Accueil Endurance Endurance : vers une catégorie GT unifiée en 2016

Endurance : vers une catégorie GT unifiée en 2016

170
7
PARTAGER

Le Conseil Mondial de la FIA a validé la semaine dernière les propositions de la Commission Endurance. Parmi les décisions entérinées, celle qui aura le plus de conséquences est l’accord de principe des parties prenantes pour la définition d’une nouvelle catégorie GT en 2016 afin de mettre fin à l’étrange dichotomie GTE/GT3 actuelle.

Un mot d’abord sur les autres décisions :

– Les points pour le championnat Constructeurs pour le WEC 2014 seront comptabilisés pour deux voitures par constructeur au lieu d’une. En cas d’engagement d’une troisième voiture, les deux mieux classées marqueront. Par contre, tous les points pilote seront attribués.

– la catégorie LMP1 est subdivisée en LM P1-H, pour les voitures hybrides et LM P1-L (pour Light) pour les non-hybrides. Cela permettra aux écuries privées, seules attitrées à s’engager avec une voiture non-hybrides, de se distinguer des usines.

– Le réglement technique 2014 étant basé sur la quantité d’énergie allouée au tour, la consommation sera contrôlée en permanence, des sanctions étant appliquées en cas de dépassement de la valeur limite sur une moyenne de trois tours.

– Le réglement technique LMP2 est figé jusqu’en 2016, une mesure qui ne peut que renforcer encore la bonne santé de la catégorie, où de nouveaux constructeurs de châssis s’annoncent tel Tiga, un nom bien connu en endurance.

En ce qui concerne la catégorie GT, rappelons tout d’abord la situation actuelle. Deux catégories GT proches dans leur cible mais très différentes dans leur définition coexistent, la catégorie LMGTE et la catégorie GT3.

Le LMGTE est la catégorie « traditionnelle », acceptée par les championnats ACO : WEC, ALMS, ELMS… Elle est basée sur un règlement technique précis où la voiture doit être développée et vendue par le constructeur et directement dérivée de la voiture de série, en particulier sa mécanique.

Le GT3 par contre, né à l’initiative de Stéphane Ratel et formant la base de beaucoup de championnats nationaux et régionaux en plus de la série Blancpain, est beaucoup plus libéral dans sa définition technique et repose essentiellement sur la balance de performance entre les voitures homologuées publiée en début de chaque saison. Le but premier du GT3, dont les évolutions techniques en cours de saison sont très strictement encadrées, voire interdites, est de proposer des autos abordables aux gentlemen drivers. De part sa souplesse et son coût limité, le GT3 connaît un grand succès et chaque année les voitures proposées sont plus nombreuses, dans certains cas bien différentes de leur base de route. C’est ainsi que l’on voit l’Audi R8 LMS ou la Nissan GT-R GT3 qui n’ont que deux roues motrices, la BMW Z4 GT3 avec un V8 que n’a pas la voiture de série, etc.

Les tenants du GTE ont longtemps considéré le manque de définition précise du GT3 comme une hérésie, alors que les fans du GT3 pointent sur le succès limité du LMGTE pour justifier leur choix, et l’ACO et SRO n’avaient jamais jusqu’alors réussi à s’accorder. Là où ça se complique, c’est que les constructeurs eux-mêmes ruent dans les brancards, rendant la situation de plus en plus illisible : non seulement Porsche, Ferrari ou Aston Martin ont des voitures basées sur le même modèle des deux côtés, mais en 2013 BMW a fait pression (et obtenu) l’homologation d’une Z4 en GTE pour l’ALMS basée sur… la GT3, alors que Chrysler a insisté pour faire homologuer la Viper en GTE bien que sa cylindrée dépasse celle autorisée par le réglement. Autre bizarrerie, les GT3 sont acceptées dans les séries régionales ACO en tant que GTC et permettent aux meilleurs teams GTC de décrocher des invitations pour courir au Mans avec une… GTE.

Le bon sens a fini par prévaloir et les différents intervenants ont convenu cet été du principe de cconvergence des deux catégories, que ce soient l’ACO, SRO ou les constructeurs. La commission de la FIA vient d’entériner cette mesure à horizon 2016. Deux catégories destinées aux pros et aux amateurs et appelées GT et GT+, basée sur une réglementation technique commune, remplaceront les actuelles GTE et GT3. Le réglement technique sera présenté en juin prochain.

Source : FIA
Crédit photos : PLR/le blog auto

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Endurance : vers une catégorie GT unifiée en 2016"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Ax sport
Invité

Si on pouvait éviter de trop les brider !!!
Elles sont plus puissantes en série qu’en version « course » !! Lol

Ryoma
Invité

Oui mais imagine la tête d’Audi (intouchable en LMP1) si une 458 les double et gagne une épreuve!

wizz
Membre

ce qui fut le cas avec les McLaren F1

wizz
Membre

« – Le réglement technique 2014 étant basé sur la quantité d’énergie allouée au tour, la consommation sera contrôlée en permanence, des sanctions étant appliquées en cas de dépassement de la valeur limite sur une moyenne de trois tours. »

– Le réglement technique 20xx étant basé sur la quantité d’énergie allouée pour la course, la consommation n’aura pas besoin d’être contrôlée en permanence, des sanctions étant « automatiquement » appliquées en cas de dépassement de la valeur limite, se traduisant par une panne sèche plus ou moins proche de l’arrivée

c’est pourtant simple

wizz
Membre

pas grave
il suffit d’unifier par….la quantité de carburant disponible pour la course

4aplat
Invité

C est une bonne chose d unifier les categories, mais si chaque constructeur a une derogation, c est plus unifier …
Par ex, Mc Laren a homologue sa 12c en Gt3 avec un moteur turbo … une 911 n as pas de turbo .

GTONER
Invité

Une seule catégorie GT … ça paraissait tellement évident …
Ca me désole moi de voir le temps que mettent les instances à bouger …

wpDiscuz