Accueil Cabriolet Zenos : objectif traditionnel, nouvelle approche

Zenos : objectif traditionnel, nouvelle approche

134
4
PARTAGER

Que devient Ansar Ali, l’ex-président de Caterham qui a quitté l’entreprise suite à son rachat par Tony Fernandes ? Il vient de refaire surface cet été, avec un projet de roadster sportif biplace léger qui n’est pas sans rappeler les précédentes lignes sur son CV, que ce soit chez Lotus ou Caterham. La philosophie de conception est pourtant très différente et fort intéressante.

Le roadster ultrasportif, alliant extrême légèreté, dépouillement, coût raisonnable et comportement jubilatoire est une spécialité anglaise. Les artisans d’outre-Manche continuent régulièrement les variations sur le thème, la dernière arrivée étant la BAC Mono. Ansar Ali a fait équipe avec son compagnon d’aventure Mark Edwards, comme lui ancien de Lotus et Caterham où il a développé la R500, et créé Zenos pour apporter lui aussi sa contribution à cette tradition. Venant de Caterham, la solution aurait été de reprendre les principes éprouvés chez ces derniers : châssis tubulaire et aluminium.

Ali et Edwards, reconnaissant que la technologie a évolué, ont considéré à la place la solution de la structure de monocoque carbone telle que Dallara en a fait usage sur la KTM X-Bow et l’Alfa-Romeo 4C, une solution également adoptée par la Vühl 05. Cependant le coût élevé, que ce soit à la fabrication ou en cas de réparation, en fait une solution qui n’est pas idéale si l’on veut rester dans un budget abordable. Ils ont donc décidé de trouver une alternative, utilisant un nouveau matériau mis au point chez Dodworth Design, fondée par un ancien ingénieur de Bentley. Il s’agit d’un sandwich de plastique thermoformé (pensez pailles de McDonald) entre deux feuilles de carbone recyclé : 70% des propriétés de rigidité et la même légèreté que du dry carbon, pour un coût nettement inférieur et une plus grande facilité de fabrication. Ali et Edwards ont également renoncé au collage des berceaux avant et arrière sur la coque à la manière de Lotus, là encore pour des raisons de coût et de complexité de fabrication, préférant utiliser une poutre en aluminium extrudé qui sert de « colonne vertébrale » à la voiture et sur laquelle sont fixés les trains roulants et la monocoque. L’objectif est de garder le poids entre 650 et 750 kg.

Le principe étant acquis, la conception de la voiture avance avec pour objectif la présentation du premier modèle E10 au salon Autosport en janvier prochain, là encore un rendez-vous très britannique. Les suspensions, comme on peut le voir sur les rendus présentés, sont très inspirées de la compétition avec en particulier le système de double triangle à poussoir pour l’avant. Le moteur en position centrale arrière devrait être un Ford 2l Duratec. Zenos, qui prévoit à terme d’étendre sa gamme à trois voitures (et de se mettre en concurrence avec son ancienne entreprise Caterham), a présenté des croquis la semaine dernière. Même si l’entreprise ne semble pas disposer d’un budget illimité, il va être intéressant de suivre la gestation, Ansar Ali ayant prouvé avec Caterham qu’il savait mener une petite barque avec expertise.

Source : Zenos

 

 

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Zenos : objectif traditionnel, nouvelle approche"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
luxury
Invité

a suivre de très près. les solutions semblent sur le papier intéressantes, le design sur feuille également, en tout cas elle fait parti des désirables.

kaiservinz
Invité

J’aime bien quand les concepteur pensent efficacité, poids, mais aussi coût. Car un bijoux à 100000€ c’est beaux, mais inaccessible pour 95% de la population.

L'intrépide
Invité

Intéressant tout ça ! Pourvu que l’aventure aille à son terme…

Johann Rouchaussée
Invité

A suivre oui. Mais vu les argument il va falloir être moins cher que Cat’ et Lotus à Véhicule comparable… pas gagné.

wpDiscuz