib kézako ? C’est le dispositif d’autopartage de voitures électriques mis en place par la région Poitou-Charentes en mars 2013. Faute de client voilà le service fermé et c’est sans doute une leçon sur la taille critique des villes, ainsi que le service rendu, pour un autopartage.

Regionlib avait été lancé dans trois villes : Niort, Saintes et Châtellerault. Plus de 3 années après, il reste 59 abonnements à Niort, 10 à Saintes et seulement 2 à Châtellerault. Sachant que le système installé coûte 500 000 euros par an (à 90% supporté par la région) l’acte de mort de Régionlib a été signé le 8 juin dernier. Pour le moment il n’a pas été décidé si les stations resteront pour servir de bornes de recharge publiques ou non.

Le service devait familiariser les habitants avec le véhicule électrique et proposer une nouvelle façon de se déplacer dans ces villes. Officieusement il devait aussi servir à tenter de sauver le soldat Mia Electrique. Désormais tout doit disparaître, on liquide. Au 26 août à 15h tout s’arrête, sans doute dans l’indifférence générale.

Dispositif en boucle et ville « trop » fluide

L’autopartage est rentable dans les grandes villes comme Paris (le système n’est pas le même car c’est une société privée qui prend en charge le fonctionnement du service par exemple) et même dans certaines métropoles de province, mais il semble qu’en dessous d’une taille critique cela ne prend pas, même si la ville est congestionnée par l’automobile dans son hyper-centre.

Régionlib avait également un gros point noir. Contrairement à Autolib par exemple, le système n’était pas « one-way » mais « en boucle », c’est à dire qu’il fallait reposer la voiture là où on l’avait pris. Une manière de minimiser le nombre de salariés nécessaire mais une énorme contrainte pour le public.

Bref, mal pensé dès le début et visiblement mal implanté (certaines stations n’ont pratiquement jamais servies) le service n’a pas atteint ses objectifs et certainement pas amélioré l’image du véhicule électrique.

Source : Régionlib, La Nouvelle République, illustration : Google Street View

 

Poster un Commentaire

50 Commentaires sur "Régionlib c’est fini"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Rapier
Invité

A moins que la ministre de l’écologie intervienne, une nouvelle fois …
Cette région aura bien souffert financièrement de ces multiples sauvetages qui n’auront finalement aboutis qu’à retarder l’échéance.

XXX
Invité

Et bien entendu pas un seul nom de responsable de ce gaspillage d’impôts cité.

Christophe
Invité
Un communiqué de presse de Santé Publique France du 21/06/2016, indique – la pollution (essentiellement les particules fines) en France est responsable de 48 000 décès par an – soit plus que la mortalité routière, – dans les zones entre 2000 et 100 000 habitants, la perte d’espérance de vie est de 10 mois en moyenne. Un chiffre de 101,3 milliards/an circule. Le coût social du bruit vient d’être évalué : « Il apparaît ainsi que le coût induit par le bruit des transports est évalué à 20,6 milliards d’euros par an, en ne prenant en compte que l’exposition des personnes… Lire la suite >>
Christophe
Invité

Et pour éviter la sédentarité, il ne faut pas que le système soit one-way avec une station au pied de leur immeuble et une au pied de leur bureau, il fait qu’ils marchent un peu. Cela réduira la facture pour la sécurité sociale.

JL_01
Invité

Encore un bel exemple de gaspillage d’argent public.

Amiral_sub
Invité

Le service public ne peut pas égaler le privé dans l’efficacité , par définition. Ce fut un choix politique, pas un choix économique

wizz
Membre
Pourquoi donc un service public doit obligatoirement faire moins bien que le privé??? D’abord, comprenons l’intérêt financier, et l’ordre de grandeur des choses. Prenons comme exemple une centrale nucléaire. Disons qu’une fois bien rodé, on parvient à construire en série, pour un cout de 5 milliards €, et qui dure 5 ans. Cet argent, on ne l’a pas et il faudra l’emprunter, à 4%. La première année, la centrale est encore loin d’être terminée, mais les intérêts ont déjà couté 200 millions d’euros. Au bout de 5 ans, la centrale n’a pas encore produit son premier kWh, n’a pas encore… Lire la suite >>
Amiral_sub
Invité

Petite précision sur les chemins de fer britanniques : la privatisation ayant été anticipée,british rail a arrêté les investissements et minimisé l’entretien. Le reseau et l’exploitation ont été privatisés. Il y a eu des accidents dus au manque d’entretien. Dans notre pays la SNCF et l’ex rff ont beaucoup anticipé : il n’est pas encore question de privatisation (ça viendra) mais il est maintenant clair que le réseau est sous entretenu.

wizz
Membre
Cela veut donc dire que chez les Anglais, le secteur privé n’avait pas fait mieux que le secteur public. Prenons le cas de Dacia. Ce dernier n’était pas dans un état florissant lorsqu’il avait été repris par Renault. Mais Renault y avait vu un potentiel, avait accepté d’investir le nécessaire, et en a fait une pépite. Il en est de même de ces entreprises de l’ex bloc soviétique, qui étaient vétustes, pas au niveau suffisant pour affronter la concurrence internationale. Elles ont été privatisées (ou volées), puis investissement pour moderniser, etc… Le chemin de fer britannique était déjà en désamour… Lire la suite >>
Amiral_sub
Invité

Les chemins de fer britanniques sont devenus très performants.
http://transportrail.canalblog.com/archives/2015/09/21/32636230.html
l’État ne subventionne plus. N’est pas rentable pour le public ce qui peut l’être par le privé. En ce moment en France la sncf arrête l’exploitation des trains de nuit, le privé demande à reprendre l’exploitation sans subventions. Par idéologie l’État refuse.
Mais nous sommes sur un blog automobile c’est un peu hors sujet.

wizz
Membre
http://transportrail.canalblog.com/archives/2015/09/21/32636230.html j’ai noté quelques passages… Si c’était rentable, alors pourquoi fallait il renationaliser l’infrastructure ??? Le chemin de fer britannique serait il rentable à condition que ce soit l’Etat qui s’en charge des basses besognes? (tout comme l’hopital privé aux USA est très rentable, parce qu’il ne s’occupe que des gens riches, solvables) « A la privatisation est associée l’image des accidents, de l’atteinte à la sécurité et de l’envolée des prix. Certes, la première étape de la libéralisation du rail a été une catastrophe et la « renationalisation » de l’infrastructure en fut la conséquence, après des accidents dramatiques » . Un autre… Lire la suite >>
Christophe
Invité
« En ce moment en France la sncf arrête l’exploitation des trains de nuit, le privé demande à reprendre l’exploitation sans subventions. » Petite correction, pour les TET c’est bien l’Etat l’Autorité Organisatrice des Transports qui en faisant les comptes trouve que pour les trains de nuit la subvention à donner à l’exploitant est bien trop importante vis-à-vis du service offert et décide donc de les arrêter. Cette même AOT a lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI – http://www.developpement-durable.gouv.fr/Trains-de-nuit-Les-operateurs.html). A priori la SNCF elle-même n’est pas intéressée sans subvention ni ses filiales de droit privé. Et contrairement à ce que tu… Lire la suite >>
adrien
Invité

« le systeme en boucle » mais qui a pu penser a une telle idiotie ?? suffit d’etudier un peu le systeme des velos en libre service, pour se rendre compte que ca ne peut pas fonctionner. ou alors très très peu. Des économies de fonctionnement sans doute bien inutiles Et en plus dans des petites villes. Il partait pas avec de grandes chances ce système !

wpDiscuz