Accueil Circuits de légende L’histoire de Zandvoort: Papa Schultz en vrai!

L’histoire de Zandvoort: Papa Schultz en vrai!

358
1
PARTAGER

La série TV Papa Schultz est très, très régulièrement rediffusée sur M6. En la regardant, vous devez vous dire: « Ce n’est pas possible, les nazis ne pouvaient pas être aussi idiot, non? » Et si l’on vous disait que les nazis ont construit à leur insu un circuit de F1, durant la seconde guerre mondiale?

Zandvoort est une ville balnéaire (donc bourgeoise), située au nord de Pays-Bas.

Néanmoins, le feu de la course automobile y brule.

En 1939, une course y est organisée en bloquant quelques routes.

Le circuit temporaire emprunte quelques rues de la ville. Evidemment, les riverains n’apprécient pas de voir passer des bolides sous leurs fenêtres.

Le bourgmestre de Zandvoort songe à un circuit plus au nord, dans les dunes, qui sont inhabitées.

La guerre interrompt ces projets. La ville est lourdement bombardée, puis occupée par les nazis.

Le bourgmestre n’oublie pas pour autant son idée de circuit. Il convainc les nazis de construire une base militaire dans les dunes, dans le cadre du « mur de l’Atlantique ». La tracé de la base ressemblait à ceci:

Le parcours de Scheivlak à Tarzan était censé être un chemin pour surveiller l’Atlantique. La cote est effectivement pas loin, sauf que le chemin est derrière les dunes (donc on ne peut pas surveiller grand chose.)

La partie de Bosuit à Scheivlak est un chemin de ronde, pour vérifier que personne n’entre dans le périmètre.

Enfin, la ligne droite est une voie pour que les nazis y paradent le jour où ils auront gagné la guerre. Bonus: ils ont eux-même miné l’endroit, ce qui aurait animé la parade…

Après-guerre, les lieux sont déminés. Sam Davis (vainqueur des 24 heures du Mans 1927) fait redessiner certains points pour que cela ressemble à un vrai circuit. John Hugenholtz, figure locale du sport auto et premier responsable du circuit de Zandvoort, s’occupe de la finition.

Et ainsi, en 1948, le tracé est inauguré. Merci les nazis, ils n’auraient pas pu le faire sans vous!

Zandvoort accueillit plusieurs Grand Prix de F1. Passer Tarzan était un sacré morceaux de bravoure à une époque où il n’y avait pas de freins carbones.

En 1979, Gilles Villeneuve se loupe justement à Tarzan et termine dans la dune. Il recule et repart sur 3 roues. Il est obligé d’effectuer le tour du circuit pour rentrer aux stands. Et dans le box Ferrari, il fallu déployer des trésors de conviction pour que Villeneuve admette que sa voiture est irréparable et que son GP est fini.

Zandvoort organisa également les Masters F3 (longtemps sponsorisés par un fameux cigarettier rouge et blanc…) On y trouvait le gratin de la F3 Européenne et il y avait des démonstrations de F1 ou de GT avec les locaux Jos Vertappen, Jan Lammers et John Hugenholtz (petit-fils de John.)

L’apparition d’un championnat Européen de F3 enleva le caractère exceptionnel à l’évènement.

Le circuit fut largement remis à jour, mais la F1 n’y revint pas. Les dernières grosses modifications datent de 1998. Williams y fit une opération promotionnelle et ce fut tout.

Notez enfin que John Hugenholtz fut l’un des premiers dessinateurs professionnel de circuits. Il créa les tracés de Pau-Arnos, Jarama, Zolder ou Suzuka (ci-dessous):

A lire également:
Maurice Gatsonides: de la course à la chasse aux excès de vitesse

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "L’histoire de Zandvoort: Papa Schultz en vrai!"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tiégo
Membre

Un bon clin d’œil rapporté de l’article sur Maurice Gatsonides…

wpDiscuz