Accueil Circuits de légende Quand le modélisme mène en Chine

Quand le modélisme mène en Chine

105
8
PARTAGER

People_2406_marcgavage_02_1 Marc Gavage est un passionné. Un vrai. Son amour de lautomobile, il lexprime par les modèles réduits et par une fidélité sans faille aux 24 H de Francorchamps. Dexpositions en rencontres, Marc Gavage sest fait une réputation dans le milieu des modélistes. Une notoriété qui lon fait quitter lenseignement pour Macao et une entreprise spécialisée en modèles réduits. Belle récompense.

Savait-il à 8-9 ans que sa curiosité pour les maquettes allait bouleverser sa vie plus tard ? En tout cas, sa première étincelle, il la doit aux kits John Day. La première société à choisir de reproduire des voitures hors du réseau industriel. « Francorchamps étant à proximité de mon domicile, jadaptais les kits et peignais les voitures à la main pour reproduire celles qui concouraient sur le circuit spadois ». Et tout était bon pour adapter les kits, « les boîtes de soda me servaient de matière brute pour fabriquer des ailerons, par exemple ».

De fil en aiguille, les modèles saccumulent et Marc Gavage les expose. Une exposition quil fera pendant 10 ans à Francorchamps, lors des 24 heures. Maintenant, il se contente daider un ami vendeur et fabricant de modèles réduits car il est difficile, de nos jours, de proposer ce type danimation dans les paddocks. La cause : « les problèmes daccès ». Il est même très difficile de trouver un bon endroit pour prendre des photos de détails que seul un spécialiste a besoin. Détails indispensables pour réaliser de vrais modèles réduits.

Dabord spécialisé en Francorchamps, Marc Gavage sest élargi aux voitures du Mans. Outre le travail manuel de modéliste, il a également besoin dorganiser ses archives. « Quand jai un doute sur une auto, je consulte mes archives. Doù lidée dun jour faire un bouquin avec un listing de toutes les voitures qui ont pris le départ des 24 heures de Francorchamps ». Cest ce travail de bénédictin et ses connaissances qui ont plu aux Chinois.

Aston_martingtm025_1Fin 2005, un ami lui propose de rejoindre une entreprise de Macao qui fabrique des modèles réduits (notamment pour les collections Altaya, J-Collection et la marque Ixo). En fait, les Chinois recherchent des Européens qui ont de lexpérience du modélisme et des connaissances des voitures et du marché européens. Là-bas, il participe à la réalisation de copies réduites les plus fidèles possibles. « Pour un modèle, il faut compter, en moyenne, 1 an de travail ». Il donne également son avis sur lopportunité ou non de sortir telle ou telle voiture. Mais, parfois, cela est rendu impossible par les coûts de licence ou parce que le modèle est trop spécifique. En tout cas, voilà un homme heureux qui gagne « enfin » sa vie grâce à sa passion.

Photo Marc Gavage : Patrick Hayot
Photo modèle réduit : Ixo

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Quand le modélisme mène en Chine"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Bloggueur
Invité

Sympathique histoire 🙂

Rar
Invité

Si vous aimez le modélisme, une petite boite française faite de passionnés et un travail d’orfèvres : http://www.paddockminiature.com

Truffaut
Invité

Bonjour,
Je ne savais pas que le patron d’Ixo etait Chinois, voila une histoire bien surprenante l’ayant rencontre a plusieur reprises lors du salon de Nuremberg… Il me semblait bien de chez nous!

Jorge
Invité

les journalistes du blog devraient vérifier leur source… L’Asie, la Chine… c’est si loin…

Pignon
Invité

passionne aussi, je suis heureux pour lui, qui, en tant que Belge authentique doit aimer la couleur Jaune tant pour les miniatures a quatre roues qu’a deux pattes.

wpDiscuz