Accueil Berlines Essai Subaru WRX STI S: la pas-discrète (1/2)

Essai Subaru WRX STI S: la pas-discrète (1/2)

539
0
PARTAGER

En Subaru STI WRX, vous ne laissez personne indifférent. Il y a les profanes, qui la prennent pour une voiture jackytunée, à cause de son aileron baroque et de sa prise d’air sur le capot. Et puis, il y a ceux qui savent à quoi ils ont affaire et qui vous tirent leur chapeau…

Dans un épisode de Top Gear Australia, l’un des animateurs tentaient de semer un hélicoptère Tigre au volant d’une WRX STI.

En terme esthétique, la voiture Japonaise et l’hélicoptère Franco-allemand ont deux points communs: une silhouette athlétique et une agressivité, vu de face.
L’armement du Tigre est monté sur des nacelles éloignées du corps de l’appareil. Ce qui le rend d’autant plus visible. Bref, vous avez toujours l’impression qu’il va vous balancer un missile à la figure!
De la même façon, avec son imposant bouclier très ajouré et sa large prise d’air sur le capot, la Subaru hisse d’emblée le drapeau noir. Chaud devant!

De derrière, c’est aussi impressionnant!

Jusqu’à cette année, elle n’était importée qu’en 5 portes (une carrosserie au style controversé.) Pierre-Laurent Ribault l’avait essayé, en 2008.
Or, les Impreza qui avait triomphé en rallye étaient des 3 volumes. Le retour de la 4 portes est donc un retour à la « vraie » WRX.

Avec son imposant aileron arrière, son fessier bien carré et les quatre sorties d’échappements, vous êtes sur de marquer la personne que vous venez de doubler!

A la loupe

D’emblée, vous comprenez que vous n’avez pas affaire à un véhicule radical. C’est une berline très sportive, qui s’adresse à une clientèle exclusive. Une clientèle qui préfère l’efficacité à la discrétion.

Les 4 cylindres boxer turbo a visiblement besoin de beaucoup d’air frais.

La prise d’air (également présente sur les Impreza, Legacy et Outback) est évidemment là:

Par ailleurs, on l’a dit, le bouclier est très ajouré:

S’y ajoute une évacuation pour les calories des roues avant:

Que serait une WRX sans son aileron massif? Il fait parti de la légende.

Dire que la 5 portes se contente d’un petit béquet de toit…

En tout cas, on verra dans la deuxième partie qu’il n’est pas décoratif.

Subaru Tecnica International

STI est la branche sportive de Subaru. Le moins qu’on puisse dire, c’est que son logo est omniprésent sur la WRX STI:

Et c’est la même chose à l’intérieur:

Le gag, c’est le tapis de sol « Impreza » (alors que l’importateur insiste que c’est une « [ensemble vide] WRX STI ».)

On n’est pas là pour rigoler

D’ordinaire, les intérieurs de Subaru sont sobres, voir austères. Ici, il est en plus dépouillé au maximum. La simplicité et la fonctionnalité priment sur les gadgets que l’ont voit ailleurs.

Les baquets ont tout de même droit à une sellerie en velours, avec surpiqures rouge.

Sur la console centrale, pas de chichis. Donc, ni GPS, ni ordinateur de bord multi-fonction. Juste une radio-CD et une climatisation très basique.

Une climatisation néanmoins bienvenue car au ralenti, le boxer chauffe…

Vous disposez tout de même de rétroviseurs réglables électriquement et rabattables:

Du reste, l’habitacle est assez spacieux et lumineux, même à l’arrière.

Là, vous êtes probablement en train de bouillir: « Et le moteur? Et la tenue de route? »

Pour cela, je vous invite à lire la deuxième partie

Essai Subaru WRX STI (1)Essai Subaru WRX STI (2)Essai Subaru WRX STI (3)Essai Subaru WRX STI (4)Essai Subaru WRX STI (5)Essai Subaru WRX STI (6)Essai Subaru WRX STI (7)Essai Subaru WRX STI (8)Essai Subaru WRX STI (9)Essai Subaru WRX STI (10)

A lire également:
Essai Subaru WRX STI S: corde + (2/2)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz