Accueil F1 GP F1 Monaco: Irrésistibles McLaren

GP F1 Monaco: Irrésistibles McLaren

200
36
PARTAGER

fernando alonso monaco_1.jpg

Domination totale des McLaren-Mercedes, sur le circuit de Monaco cet après-midi, qui signent un retentissant doublé en laissant leurs adversaires très loin derrière. Grâce à sa seconde victoire consécutive en Principauté, Fernando Alonso reprend la tête du championnat du monde à égalité de points avec le phénoménal Lewis Hamilton, une nouvelle fois sur le podium.

Une fois la grille de départ libérée des « people » venus du Festival de Cannes voisin, les choses sérieuses peuvent enfin commencer. Au feu vert, les 22 voitures s’élancent sans encombre, les pilotes de tête restant sur leur position. Le premier tour est à peine achevé lorsque Vitantonio Liuzzi vient ouvrir la liste des abandons en perdant le contrôle de sa Toro Rosso dans le virage de Massenet.

A l’avant les deux McLaren prennent le large, mais Fernando Alonso semble plus rapide que son co-équipier, peut-être grâce à un peu moins d’essence embarquée dans sa monoplace. Pour Kimi Raïkkonen, en revanche, le calvaire commence. Parti seizième, il parvient à gagner quatre places au départ avant de buter de nombreux tours derrière la Honda de Button. En une quinzaine de tours, son retard sur le leader s’élève déjà à plus de 50 secondes. 

Rien ne vient perturber la bonne marche des McLaren boy’s jusqu’au moment de prendre un tour aux pilotes retardataires. Heureusement, grâce au travail des commissaires de piste, tout se passe impeccablement, sauf peut-être une petite chaleur pour Hamilton au moment de dépasser Trulli à la sortie de la piscine.

Au vingt-troisième tour, Fisichella s’engouffre dans les stands et ouvre le bal des arrêts ravitaillement, imité deux tours plus tard par Alonso. Seul en tête pendant deux boucles, Hamilton attaque comme un beau diable, dans l’espoir de ressortir des stands devant Alonso. L’anglais améliore même le record du tour mais l’espagnol signe des temps canon en pneus neufs. Mais lorsqu’il s’arrête finalement aux stands, son avance sur Alonso est trop faible pour espérer ressortir devant lui.

La suite de la course se passe sans aucun évènement particulier à signaler, les deux McLaren loin devant et les autres pilotes tentant de limiter les dégats, en vain. Au quarante-septième tour, seuls Massa et Fisico sont encore dans le même tour que les leaders qui enchainent les tours en 1’15 » avec une régularité impressionnante.

Robert Kubica, dans une stratégie à un arrêt, ressort cinquième des stands et se présente maintenant comme une sérieuse menace pour la Renault devant lui qui doit encore s’arrêter.

Au cinquantième tour, Fernando Alonso procède à son ultime ravitaillement. Il doit encore rester concentré 28 tours avant d’épingler une seconde victoire monégasque à son palmarès car Hamilton est toujours très près derrière lui.

Après son second arrêt, Fisichella parvient finalement à conserver un avantage confortable sur Kubica. En revanche Massa, en pneus durs, reprend un peu le large sur l’italien.

Alors que l’on croyait que tout était entendu en tête, Lewis Hamilton revient dans les échappements de son équipier au prix d’une attaque de tous les instants. Il reste 18 tours à parcourir et on se demande alors si le jeune britannique va être assez audacieux pour attaquer Alonso. Mais après être passé deux ou trois fois tout près de la correctionnelle, Hamilton, sans doute calmé par Ron Dennis via la radio, lâche finalement la pression sur le double champion du monde.

A l’arrivée, Alonso l’emporte donc devant Hamilton, Massa et Fisichella et reprend l’avantage au championnat. Cinquième podium consécutif de Lewis Hamilton qui possède le même nombre de points que son équipier. En huitième position Raïkkonen repart de Monaco avec un tout petit point supplémentaire dans sa besace et constate, impuissant, que Massa a fait le break au sein de la Scuderia.

Classement de la course:

1. Alonso
2. Hamilton
3. Massa
4. Fisichella
5. Kubica
6. Heidfeld
7. Wurz
8. Raïkkonen

Championnat du monde:

1. Alonso 38 points
–  Hamilton 38
3. Massa 33
4. Raïkkonen 23
5. Heidfeld 18
6. Fisichella 13
7. Kubica 12

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "GP F1 Monaco: Irrésistibles McLaren"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Rob
Invité

OK, Hamilton mérite tout ce qu’on dit sur lui, mais Alonso a montré ce week-end qu’il a encore un peu de marge au besoin. En fait, le plus dur pour Alonso, ce sera finalement de rester fort à chaque fois, car Lewis sera toujours là au cas où… puisqu’à force de manger, on devient gourmand. Chapeau à McLaren en tout cas, Massa prend des points dit intermédiaires. Pauvre Raikkonen, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même sur ce coup.

jpc
Invité

Pas une bagarre.
Pas un dépassement.
Rien.

De belles images comme toujours à Monaco…

earth
Invité

Belle démonstration des Mc Laren avec un bon Massa qui limite la casse. Bravo aussi à Fisichella qui permet à Renault de terminer « 1er des viennent ensuite » ! Curieuse tactique des Honda qui auraient du marquer quelques points : Raikkonen en profite pour marquer 1 pts…

damier
Invité
« La suite de la course se passe sans aucun évènement particulier à signaler » Et c est bien ca le problème!Ce circuit n a AuCUN interet du point de vue des spectateurs! Il n ya AUCUN dépassements!Sans parler des commentateurs pitoyables de TF1 qui montrent les attardés au lieu de se concentrer sur l action en tete(1 er ravitaillement de Massa?). En gros si l on est pas dans les 4 premiers c est pas la peine de viser un poduim:vachement top comme circuit! Bref un gp a dormir debout(comme d’habitude me direz vous),seul Hamilton reussit a nous tirer du sommeil.… Lire la suite >>
joff
Invité

Le fan invétéré de Mc Laren que je suis se réjouit de la confirmation du retour de Mac Laren au top après 7 années de Ferrarisme.

Parenthèse, l’histoire de Raikonnen commence à me faire penser à celle de Montoya. Suivra-t-il le même destin ?

wpDiscuz