Accueil Le Mans Radical RXC : c’est par où les Hunaudières ?

Radical RXC : c’est par où les Hunaudières ?

243
21
PARTAGER

 

Début décembre Radical nous avait mis l’eau à la bouche en annonçant une nouvelle voiture de route radicale (c’est le cas de le dire) et inspirée des prototypes du Mans. La voilà en chair et en os – pardon, en acier et en carbone – présentée dans le cadre de l’Autosport International Show de Birmingham.

Un proto échappé d’un circuit
La Radical RXC ne fait pas dans la dentelle, c’est le moins que l’on puisse dire. Outre son dessin horriblement fantastique tout droit issu d’un circuit de course, la RXC en a les dessous. Le châssis, alliance de sections tubulaires en acier et d’une coque de carbone, est prévu pour passer les crash-tests très stricts de la FIA. Même si elle n’a pas à les passer pour son homologation, Radical lui fera quand même subir ces tests pour prouver la solidité de l’ensemble.

Sur ce châssis vient se greffer un arceau-cage tubulaire et deux crash-boxes (à l’avant et à l’arrière de la coque centrale). Par dessus, Radical installe une carrosserie en fibres composites ou en fibres de carbone selon les éléments. Pour rentrer dans l’habitacle, vous devrez passer par les portes papillon et vous glisser dans les baquets homologués FIA de chez Corbeau afin d’attacher les harnais 6 points.

A partir de là, il se pourrait bien que vous soyez transportés directement dans la ligne droit des Hunaudières ou en plein milieu du Tertre Rouge, gaz ouvert en grand. La RXC ne fait que 900 kg (données constructeur) et reçoit un V6 Ti-VCT 3,7 litres d’origine Ford. En position centrale arrière, le moteur développe 380 chevaux et 433 N.m de couple. La pédale des gaz est électrique (fly-by-wire) pour assurer une réponse plus immédiate à la sollicitation du pilote, pardon, du conducteur.

Homologuée pour la route
Car oui, cette RXC est, comme ses petites soeurs de chez Radical, homologuée pour la route. De quoi forcément attirer les regards de la maréchaussée (entre autre) mais également se rendre au circuit par ses propres moyens. Une version pour le circuit justement est disponible avec un V8 de 3 litres développant 480 chevaux. Non homologué pour la route il permet à la RXC de s’aligner dans certains championnats l’autorisant.

La boite de vitesse est une boite à 7 rapports de chez Quaife développée exclusivement pour Radical. Palettes au volant (50ms pour le passage d’un rapport), gestion d’un différentiel par le Quaife Automatic Torque Biasing mais surtout possibilité d’accéder aux pignons (et de les sortir) par le coté de la boite un peu à la manière de ce qu’il se fait en F1. La Quaife est elle aussi pensée à la fois pour la piste mais aussi pour la route (10 000 km d’intervalle d’entretien pour la RXC).

Les suspensions sont aussi issues tout droit du monde de la course. Ce sont des modèles push-rod ajustables de 4 manières. Les freins sont composés de disques de 330 mm à l’avant et 310 mm à l’arrière, mordus chacun par des étriers 6 pistons. En option, des disques carbone-céramique sont disponibles. Le tout prend place dans des jantes de 17 pouces à écrou central chaussées de Dunlop en 235/620R17 à l’avant et 290/645R17 à l’arrière.

Des performances intéressantes
Grâce à un poids contenu à 900kg à sec, la RXC est capable d’accélération de premier plan. Le 0 à 100 km/h est abattu en 2,8 secondes et la vitesse maximum est de 280 km/h. Son rapport poids/puissance est inférieur à 2,4 kg/ch. Avec ses diffuseurs et son énorme aileron, la RXC est capable de générer jusqu’à 900 kg de pression, de quoi la coller au plafond. Vu les performances annoncées, le prix de 110 800 euros (hors taxe) limité dans le temps est tout à fait alléchant.

Source et photo : Radical

 

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Radical RXC : c’est par où les Hunaudières ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Pelo
Membre

Homologable sur route Française ? J’en doute ! (ça serait trop beau)

PL
Invité

Il suffit de l’acheter en Angleterre et de transférer la Carte Grise…

PL
Invité

Par contre je ne pense pas que le « ramasse bourrier » situé à l’avant soit homologué, même en Angleterre (trop dangereux pour les piéton).

John
Invité

Tout vehicule réceptionné ou construit par une société dont le siège social est dans un des pays membres de l’UE après 1970 est immatriculable dans un autre pays membre.

Peut être un des rares passages de la législation européenne qui soit positif, profitez en pour faire trembler la petite fonctionnaire qui veut vous envoyer ch*** derriere son bureau de la préf ou de la DREAL

Pelo
Membre

A priori seule la SR3 SL et le modèle présenté ci dessus sont homologable chez nous. Et ça me parait déjà énorme…
Ceux ayant eu a faire un passage a l’UTAC pour une RTI pour un engin bien moins extrême que ça me comprendrons…

doubleD
Invité

un avant tres Panoz

Aleios
Membre

Alors pour les voiture on parle de drive-by-wire et pour les motos de ride-by-wire. Effectivement dérivé des systèmes aéronautiques fly-by-wire… Ceci dit vu le profil de la barquette la confusion avec un avion est pardonnable 😉
De plus en plus radicales ces Radical, ils devraient se mettre à la compétition endurance pour les voir vraiment passer au Hunaudières…

Verth.
Invité

Ces « protos » me rappellent les productions artisanales, le plus souvent conçues dans le centre de la France, dont s’abreuvait la revue Echappement – le Sport Automobile à la portée des beaufs – dans les années 70. Le garagiste avec son chalumeau s’occupait du châssis et le coiffeur d’à côté, du style et de l’aérodynamique.

C’est vrai que ces autos au nom stupide, sont vraiment enthousiasmantes ! On rêve. L’automobile progresse !

GregM
Invité

@Verth:
T’as eu des problemes de constipation la nuit derniere?

wpDiscuz