Accueil Coupés Sony GT Academy : Avatar version Gran Turismo

Sony GT Academy : Avatar version Gran Turismo

121
12
PARTAGER

Les progrès réalisés en matière de jeux vidéo ces dix dernières années sont tels qu’il est devenu possible de simuler de manière à peu près fidèle une course automobile dans laquelle vous êtes le principal acteur. Ainsi, les jeux vidéos sont devenus réalistes, au point de flatter d’ego du joueur ( lambda ou pas ) après une partie gagnée contre des adversaires artificiels. Qui ne s’est jamais pris pour un pilote en jouant à Gran Turismo ? Qui n’a jamais osé rêver d’une véritable carrière de pilote grâce à ses chronos canon sur la Nordschleife ? Ça tombe bien : pour tous ces doux rêveurs agités du paddle, il est désormais possible d’espérer prétendre à une véritable carrière de pilote professionnel grâce à ses performances devant une console de jeux vidéos. Le Blog Auto est venu assister à la finale française de la GT Academy organisée sur le Paul Ricard HTTT.

My other car is a canapé

La GT Academy découle d’une idée tout ce qu’il y a de plus pragmatique, imaginée par les créateurs de Gran Turismo : une simulation automobile est sensée reproduire assez fidèlement les sensations de pilotage au volant d’une voiture de sport sur circuit. Ceux qui s’en sortent le mieux devant leur console doivent donc logiquement posséder un coup de volant suffisant pour garantir de bonnes compétences une fois plongés dans la réalité de la compétition automobile.

La GT Academy proposait ainsi une première phase de sélection, ouverte à tous les joueurs dans le monde. Pour y participer, il suffisait de posséder une Playstation 3 dans son salon et de télécharger une version spéciale de Gran Turismo 5 Prologue. Le concours défiait les joueurs de réaliser le meilleur temps possible sur un circuit prédéfini avec une voiture prédéfinie. Les meilleurs chronos ont été enregistrés on-line dans chaque pays et en France, 20 gamers se sont ainsi qualifiés pour la phase suivante.

Pour cette phase suivante, les choses devenaient beaucoup plus sérieuses : fini les chronos confortablement effectués chez soi sur son propre canapé, désormais tout allait se jouer en confrontation directe, les uns contre les autres.  On ne rigole plus, surtout pas chez Sony France et Nissan qui invitaient les 20 meilleurs joueurs français sur le Paul Ricard HTTT pour ainsi les départager.

Épreuve virtuelle, tension réelle

Venus des quatre coins de la France, ces 20 finalistes jouaient gros dans l’enceinte du Paul Ricard puisque seulement deux d’entre eux allaient repartir du Castellet avec un ticket pour la super finale, prévue à la fin février sur le circuit de Silverstone.

Et la sélection fut rude. D’abord via un premier tour où les vingt joueurs se sont affronté en course virtuelle de trois tours par groupe de cinq. A l‘arrivée de chacune des quatre courses, le premier et le deuxième restaient qualifiés. Huit qualifiés en tout donc, qui se sont ensuite confrontés en face à face. Enfin, les quatre vainqueurs se retrouvaient sur la Nordschleife au volant de la 370Z : les deux meilleurs chronos gagnaient leur place pour la grande finale anglaise de fin février.

Le niveau de concentration des joueurs installés dans le Pod est incroyablement élevé. Pas un mot ne s’échappe pendant chacune des sessions de qualification, tous sont rivés devant leur écran respectif, en chaussettes pour adhérer le mieux possible au pédalier ( la technique veut qu’à Gran Turismo, on freine du pied gauche et le droit ne quitte jamais la pédale d’accélérateur ). Lors des courses, ce sont parfois de véritables drames humains qui se jouent. Il suffit d’une toute petite faute lors de la négociation d’un virage. Les quatre roues dans l’herbe et voilà, c’en est fini des espoirs de continuer l’aventure : impossible de rattraper les autres. Le stress est palpable et rend parfois l’ambiance pesante. Les perdants sortent résignés. Pas de doute, de ce coté-là nous sommes bien dans le monde de la compétition automobile, aussi impitoyable soit-elle.

Extraterrestres

Un peu à la manière d’un vrai pilote qui vous dégoûte sur circuit lorsque vous comparez vos chronos aux siens, ces joueurs présentent tous un niveau hallucinant sur Gran Turismo. Les chronos du joueur lambda ( comme moi ) sont à des années-lumière des temps qu’ils sont capables d’enchaîner. En revanche, pour certain d’entre eux le stress de la compétition semble plus difficile à gérer que pour d’autres.  C’est sans doute aussi là l’intérêt de les confronter directement : faire la différence entre ceux qui sont excellents au calme de leur salon chez eux devant la télé, et ceux qui sont capables de supporter la pression en conditions réelles. Une résistance qui fera sans doute toute la différence pour le vainqueur lorsqu’il sera temps de se mesurer à de vrais pilotes professionnels dans le cadre de l’European GT4 Cup sur les plus beaux circuits d‘Europe, graal suprême pour le vainqueur final.

Parmi les deux vainqueurs français, Arnaud Lacombe est très loin d’être un inconnu dans le milieu puisqu’il a réalisé le meilleur temps mondial pendant la phase de sélection chronométrique préliminaire, lui le grand habitué des concours de simulation automobile. Il a pourtant été devancé en performance pure par le second vainqueur qualifié, Jordan Tresson, qui parvenait à claquer un chrono impressionnant sur la Nordschleife. Ces deux vainqueurs embarqueront pour la phase finale, celle qui opposera tous les vainqueurs de tous les pays à la fin du mois en Angleterre.

Pour de vrai

L’essence même de la GT Academy, c’est la superposition des mondes réels et virtuels. Alors en plus de la compétition qualificative sur les machines à processeurs, Sony et Nissan ont prévu pour les participants quelques sessions de détente / apprentissage sur circuit au volant de machines plus vivantes et bien plus bruyantes. En 370Z sur le Circuit Paul Ricard HTTT pour des exercices dynamiques variés : slalom chronométré sur un parcours constellé de plots à éviter comme dans une épreuve du permis de Gran Turismo, tours de circuit derrière une voiture fantôme ( en l’occurrence, une GT-R pilotée par André Rey ) comme dans Gran Turismo, ou encore exercice de sortie de virage… comme dans Gran Turismo. Un programme idéal non seulement pour récompenser tous ceux qui ont réussi à atteindre l’étape de la finale française, mais aussi parfait pour mettre en conditions les deux vainqueurs avant leur participation face aux gagnants des autres pays en Angleterre. Une saison complète en GT4 European Cup au volant de la ( vraie ) 370Z GT4 du team Nissan Playstation est en jeu, et même plus si affinités.

Bravo et bonne chance à eux deux. Mais surtout, un grand bravo à Sony et Nissan pour jouer à fond le jeu du passage entre virtuel et réel. Il y a vraiment dans cette démarche quelque chose de vrai et d’authentique. Quelque chose qui va de pair avec le rêve du créateur de Gran Turismo : concevoir la simulation automobile ultime.

Galerie : GT Academy sur le Paul Ricard HTTT

NISSAN-CIRCUIT-008NISSAN-CIRCUIT-037NISSAN-PS3-175NISSAN-PS3-185NISSAN-PS3-199

Crédit photo : Cyril de Plater

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz