Accueil Essence ou Diesel Coup de pouce aux carburants : menace pour 2000 indépendants

Coup de pouce aux carburants : menace pour 2000 indépendants

88
22
PARTAGER

Nous nous faisions l’écho début septembre de certaines critiques émises envers la baisse à marche forcée initiée par le gouvernement. Aujourd’hui, un représentant des indépendants tire la sonnette d’alarme dans la publication spécialisée Bulletin de l’Industrie Pétrolière (BIP). Cette baisse menace directement de fermeture (et donc de perte d’emplois) 2000 stations services indépendantes.

6 centimes par litre, répartis à 50/50, voilà la baisse promise. 50% à la charge de l’Etat et 50% à la charge de la filière pétrolière. Concrètement, cette baisse fut suivie de façon disparate selon les enseignes. Les stations de la grande distribution ainsi que des pétroliers ont répercuté la baisse demandé, voire au-delà puisque certains se sont engagés à vendre à prix coûtant. Mais du coté des indépendants cela coince forcément. En effet, ces derniers ont des charges incompressibles et ne peuvent pas supporter les pertes dues à cette baisse (on parle de 20 millions d’euros de perte pour les établissements Leclerc par exemple).

Dans un contexte déjà très tendu qui voit des dizaines d’indépendants fermer chaque mois faute de pouvoir se mettre aux normes pour les cuves, ou de pouvoir soutenir la guerre des prix, cette baisse forcée étrangle un peu plus les petites stations. Les opérateurs majeurs du secteur, les filiales de la grande distribution, qui détiennent 80 % du marché, ont pris le prétexte de cette situation pour accentuer la compétition en termes d’images de marque et pour bien d’autres raisons que les carburants » estime Frédéric Plan, délégué général de la FF3C (Fédération française des combustibles, carburants et chauffage).

« La durée du dispositif (trois mois, NDLR) et la course à l’échalote à laquelle se livrent les acteurs de la grande distribution menacent désormais très concrètement la moitié des stations-service indépendantes, soit 2 000 sur un peu moins de 12 000 au total » poursuit-il dans une interview parue dans le BIP. Cette baisse finalement insignifiante pour le porte-feuille des automobilistes aura donc des répercutions à la fois sur le budget de l’Etat (coût de 300 millions pour la mesure d’une durée de 3 mois) et sur l’emploi de centaines d’employés ou patrons de stations qui risquent la fermeture d’ici la fin de l’année.

La semaine passée, les carburants affichaient des prix au niveau de début juillet, avant la flambée de l’été. Cette baisse est du principalement à l’Euro qui s’est renforcé face au Dollar américain (près de 1,30 $ pour 1 euro contre 1,20 durant l’été).

Pour aller plus loin : Le fondateur de BetterPlace débarqué – le véhicule électrique en danger ?
6 centimes de baisse à la pompe : les premières réactions et analyses

Source : Bulletin de l’Industrie Pétrolière, via OuestFrance

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Coup de pouce aux carburants : menace pour 2000 indépendants"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
juuhuu
Invité

De l’art de couper les cheveux en 4. Comme si 6 centimes de baisse avait quelque chose de significatif…

seb
Invité

Le problème ne vient pas de la baisse demandé par l’État mais de leur niveau en math.

« menacent désormais très concrètement la moitié des stations-service indépendantes, soit 2 000 sur un peu moins de 12 000 au total » »

Depuis quand 2 c’est la moitié de 12?

seb
Invité

Merci pour ces précisions, c’est tout de suite plus clair.
Je ne pensais pas qu’il n’y avait que 3000 stations Total, shell…

pat d'pau
Invité

ah bon ? vous n’etiez pas au courant ?
C’est rare que Total dise oui aussi rapidement a une perte de 3 centimes.. sauf si cela lui permet de faire le menage sur les indepants.

Bon sinon pour aider la reflexion.. l’eau ca mouille et le feu ca brule.

Phiippe
Invité
« on parle de 20 millions d’euros de perte pour les établissements Leclerc par exemple ». De manque à gagner peut être, mais pas de pertes. En effet, comment est-il possible de perdre de l’argent lorsque l’on vend à prix coutant?? D’autre part, sachant que la baisse est pour 50% à la charge de l’Etat et 50% à la charge de la filière pétrolière (TOTAL et consorts), comment les distributeurs peuvent ils être impactés? Je pense que c’est encore et toujours une bonne vieille campagne de communication. Personne n’est prêt à perdre de l’argent et nous manquons malheureusement de trop peu d’esprit… Lire la suite >>
wizz
Membre
Un indépendant doit se faire de la marge pour couvrir ses frais parce qu’il ne peut pas faire un transvasement d’ailleurs, chose que peuvent faire les grandes surfaces Pour vendre du carburant, il faut une station service, c’est à dire une surface au sol, des installations, des batiments, de l’énergie (élect, chauffage), du personnel, des impots… Pour l’indépendant, tous ces frais doivent être couverts par la recette de ses ventes de carburant (et des à côté comme sandwich, boisson,…) Pour un grand surface, peut on dire que le salaire de la caissière de la station service est entièrement payé par… Lire la suite >>
Phiippe
Invité

Wizz. Est ce que tu es sûr de toi lorsque que tu écris que les grandes surfaces vendent leur carburant à prix coutant, ils n’incluent pas leurs charges?
C’est une vrai question, j’avoue ne pas avoir la réponse mais pour être franc je n’y crois pas trop.

Phiippe
Invité

Et puis le fait que les petits indépendant souffrent, c’est une tendance lourde, baisse de 6cts ou pas…
Plus les prix montent et le pouvoir d’achat baisse, plus les gens cherchent le meilleur prix…

wpDiscuz