Accueil Essais Ford Mustang Roush (suite)

Ford Mustang Roush (suite)

57
3
PARTAGER

Dsc02846 Qui n’a jamais pris son pied en mangeant un plat simple, abondant, prévisible, voire rustique, comme un T-Bone saignant? Il y a dans ces moments-là quelque chose de brut, de naturel, une sensation puissante dont on a ensuite du mal à se passer.
Eh bien, la Mustang Roush, c’est un peu ça. Du simple (propulsion, essieu arrière rigide), du brut (un bon gros v8) et même du piquant (compresseur). Et quel plaisir!
Déjà, sa gueule impressionne! Mais la pression de l’envie de cravacher cette Mustang est la plus forte. A l’intérieur, n’attendez rien de transcendant: plastiques bas de gamme, accessoires légers et instrumentation limitée, ce qui est plus ennuyeux. Peut-être que la version définitive se montrera plus complète. Par rapport à ce à quoi nous sommes habitués en Europe, les valeurs sont ici inversées. Autant une Mercedes CLS vous envoûtera par son habitacle somptueux et vous ennuiera sur route à force d’être parfaite, autant la Mustang fait l’impasse sur la présentation et vous délivre des sensations fantastiques!
L’efficacité? Elle s’en moquerait presque. Comme je l’ai dit, les liaisons au sol sont rustiques, et, malgré les disques rainurés, le freinage s’avère franchement décevant : aucun mordant, pédale molle et puissance en berne. La direction ne se montre pas d’une précision chirugicale tandis que le train avant ne mord pas franchement le virage.

Burn_out_recadr Alors, d’où vient le plaisir? Déjà, si la partie châssis n’est pas hi-tech, elle reste saine et prévisible : on se trouve en confiance rapidement, surtout que l’amortissement et l’adhérence sont bons.
Ensuite, la boîte manuelle, consistante, précise, ferme, mais maniable est un modèle du genre. Enfin, le moteur. Un V8 de 4,6L qui gronde, tremble et vous colle au siège tandis qu’il se rue vers le rupteur en miaulant de joie. Mais le pauvre, il est bridé par l’antipatinage! Vite, déconnectons-le! Là, le small-block exulte, se libère, se déchaîne, à tel point que même en 3è, le train arrière ne peut contenir la puissance qui lui arrive en un flot généreux et inépuisable. Un dragster! Les vidéos en témoignent! Tiens ça pétarade? Mais oui, on est au rupteur, vers 6500 tr/mn! Vite, le rapport supérieur! Une légère dérive de l’arrière au réembrayage et la poussée reprend.

Dsc02871
En fait, il suffit juste de doser son accélération au début, le temps que les roues trouvent du grip, et là, gaaaaz!  Et en virage? Une pression bien dosée sur la pédale et la Roush se met à dériver comme on s’y attend, ni plus, ni moins. La progressivité de la mécanique aide beaucoup.
Et que dire de sa souplesse : évoluer et reprendre avec vigueur en 4è à 1500 tours, une seconde nature! On sent que Roush a réalisé un superbe travail de mise au point. Il faut dire qu’avec le Nascar, ils ont une sacrée expérience!
Ah mais il faut déjà la rendre. Dommage, je l’aurais bien gardée encore un peu, 4-5 ans pas plus…

Dsc02889

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Ford Mustang Roush (suite)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
P.G
Invité

Excellent !! Je suis sous le charme. Les rustiques envoutantes c’est un fantasme, et présentées de la sorte j’abdique dans mes efforts de résistance!

Belle prose Sir

alexandre dufour
Invité

essieux avec ca :je le sais pas

Madness US
Invité

Nous somme s en train d’importer une Mustang préparée par Roush pour un de nos clients, nous ne sommes pas à notre première Saleen, mais ce sera la premiere Roush, vivement qu’elle arrive !

wpDiscuz