Accueil Champ Car Indycar 2012: Toronto

Indycar 2012: Toronto

87
1
PARTAGER

Ce n’est donc plus un hasard. Désormais, en Indycar, il faut s’habituer à voir Ryan Hunter-Reay (Andretti) sur la plus haute marche du podium. A Toronto, le pilote US prend également la tête du classement.

Les essais

Si Dario Franchitti (Ganassi) veut conserver des chances de se succéder à lui-même, il doit marquer de gros points. Et pour marquer de gros points, sur un routiers, mieux vaut partir devant.

Le vendredi, l’Ecossais est le plus rapide. Mais les choses se gâtent le lendemain: Will Power veut lui aussi la pole! Dans un ultime tour, Franchitti décroche le précieux sésame.

Notez aussi la 4e place sur la grille de Sébastien Bourdais (Dragon Racing.) Son meilleur score depuis l’époque du Champ Car.

Cinq moteurs pour la saison, c’est un peu juste. Alex Tagliani (Bryan Herta), James Hinchcliffe (Andretti) et Simona de Silvestro (HVM -seule pilote en Lotus/Judd-) doivent remplacer leur mécanique le samedi soir.
Ce qui signifie donc 10 places de pénalités.

La Suissesse est habituée à la fragilité de son bloc anglais. Elle attaque son sixième bloc, ce qui lui vaudra 10 places de pénalités à Edmonton.

Du côté de « Tags » et de « Hinchtown », c’est la soupe à la grimace: les deux Canadiens espèrent briller à domicile. D’autant plus que Go Daddy, le sponsor d’Hinchcliffe, vient de lancer une maxi-campagne de pub à Toronto!

Star Mazda

La discipline revient avec 2 courses le même week-end.

Jack Hawkworth (Pelfrey) ne fait pas de détails: pole, course 1 menée de bout en bout et course 2 menée de bout en bout!

Avec 197 points, il reprend la tête du championnat et relègue son rival N°1, Connor de Phillippi (Juncos), à 39 points.

Indy Lights

Au départ, il y a de la bousculade (on y reviendra.) Gustavo Yacanan (Moore) profite de cet élagage du peloton pour partir à la poursuite du poleman Victor Carbone (Sam Schmidt), qu’il finit par passer.
Sebastian Saavedra (Andretti) a la même idée et la bagarre est intense entre les deux Colombiens.
Yacanan a le dernier mot. Saavedra et Carbone complètent donc le podium.

Et Tristan Vautier (Sam Schmidt)? Il est justement l’une des victimes de la cohue. Son équipier, Esteban Guerrieri, l’envoi valser dans le tout premier virage.
Après la course, le tricolore déclare en terme à peine voilée: « J’étais devant, j’étais le plus rapide et je lui avait laissé de l’espace! Un autre pilote, je l’aurais traité de [censuré], de [censuré] ou de [censuré]. Mais comme c’est mon équipier, je dis simplement que c’est « dommage ». »

Au classement, Guerrieri -qui a pu poursuivre- prend un peu d’air avec 316 points contre 295 pour Vautier.

La course

Ce n’est pas le jour des favoris!

Au bout de 7 tours, Scott Dixon (Ganassi) est trahi par son Honda. C’est d’autant plus fâcheux que c’était son cinquième moteur. Il est donc lui aussi quitte pour 10 places de pénalités à Edmonton.

Hinchcliffe, décidément malchanceux à domicile, casse lui aussi son moteur. Heureusement, il lui reste un dernier Chevy.

Quant à Power, il casse son aileron, répare et se traine ensuite à un tour des leaders.

Ce n’est pas non plus le jour des Français. Simon Pagenaud (Sam Schmidt) mène durant un bon tiers de la course.
Puis il se frictionne avec Josef Newgarden (Sarah Fisher) et est sanctionné d’un drive-through. Entre temps, Ryan Hunter-Reay a pris les commandes. Pire: Charlie Kimball (équipe « B » de Ganassi -ci dessous-) double Tony Kanaan (KV) et lui dans la même ligne droite!

Hélas pour le tricolore, ce n’est que le début des ennuis…

Une fois en tête, Hunter-Reay gère intelligemment les nombreux drapeaux jaunes.

En vue de l’arrivée, Newgarden frotte un mur. Pas de bobo, mais la direction de course décide de sortir un « full course yellow » (pour comprimer le peloton et avoir une arrivée au sprint?)

Mais le redémarrage est calamiteux. Newgarden, Pagenaud, Ryan Briscoe (Penske), Franchitti, Bourdais, Marco Andretti (Andretti) et Ed Carpenter (Carpenter) restent sur le carreau. Et au final, on obtient donc une arrivée sous drapeau jaune.

Ainsi, Hunter-Reay s’impose devant Kimball (dont c’est le premier podium) et Mike Conway (Foyt.)

Le nouveau leader du championnat, c’est ce blondinet! Sauf erreur, il faut remonter à Sam Hornish Jr pour voir un Américain en haut du classement.

Grâce à ses 3 victoires consécutives, Hunter-Reay possède désormais 335 points.
Power glisse donc au 2e rang, avec 301 points. Soit seulement 101 points inscrits en 7 manches!
Castroneves profite du faux-pas collectif des hommes de tête pour remonter au 3e rang, avec 289 points.

Pagenaud perd une place et se retrouve 7e, avec 264 points.

Comme Power, Franchitti n’a quasiment fait aucun résultat ces derniers temps. 8e avec 230 points, il est de plus en plus loin de la tête. A 5 manches de la fin, défendre son titre sera une mission quasiment impossible.

Bourdais est 26e, juste derrière sa collocatrice, Katherine Legge.

Source:
Indycar

Crédits photos: Andretti (photos 1, 3 et 10), Indycar (photos 2, 5, 6 et 9), Star Mazda (photo 4), Honda (photo 7), Dragon Racing (photo 8)

A lire également:
Indycar 2012: Iowa

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Indycar 2012: Toronto"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Marcel
Invité

l indycar s en vient comme la F1,la meilleure voiture a 90% de chance de l emporter.a quand une série a voitures égales pour tous les pilotes? ce n est que fiction.amitié

wpDiscuz