Accueil Champ Car Indycar 2012: Edmonton

Indycar 2012: Edmonton

73
0
PARTAGER

Spiderman est de retour! Helio Castroneves (Penske) s’impose à Edmonton et se replace au passage dans la course au titre d’Indycar.

Tout d’abord, un mot sur le grand absent d’Edmonton: Paul Tracy.

Ces dernières années, « PT » était l’âme de l’épreuve Canadienne. Le seul capable de remplir les gradins. Sans Tracy, pas d’Edmonton et vice-versa.

Un pied droit en fonte, mais des pannes de cerveau récurrentes (aussi bien sur la piste que dans les paddocks); Tracy est l’archétype du pilote « old school » d’outre-atlantique. Avec lui, il se passe toujours quelque chose! Mais c’est aussi ce qui a fini par le griller partout.

Le « bouc chromé » (NDLA: c’est le surnom qu’il s’est lui-même donné) comptait effectuer un baroud d’honneur en 2012.
Les précédentes années, l’Indycar était prêt à créer une structure, juste pour l’aligner à Edmonton. Hélas pour lui, les Canadiens ont un nouveau héros: James Hinchcliffe (Andretti.)

Ainsi, Tracy se morfond en Grand-Am.

Les essais

Comme d’habitude, les changements de moteurs (et les pénalités qui en découlent) sculptent la grille.

Scott Dixon (Ganassi) et Simona de Silvestro (HVM -dernière cliente du Lotus-) ont déjà épuisé leur quota. Ils écopent de 10 places de pénalités avant l’arrivée à Edmonton.

Ryan Hunter-Reay (Andretti) signe le meilleur temps… Mais comme il a changé son Chevrolet vendredi soir, il prend lui aussi 10 places.

Ainsi, Dario Franchitti (Ganassi) hérite de la pole.

Quant à Will Power (Penske), il ne profite pas longtemps des malheurs de ses rivaux pour le titre: son équipe lui remplace préventivement son Chevrolet et le voilà rétrogradé!
Pour info, Oriol Servia (Dreyer & Reinbold) change également de mécanique. Néanmoins, le Catalan était 20e et celui n’influe donc pas beaucoup sur sa position…

Star Mazda

Un double meeting en prologue de l’indycar.

La course 1 est assez folle, avec son lot de drapeaux jaunes. Parti du fond de grille, le débutant vénézuélien Camilo Schmidt (Linares) s’offre sa première victoire en automobile.

Dans la course 2, la hiérarchie est respectée. Le poleman Jack Hawksworth contient sans problème le reste du peloton et s’impose. Il se rapproche ainsi un peu plus du titre.

Indy Lights

Seules 11 voitures ont fait le déplacement à Edmonton.

Carlos Munoz (Andretti) décroche sa première pole et il mène de bout en bout. Sebastian Saavedra (Andretti) et Esteban Guerrieri (Sam Schmidt) complètent le podium.

Ainsi, Tristan Vautier (Sam Schmidt), glisse au 3e rang du championnat, derrière Guerrieri et Saavedra.

La course

Dés le premier tour, Franchitti se fait doubler! En effet, Alex Tagliani (Bryan Herta) lui brûle la politesse et se maintient en tête pendant les deux tiers de la course.

Derrière, Power tente une remontée à coup de tours rapides et d’arrêts aux stands tardifs. Parti 17e, il pointe dans le top 10 au premier tiers de la course.

Lors de son premier arrêt, il ressort sous le nez d’Hunter-Reay et le bouchonne. Heureusement, les commissaires sont en mode « Ray Charles »…

Mais lorsque Sebastien Bourdais (Dragon Racing) est à son tour accusé de bouchonner, il est sanctionné d’un drive through. Une sanction d’autant plus dure que le peloton est compact et le Manceau de repartir très loin.

Franchitti boit le calice jusqu’à la lie. Son bouton « push to pass » ne fonctionne plus et il ne peut plus lutter dans les lignes droites. Il dégringole donc dans la hiérarchie, au fil des attaques.

Après la deuxième -et dernière- vague d’arrêts aux stands, Helio Castroneves (Penske) est survolté. Il dépasse le leader Tagliani et fonce…

Mais derrière, il a un autre furieux: Takuma Sato (Rahal.) Le Japonais est dans les échappements du Brésilien. La victoire lui tend les bras! Puis, il reçoit une communication de son stand: « Pense aux points. » Et Sato de ranger son hachimaki et de ne pas tenter de manœuvres « takumesque ».

Ainsi, Castroneves remporte sa deuxième victoire de la saison, devant Sato et… Power!

Bourdais est 15e et Simon Pagenaud (Sam Schmidt), 20e.

Notez qu’il n’y a eu aucun drapeaux jaunes durant la course. Un fait très rare outre-atlantique.

Au classement, ça se resserre. Hunter-Reay reste en tête (avec 362 points.) Néanmoins, Castroneves, nouveau 2e, possède 339 points. Power, grâce à son premier podium depuis des lustres, est à 336 points.

Pagenaud est 7e et meilleur rookie, avec 276 points. Bourdais est 25e et meilleur « intérimaire ».

Source:
Indycar

Crédits photos: Indycar, sauf photo 2 (Grand-Am), photo 4 (Star Mazda), photos 6, 8 et 10 (Honda) et photos 7 et 9 (Penske)

A lire également:
Indycar 2012: Toronto

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz