Accueil Marketing Tout sur le retour de Gordini

Tout sur le retour de Gordini

68
35
PARTAGER

C’est donc aujourd’hui que Renault lance en grande pompe le retour de Gordini. Beaucoup de bruit pour finalement assez peu, puisqu’aucune voiture n’est dévoilée pour l’instant. Par contre, on sait quelle sera la teneur des Gordini nouvelles. Et de nouveau, l’histoire se répète, puisque Gordini semble être tout désigné pour concurrencer son homologue de toujours, Abarth.

En effet, Renault Sport compte combler avec Gordini la principale lacune des modèles Renault Sport : un intérieur des plus basiques. Une caractéristique qui interdisait à Renault de briguer une clientèle certes sportive, mais qui ne veut pas transiger sur l’équipement ou la finition intérieure. Des clients qui trouvaient leur bonheur dans une Abarth 500. La base de toutes les Gordini sera donc celle des Renault Sport, à commencer par les Twingo et Clio. La Twingo sera dévoilée à l’Atelier Renault, sur les Champs-Elysées, le 25 novembre, pour une commercialisation au printemps 2010, date à laquelle sera dévoilée la Clio Gordini. Quant à la Mégane, ce sera pour plus tard, sans échéance précise pour l’instant. Et la « réflexion est engagée sur l’ensemble de la gamme Renault ». D’autres modèles seront donc peut-être à venir…

« La Griffe Gordini, ce sont avant tout des véhicules sportifs, reconnus, auxquels nous avons ajouté un art de vivre typiquement français, la french touch. Gordini est synonyme de succès, de privilège, de statut, de réussite, d’art de vivre à la française, de clin d’œil. C’est tout cet état d’esprit des années 60 revisité dans la modernité d’aujourd’hui. »

Avec Gordini, Renault Sport compte donc élargir son offre à des modèles à la fois sportifs et luxueux, ce qui complète les radicales Trophy (et séries limitées F1 Team) ainsi que les versions plus polyvalentes que sont les Renault Sport Luxe. Reste à espérer que ces Gordini offriront le charme suffisant pour concurrencer les Abarth équivalentes. Pour cela, Renault va évidemment jouer sur la fibre nostalgique, en proposant ses modèles en bleu (même si d’autres couleurs seront disponibles) avec les fameuses bandes blanches. Là, où on s’inquiète, c’est que le bleu historique deviendra un « bleu modernisé pour être un bleu premium inscrit dans le chic et la modernité », dixit Eric Zuber, directeur marketing marques de Renault.

A propos, les Gordini nouvelles ne risquent-elles pas de jouer avec l’histoire ? En effet, la « Gorde » était avant tout un succès populaire, finalement assez proche de ce qu’est la Twingo RS de base aujourd’hui. Ce positionnement premium s’éloigne donc un peu de l’esprit originel des créations du sorcier. Cela dit, le problème est exactement le même avec l’autre sorcier, j’ai nommé Abarth. Au final, on reste dans la tendance du « vintage chic », toujours d’actualité dans l’automobile. Et lorsqu’on l’interroge sur la notoriété de la griffe auprès des jeunes générations, Eric Zuber a une réponse toute trouvée : « la french touch a l’avantage d’être transgénérationnelle, très à la mode chez les jeunes et, en même temps qui va raviver les souvenirs des quadras et des quinquas ». Soit. Une « french touch » qui est selon les responsables de la marque la caractéristique de Gordini et qui devrait lui permettre de s’exporter largement, dans tous les pays où Renault Sport est présent, jusqu’au Japon.

Sur le papier, ces Gordini semblent donc conçues pour un face-à-face frontal avec les italiennes au scorpion. Cela dit, ce positionnement plus haut de gamme se limite à de l’emballage. Toute la technique (châssis et moteur) sera identique à celles des Renault Sport standard, option châssis sport ou châssis Cup comprise. De même, les kits Abarth esseesse n’auront pas de concurrence chez Gordini. Les moteurs et échappements resteront donc identiques à ceux des Renault Sport. Quant à l’esthétique, aucun kit en accessoire ne sera proposée « la personnalité Gordini se suffi[sant] à elle-même ». Espérons que les clients tentés par une Abarth pensent la même chose…

L’histoire de Gordini repose sur la compétition populaire, avec les fameuses coupes Gordini. Malheureusement, rien de tout cela ne devrait réapparaître. Renault accueillera simplement les Gordini lors des World Series ou des Journées Passion Renault Sport.

Même si Renault évite soigneusement le sujet, force est de s’intéresser au sort d’une autre marque sportive française célèbre : Alpine. Eric Zuber avoue qu’un projet est bien avancé mais actuellement gelé par la crise. Quoi qu’il en soit, si Alpine renaît, ce sera avec des produits spécifiques. Maintenant, aucune information ni date ne permet d’assurer un retour proche.

Il est encore trop tôt pour juger du bien fondé de cette renaissance, sans le moindre petit visuel d’une Gordini. Quoi qu’il en soit, le programme annoncé divisera sans doute les amateurs. Ceux qui recherchent une voiture française sympathique et charmante seront rivés derrière leurs écrans la 25 pour voir si la Twingo Gordini correspond à leurs attentes, celle d’une vraie concurrente de la craquante Abarth 500. Ceux qui espéraient une sportive radicale en seront pour leurs frais, jugeant que le retour de Gordini n’est qu’un immense battage marketing sur rien de plus concret qu’une nouvelle couleur et deux bandes blanches sur la carrosserie. A vous de choisir votre camp.

Lire également :
Histoires parallèles : Amédée Gordini et Carlo Abarth

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz