Accueil Actualités Entreprise Invaders from ailleurs

Invaders from ailleurs

26
1
PARTAGER

Strangeinvaders C‘est la toute première fois dans l’histoire automobile US que des constructeurs étrangers vendent plus d’autos sur le territoire national ques les "3 Gros" (GM/Ford/Chrysler) réunis ! Historique et guère rassurant pour les géants américains. Le calcul est réalisé par RL.Polk and Co et ne prend pas en compte les ventes aux loueurs et les flottes d’entreprise. On peut donc parler de ventes aux particuliers. Dans ce cas, ce sont 52.9% d’autos de marques étrangères qui ont été immatriculées sur les 5 premiers mois de l’année 2006. L’an passé le rapport était à l’avantage des autos domestiques (51 contre 49%). La tendance esquissée depuis des années se confirme donc. L’Amérique automobile est en crise au coeur même de son territoire.

Si les chiffres repassent à l’avantage des marques US lorsque les flottes d’entreprise et les loueurs sont réintégrés dans le calcul, l’analyse confirme que la population américaine se tourne plus facilement vers des productions de marques étrangères.

Bilde_5 Durant les 5 premiers mois de l’année, 2.55 millions de véhicules (autos et camions légers) badgés d’une marque US ont été écoulés. Ce sont par contre 2.86 millions d’autos à logos à consonnance extérieure qui se sont vendues. Mais il faut relativiser ces chiffres puisque on apprend que les chiffres des "constructeurs extérieurs" comprennent des marques telles que Jaguar ou Land Rover. Entreprises qui appartiennent à Ford donc à un des 3 Grands !?

Mis à part cette étrangeté de calcul, les analystes US s’accordent pour dire que des marques comme Honda, Toyota, ou Nissan ont bien anticipé l’évolution du marché. Les offres de ces constructeurs sont en adéquation avec la demande de la population américaine au contraire des Big 3 qui n’ont pas senti venir le vent du boulet de "l’expensive gasoline". Quand les acheteurs se sont détournés des SUV trop gourmands et ont demandés des autos plus sûres, aucune alternative intéressante ne leur a été proposée chez Ford/GM ou Chrysler.

De plus, l’explosion Internet a changé les comportements des acheteurs qui sont capables de comparer plus facilement la donne automobile pour un critère précis. Et actuellement, les comparateurs ne donnent que rarement les véhicules US en tête de liste. Ainsi Toyota est aujourd’hui le deuxième vendeur aux USA. Devant Ford et Chrysler.

Le renouvellement des modèles est aussi mis en cause pour les autos américaines. Là ou les japonais changent de génération entre 4 et 6 ans, il faut 6 à 8 ans pour les productions domestiques. Pour illustrer leur propos, des analystes expliquent que si la Ford Focus européenne a été totalement renouvelée, la version US n’a subi qu’un léger restyling. Symptomatique.

Bilde2_2

source: detnews

Article précédentLe Nürburg’ en … hiver !
Article suivantBMW Série 3 coupé: Prix français.
Doctorant à l’université de Provence (Aix-Marseille I), Thomas Rabino, né en 1980, est spécialiste de la Résistance française et de la civilisation américaine. Son mémoire de maîtrise, André Girard et le réseau Carte, une Résistance à contre-courant, a été primé en 2004 par le concours Marcel Paul de la recherche universitaire. Ses travaux, intitulés Le Réseau Carte, histoire d’un réseau de la Résistance antiallemand, antigaulliste, anticommuniste et anticollaborationniste, ont été publiés chez Perrin en 2008, un ouvrage récompensé par la remise du Prix Joseph Guiran 2008 de l’Académie d’Aix-en-provence et élu, en juin 2008, Grand livre du mois du Club Histoire. Il a contribué au Dictionnaire historique de la Résistance paru chez Robert Laffont en 2006, et participe, en tant que critique littéraire et journaliste, au magazine Histoire(s) de la Dernière Guerre. En 2010, il rédige un article pour un ouvrage collectif publié chez CNRS Editions, La violence dans tous ses états. Le second volet de ses recherches est orienté sur les Etats-Unis et leur rapport à la guerre, comme en témoigne sa participation au n°155 de la revue Le Débat (Gallimard), qui a publié son article « Obama et la culture de guerre américaine », inclus par la bibliothèque de Sciences Po Paris dans sa sélection mensuelle, recommandé par le club de réflexion Politique autrement, rapporté favorablement sur France Culture par Alain-Gérard Slama dans sa chronique matinale, et cité au cours de l’émission « Là-bas, si j’y suis », sur France Inter. Thomas Rabino prépare actuellement un essai à paraître sur le même thème, et pilote le projet de création du musée Jean Moulin de Saint-Andiol, village des Bouches-du-Rhône qui fut le berceau familial du grand résistant.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Invaders from ailleurs"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Elisabeth
Invité

Peut -etre lié à un exces de gourmandises de ces grandes dames d’outre Atlantique !

Les américaines toujours aussi gourmandes

wpDiscuz