Accueil Chevrolet General Motors envoie un robot dans l’espace

General Motors envoie un robot dans l’espace

75
0
PARTAGER

La recherche prend des formes diverses chez General Motors. Dans un projet mené en relation avec la Nasa, General Motors a mis au point un robot baptisé Robonaut 2… Ce robot va évoluer dans la station spatiale internationale (ISS) !

Robonaut 2, plus connu sous le nom de R2, a été conçu pour aider les astronautes d’ISS dans leurs tâches quotidiennes, tout en permettant par la même occasion à Chevrolet de développer des équipements sophistiqués de pilotage, de capteurs et de vision. Objectif final : créer des voitures et des lieux de travail plus sûrs.

« Notre travail au quotidien est incroyable, nous avons le sentiment de vivre une époque extraordinaire, et de changer le monde dans son quotidien, grâce aux robots. La technologie robotique de pointe est très prometteuse, et pas seulement pour Chevrolet et la NASA. Le programme R2 nous offre la chance de développer une grande diversité d’applications pratiques sur des équipements, » déclare Marty Linn, Ingénieur chef Robotique chez Chevrolet.

Le programme R2 ouvre aussi la voie à la recherche dans la conception future de prothèses et même d’exosquelettes pour les soldats de tous horizons ayant été blessés, ou pour les personnes à mobilité réduite – éventuellement grâce à l’utilisation de capteurs avancés, similaires à ceux des systèmes d’aide au stationnement. Les ingénieurs cherchent aussi des moyens d’aider les ouvriers des chaînes de fabrication ayant à soulever des poids très importants.

Le robot, qui a rejoint l’ISS à bord de la navette spatiale Discovery lors de la mission STS133 lancée en février, est maintenant déballé et sera mis en service dans les prochaines semaines. Il sera évalué selon un tableau des tâches spécialement conçu – en manipulant des câbles, des connecteurs, des prises et des matériaux souples comme des sacs et des vêtements – pour que les ingénieurs puissent calibrer et affiner les systèmes de détection et de contrôle.

« Les bras et les mains de R2 possèdent un squelette articulé similaire à celui d’un être humain, » ajoute Linn, « les pouces possèdent quatre axes de rotation, presque autant que ceux d’un humain, de manière à ce que cette technologie puisse être adaptée et utilisée dans la recherche médicale. » Il est largement admis que le pouce opposable est l’un des éléments ayant permis aux premiers humains de développer la capacité d’utiliser des outils, la main de R2 a donc été conçue pour intégrer cette capacité.

Les mains mécaniques de R2 fonctionnent de manière très semblable aux mains humaines qui leur ont servi de modèle. Elles possèdent une amplitude de mouvement similaire ainsi qu’un contrôle précis de la position et de la force – offrant de nouveaux espoirs aux concepteurs de prothèses et aux recherches universitaires portant sur les os humains et les maladies articulaires.

« Contrairement à de nombreux robots humanoïdes conçus précédemment, R2 possède des doigts et des pouces fins ressemblant à ceux de mains humaines. Tout comme les tendons de l’humain lient les muscles aux os, R2 possède des tendons qui relient les articulations du squelette aux capteurs et actionneurs présents dans la paume. Ceci permet aux systèmes de contrôle de R2 de percevoir précisément les forces de réaction et d’ajuster continuellement la pression de la prise lors de toutes les tâches réalisées par R2. »

Linn poursuit : « Polir une poignée de porte dans la cuisine, nettoyer un verre à vin ou visser le bouchon d’une bouteille en plastique peut sembler banal, mais chaque fois que vous le faites, vous utilisez des centaines de petits mouvements biomécaniques. Ceux-ci associent une dextérité de mouvement à une manipulation précise et à une certaine quantité de force pour chacune de ces tâches – qui constituent toutes des problématiques centrales pour les robots. Pas assez de mouvement et le verre à vin ne sèchera pas, trop de force et il se fendra et se brisera. »

« Chevrolet possède plus de robots dans ses usines de fabrication que toute autre entreprise au monde. Ceux-ci assument de nombreuses fonctions, de la logistique à l’assemblage, »  déclare Linn. « Nous avons donc pu confier la création de R2 à certains de nos plus brillants cerveaux. »

« Grâce à notre collaboration avec les scientifiques et les ingénieurs de la NASA, nous sommes certains d’avoir créé le robot bénéficiant de la technologie la plus avancée au monde. Ceci nous offre une grande flexibilité pour les projets de fabrication futurs, sur le lieu de travail, et de réels avantages au niveau mondial dans d’autres domaines. »

« Apprendre à R2 à réaliser des centaines de tâches, est un peu comme apprendre à un enfant à boutonner une chemise et à se rappeler les étapes, mais les robots futurs développés à partir de R2 auront la capacité d’utiliser leurs mains pour saisir, porter des objets et effectuer toutes les choses que nous tenons pour acquises. »

Bardées de capteur et de nouveaux systèmes d’aide à la conduite, nos voitures vont encore progresser grâce à ces recherches… menées à plus de 400 kilomètres de la Terre.

D’après un communiqué Chevrolet

Et aussi :
Projet SARTRE (roulez comme Bézu) : premier essai validé
Les Etats-Unis travaillent sur une voiture volante

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz