Accueil Sport auto i1 Supercar Series

i1 Supercar Series

57
0
PARTAGER

Le cimetière des séries mort-nées de la dernière décennie est plein de fausses bonnes idées : Grand Prix Masters, A1GP, Superleague Formula, Speedcar Series… Autants de concepts tentant d’allier stars et spectacle et de s’alimenter de soutiens provenant de sources habituellement peu attirées par le sport auto traditionnel, et autant d’échecs.

Un téméraire entrepreneur indien a tiré les leçons de ces débacles pour en arriver à la conclusion suivante : si aucune n’a marché, c’est qu’il fallait toutes les mélanger ! Voici donc i1 Supercar Series, qui promet de réussir là où les autres ont échoué grâce à un cocktail reprenant les ingrédients des précédentes, en secouant bien la mixture et en rajoutant une pincée de capitaux indiens.

Née de l’engouement provoqué par la mise en place du Grand Prix d’Inde, l’idée du promoteur Machdar Motorsport dont le but est de développer le sport automobile dans ce pays consiste en une série monotype (Grand Prix Legends, Speedcar, A1GP, Superleague) basée sur des Radical SR3 (1500cm3 Suzuki, 270 ch, 570 kg) et opposant des équipes représentant chacune une grande ville indienne (Superleague, A1GP). Au volant, des paires mêlant de jeunes pilotes indiens et des retraités de la F1 (GP Masters, Speedcar) de plus ou moins gros calibre qui cherchent de quoi occuper leur hiver : Villeneuve, Alesi, Fisichella, Frentzen mais aussi Chandhok, Salo, Liuzzi, Sakon Yamamoto, Alex Yoong et quelques pros en mal de volant ailleurs : Mathias Lauda, Pippa Mann, Cyndie Allemann. Neel Jani… Faute d’infrastructures suffisantes en Inde, la série se déroulera en cinq meetings (deux courses à chaque fois) sur les circuits d’Asie et du Moyen Orient : Sepang, Abu Dhabi, Bahrein, Qatar, et bien sur Buddh. Si les têtes d’affiches restent raisonnables pour leurs émoluments, la chose ne paraît pas pharaonique au niveau des capitaux engagés, un bon point.

Autre point commun important avec les tentatives précédentes, tout cela est fait en dehors de la communauté eurocentrique des compétitions FIA, et n’implique ni constructeurs ni sponsors traditionnellement liés au sport auto. Les neuf villes signataires pour s’embarquer dans l’aventure sont Bangalore, Chennai, Delhi, Mumbai, Hyderabad, Chandigarh, Pune, Kolkata, Goa, chaque franchise étant détenue par un investisseur privé (dont une star de Bollywood), pour un plateau de 18 voitures.

Le prix à décrocher est de 2 millions de dollars et pour mettre toutes les chances de son côté, Machdar a engagé le légendaire joueur de cricket (le sport national indien) Sachin Tendulkar en tant qu’ambassadeur de la série qui sera diffusée en direct sur une chaîne de sports indienne.

La première séance d’essais a lieu aujourd’hui à Yas Marina. On verra bien si cette nouvelle série réussit à éviter les écueils de ses prédécesseurs, mais souhaitons tout de même bonne chance à l’i1 Supercar Series qui représente l’éveil de ce grand pays qu’est l’Inde au sport automobile. Ce n’est pas rien.

Le calendrier: 21/22 janvier (Sepang, Malaysia); 3/4 février ( Sakhir, Bahrain); 10/11 février (Losail, Qatar); 25/26 février (BIC, India); 9/10 Mars (Yas Marina, Abu Dhabi)

Source : i1 Supercar Series

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz